Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Akira le Jeu 17 Sep - 20:03

J'étais tellement terrorisé que je ne me rendais même plus compte de ce qui se passait devant moi. J'en avais presque oublié la présence d'Anikeï-sama au point de ne pas me rendre compte de ce qu'il faisait, que j'étais une nouvelle fois sur le point de me faire tuer. La seule chose que j'avais à l'esprit était précisément cette scène à laquelle je ne voulais plus penser mais qui s'imposait à plus violemment que jamais. Les pupilles dilatées, les mains toujours plaquées sur ma tête, je ne cessais de trembler.

Je ne me rendis même pas compte de la manière grâce à laquelle j'échappai une nouvelle fois à la mort.

...

- Putain ! Même là, il ne va pas l'épargner ! S'exclama Komu-chan en voyant l'autre con en profiter pour essayer de tuer Aki-nii-chan.

Juste avant que la lance n'atteigne sa cible, le plat de ma lame la percuta (la faisant dévier de sa trajectoire) en même temps que mon corps projeté à la vitesse du son percutait (et du coup éjectait) celui de cet enfoiré. Sans lui laisser le temps  de tomber au sol, je tendis la main sur le côté et le projetai au centre de l'arène avec ma télékinésie. Là je n'en pouvais plus, c'était plus fort que moi !

Je m'accroupis près d'Aki-nii-chan qui n'était plus du tout le même dans cet état. La vue de sa main coupée ajoutée à ce spectacle me donna presque la nausée. Je posai doucement à ses côtés son katana que j'avais récupéré tout à l'heure.

- Tiens. Je prends le relais, le temps que tu reviennes. Lui dis-je doucement en posant une main sur son épaule.

Malheureusement, ça ne calma pas ses tremblements, ce qui me fit tirer une mine triste. 

Puis je me redressai et jetai un œil au centre de l'arène, ce qui raviva ma fureur. Avec le bruit d'une détonation, je me précipitai de nouveau à la vitesse du son jusqu'au niveau de cet enfoiré que je percutai de nouveau de plein fouet. J'enchaînai en me déplaçant derrière lui et lui fauchant les jambes. Je lui donnai un coup de poing, aidé de ma télékinésie, pour le projeter en l'air et abaissai aussitôt ma main pour le faire retomber brutalement au sol.

Avant qu'il ne puisse se relever, je plaçai ma lame sous sa gorge. Je le toisai d'un regard furieux avec de petites étincelles électriques qui crépitaient tout autour de moi.

- "Tu devras chercher à survivre par tous les moyens" hein. Recevoir l'aide d'une amie est un moyen comme un autre, non ? Lui expliquai-je avec dédain, mourant d'envie de planter mon katana dans son corps.

- T'as intérêt à avoir du répondant, espèce d'enflure. Le prévins-je.

- Hé hé t'as vu Katsue ? Elle te ressemble vachement la fille en bas ! S'exclama Komu-chan avec un sourire nerveux alors qu'il essayait encore de se persuader que ce n'était pas moi qu'il voyait au centre de l'arène.


avatar
Akira




Messages : 2744
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Pouvoirs: Morphe d'Eau
Animae: Tiago, un Griffon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Anikeï le Ven 11 Déc - 10:58

L'attaque était arrivée bien trop rapidement pour que j'aie le temps de la parer. Je ne pu également pas échapper à la prise télékinétique qui me projeta au centre de l'arène, m'éloignant de ce déchet humain. À peine eus-je commencé à me redresser que la lame d'un sabre se posa sous ma gorge, m'intimant de rester immobile.

Je levai les yeux vers l'inconsciente qui m'avait interrompu. Son regard trahissait la colère dans laquelle elle était, mais ce n'était rien à côté de la rage et la frustration que j'éprouvais en cet instant.

- L'aide est accordée mais, comme elle est venue indépendamment de la volonté de cet imbécile, elle sera pénalisée. Quinze minutes seront ajoutées à la durée de l'épreuve. Lui répondis-je en lui adressant un regard reflétant la colère que j'avais de plus en plus de mal à contenir.

- Ce qui me laisse vingt-trois minutes pour vous tuer tous les deux.

Dès la fin de ma phrase, je disparus. Je réapparus quelques mètres plus loin. Des sphères de glace fusèrent aussitôt dans sa direction à toute vitesse. Mais avant même qu'elles n'arrivent au niveau de leur cible, cette dernière disparut. Vu son âge, elle ne devait pas être Valar depuis longtemps mais elle semble s'être déjà habituée à se déplacer à la vitesse de Mach 1. Ce fut donc sans surprise qu'elle se retrouva près de moi sans que je n'ai pu la voir venir.

Toujours à la même vitesse, elle planta sa lame dans ma poitrine. Sauf qu'elle ne parvint pas à l'y enfoncer, une résistance qu'elle ne voyait pas l'en empêchant. Profitant de sa surprise, une épée de glace se matérialisa dans ma main et je tentai de lui percer le foie. Mais elle profita une nouvelle fois de sa vitesse pour m'échapper. Lorsqu'elle s'arrêta quelques mètres plus loin, je vis que la lame avait réussi déchirer un léger bout du tissus de son haut jusqu'à laisser une infime entaille sous sa poitrine.

En le voyant commencer à plier ses jambes, signe d'une nouvelle course à la vitesse du son, je mis ma main en évidence. Au creux de cette dernière se trouvait la dague que l'autre imbécile avait confié à cette saleté qui a osé m'interrompre.

- Continue et je la détruis. La prévins-je.

Mais ce ne fus pas de surprise que je lus dans son regard. Elle arbora même un sourire. Je lâchai aussitôt la dague. Mais c'était déjà trop tard. Un claquement de doigts de sa part et l'infime particule électrique qu'elle avait laissé sur la lame grossit et fut éjectée de ladite lame pour m'atteindre. Elle savait que je finirais par mettre la main sur la dague et s'y était préparée. Elle refit venir à elle la dague avec la télékinésie.

Mais mon corps resta de marbre face à la décharge électrique qu'il reçut. Cette fois-ci, la surprise apparut sur son visage. Elle se reprit toutefois presque aussitôt. D'un mouvement de la main, elle m'attira à elle par télékinésie et, dès que je fus à sa portée, elle me porta un coup de sabre, coup que je parai avec mon épée de glace.

J'enchaînai aussitôt par un coup dans sa direction mais elle le para sans mal. Elle contre-attaqua aussitôt avec un coup que j'évitai en pivotant légèrement sur le côté, puis avec un autre, puis un nouveau et encore un. Ses coups étaient bien plus rapides et tranchants que ceux de l'autre incapable. Mais, contrairement à lui, ses coups gardaient la même vitesse. Ils étaient même moins rapides que la vitesse maximale qu'il avait réussi à atteindre tout à l'heure. Je n'eus donc pas beaucoup de mal à éviter et contrer ses attaques.

Après avoir paré un énième coup, ce fus à mon tour de l'attaquer de manière successive. Elle eut plus de mal que moi à éviter les coups. Plus mes attaques se succédaient, plus elle perdait en vitesse. Lorsqu'elle fut totalement dépassée, elle me repoussa en arrière avec une attaque télékinétique. Elle ne me laissa pas le temps de retrouver mon équilibre : elle fonça sur moi à la vitesse du son et tenta de me sectionner un bras. Mais elle en fut, une nouvelle fois incapable : la lame fut parée par une protection trop solide pour être coupée. Mais une partie de ma manche fut déchirée par sa lame et elle pu voir ce qu'il y avait dessous.

- Des écailles de dragons ? C'est trop de la triche là ! S'exclama-t-elle, frustrée.

Mais elle n'eut pas le temps d'en dire davantage : ma main attrapa l'arrière de sa tête et la plaqua au sol. Je tentai de planter mon épée dans sa tête mais elle parvint une nouvelle fois à s'enfuir grâce à sa vitesse et en me repoussant avec la télékinésie. Dès qu'elle fut suffisamment éloignée, elle tendit ses mains dans ma direction. Elle matérialisa une sphère électrique, sphère dont le diamètre se mit rapidement à augmenter.

- T'es peut-être immunisé contre les lames et faibles décharges mais tu dois bien pouvoir sentir les fortes.


Puis, la sphère qui avait atteint un diamètre d'environ deux mètres fila dans ma direction. D'un mouvement de la main, je fis apparaître une sphère d'eau aussi grande qui percuta la sienne. Les deux sphères fusionnèrent en une sphère d'eau débordant de décharges électriques. L'eau conduisant l'électricité, c'est moi qui en avais le contrôle.

Je frappai dans mes mains. La sphère se divisa en trois parts. Chacune d'elles fila dans une direction différente. La première sur cette humaine aux cheveux blancs. La deuxième, la plus grande des trois, fut projetée dans les gradins remplis de ces pourritures d'humains plus idiots les uns que les autres pour être venus jusqu'ici plutôt que rester loin de cet endroit où ils risquaient de recevoir des dommages. Et la dernière fila droit vers ce pathétique, crétin, imbécile, misérable, exécrable humain, toujours laissé dans son coin, que je ne peux vraiment plus supporter de voir en vie.


avatar
Anikeï




Messages : 161
Age : 37

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Pouvoirs: Morphe et Contrôleur d'Ombres Eau
Animae: En quoi ça te regarde?

Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Kazuma le Ven 11 Déc - 13:14

La descendante de Date Masamune n'eut pas de mal à éviter l'attaque qui lui fonçait à la tronche - faut reconnaître que ça a de la gueule le coup de la super vitesse quand même, enfin ça dépend le contexte. Y a bien des fois où on m'a complimenté du contraire ! - et la sphère fusionnée vola dans le vide. En voyant qu'il y en avait une autre qui fonçait droit sur le piaf qui était toujours incapable de réagir - vas savoir ce qui lui est arrivé pour qu'il pique une crise dans un moment pareil celui-là - elle fonça à son secours. Mais, elle avait beau être rapide, essayer de traîner un poids mort avait complètement pété son élan. Du coup, ils se retrouvèrent tous les deux face à la sphère qui leur fonçait à la gueule, incapables de l'éviter ou la repousser à temps, tellement elle était proche et arrivait vite.

C'est à ce moment-là que je fis mon entrée. Avec une violente bourrasque de vent, je fis dévier la sphère qui alla s'écraser contre un mur à proximité. J'arrivai en flottant dans les airs et atterris tranquillement face au petit couple qui faisait face à l'autre glaçon. La descendante de Masamune avait l'air d'avoir un peu plus de ressources que le piaf - en même temps, elle est Valar - mais ça s'est vite vu que face à un Heren - surtout celui-là - ça n'allait clairement pas suffire. Elle avait beau être super rapide, je voyais arriver le moment où elle finirait par se faire attraper par l'ombre d'Anikeï et, contrairement au piaf, elle pouvait pas changer de forme pour éviter les attaques une fois immobilisée. Et même avec la télékinésie pour le repousser, il a déjà montré qu'il savait trop bien jongler avec ses pouvoirs et ses clones. Il réussirait quand même à la tuer grâce à un clone ou une quelconque autre façon si elle continuait toute seule, d'autant plus qu'avec son putain de pouvoir de Morphe, il est pratiquement imperméable aux attaques physiques et à l'électricité.

Les mains dans les poches, je tournai la tête sur le côté pour pouvoir jeter un coup d’œil aux deux derrière moi. Ma veste et mes cheveux suivaient les mouvements du vent qui m'entourait. Je leur adressai un sourire en coin.


- Ça va peut-être faire grimper le chrono à une trentaine de minutes mais à deux Valar, on arrivera peut-être à le retenir assez jusqu'à la fin du compte à rebours.

Puis mon regard s'attarda sur le piaf, toujours inconscient de ce qui se passait autour de lui.

- Et quand tout ça sera fini, j'aurai deux mots à te dire pour avoir déclenché tout ce merdier.
Le prévins-je.

Il aurait pas pu choisir un Valar lambda (ou à la rigueur taper dans l'élite en Me choisissant), non ? Non ! Il lui fallait du gratin ! L'élite de l'élite ! Il lui fallait un Heren ! Putain mais même là, il aurait pas pu prendre une Heren normale ? Bon pour Azy'-chan, je peux comprendre vu qu'elle m'a dit elle-même qu'ils étaient pas dans la meilleure phase de leur couple relation. Mais yen a d'autres qui sont quand même posées merde. Mais non, il faut qu'il choisisse le seul qui ne pense qu'à buter tout le monde ! J'en ai vu des cons dans ma vie mais alors lui, il est collector. M'enfin, au moins ça va me donner l'occasion de briller encore plus que d'habitude.


- Je te laisse aller poser le piaf ailleurs pendant que je m'occupe du glaçon d'en face.
Dis-je à la descendante de Masamune tout en me retournant vers Anikeï.

J'avais beau le regarder avec un sourire confiant, j'étais sur mes gardes. Avec lui, une simple erreur et on prend cher, je m'en suis d'autant plus aperçu quand il a réussi à effleurer la fille tout à l'heure : elle se déplace à la vitesse du son et il a quand même réussi à l'effleurer au niveau du foie. Elle n'aurait pas eu cette capacité, elle serait morte.


- Le public aussi devrait envisager de mettre les voiles.
Dis-je assez fort à l'attention des tribunes sans pour autant leur adresser un regard.

Il va falloir y aller fort dès le début. Tout en gardant les mains dans les poches, je pris une longue inspiration. Lorsque mes poumons eurent fait le plein d'oxygène, je les vidai en expirant de toutes mes forces. Mon souffle devint aussitôt un vent, vent qui se transforma en rafale, rafale qui se transforma en tempête. La tempête fut si violente qu'elle emporta Anikeï avec elle. Certains objets et vêtements présents dans les gradins à proximité furent également emportés par la tempête. Des bancs furent également projetés dans diverses directions sous l'action du vent violent. Le sable mouillé présent au sol fut également soulevé et masqua une bonne partie de la vue.

Les vêtements et les cheveux complètement secoués sous l'action du vent (mais quand même en mode beau gosse, c'est un minimum dans des cas comme ça), je sortis alors mes mains des poches.

C'est maintenant que les choses vont se corser.

avatar
Kazuma




Messages : 823
Age : 28

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Pouvoirs: Contrôleur d'Ombres
Animae: Alina, une chouette au plumage couleur neige

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Azylis le Jeu 31 Déc - 3:57

Les yeux écarquillés d'horreur, je fixai le corps inanimé d'Akira, priant de tout mon coeur pour tout cela soit faux, une illusion, une erreur. Ressentant malgré elle mon désespoir, je perçus celui d'Azylis lui faire écho, semblable à un cri silencieux, tout comme sa frustration de ne pouvoir nous rejoindre plus vite. Toujours dans le déni, je m'approchai de la silhouette suspendue d'un pas lent, et m'arrêtai à quelques mètres de deux personnes que je ne pris pas la peine de reconnaître.
Mais je compris bien vite que quelque chose clochait. Je n'avais pas sentis la flamme de vie d'Akira s'éteindre, comme cela aurait dû être le cas après une telle attaque. Plus étrange encore, maintenant que je m'étais approchée, je réalisais que je ne percevais pas l'existence cette nouvelle blessure, malgré son évidente gravité. Une fraction de seconde après cette réalisation, une voix féminine me confirma mes soupçons, et un faible sourire étira mes lèvres. Si je ne pouvais pas sentir une blessure, c'était que soit elle n'existait pas… soit qu'elle avait été provoquée sur quelque chose qui n'était pas de la chair, qui n'était pas vivant. Comme de l'eau. J’eus une bouffé de soulagement si intense en comprenant le tour de passe passe que j’enserrai ma poitrine dans mes bras. Bien joué Akira, mais tu vas finir par me faire mourir d'une crise cardiaque, idiot.
Néanmoins, cette consolation fut de courte durée. Le combat était loin d'être fini, et un autre problème pointait dangereusement le bout de son nez : les gradins se remplissant fatalement de spectateurs n'ayant toujours pas compris que ce qui se déroulait dans l'arène était très loin d'être un affrontement normal. Pour simplement assouvir leur curiosité, ils allaient être entraînés malgré eux dans un terrifiant désastre.



-------


         Ma frustration allait bientôt atteindre un seuil insupportable, et je dû me mordre la lèvre inférieur pour me faire violence. Je ne savais absolument pas ce qui se passait dans cette foutue arène, mais les émotions chaotiques d'Ylis avaient été remplacées par un soulagement indescriptible puis par une inquiétude à peine plus maîtrisée. Elle avait beau être la plus rationnelle des trois doubles, elle n'était pas parfaite pour autant et la situation pouvait à tout moment devenir encore plus incontrôlable. Si cela était possible bien évidemment. Je savais que Fenrir faisait tout son possible pour atteindre notre but le plus rapidement possible, nous avions d'ailleurs déjà parcouru près des deux tiers du trajets, mais je ne pus m'empêcher de lui intimer d'aller encore plus vite. Il ne répondit pas mais accéléra encore un peu plus, jetant de temps à autre des regards furtifs et frustrés vers les silhouettes qui nous dépassaient dans le ciel. Une de mes main lâcha sa fourrure pour lui flatter l'encolure, dans un mélange d’encouragement et de remerciement. Pourvu que nous arrivions à temps. Pourvu qu'il ne soit pas déjà trop tard.

*Tiens bon stupide Piaf. Meurs pas tout de suite.*


-------


         C'est avec une sensation de déchirement presque physique que je m'étais forcée à détourner les yeux du combat. Je ne pouvais rien faire pour lui pour l'instant, tant qu'il refusait de déclarer forfait ou de demander de l'aide. Je me sentais tellement impuissante que j'en étais malade. Quand bien même je sauterais bêtement le rejoindre, il m'enverrait bouler dans la seconde sans même y réfléchir. Pire encore, j'étais totalement entravée par le rang d'Heren Istarion d'Azylis, ce même rang qui était censé offrir tant de possibilités. Quelle ironie.
Je serrai les poings à m'en blanchir les phalanges. Il ne me restait plus qu'une chose à faire : limiter autant que possible les dommages collatéraux que pourrait entraîner la haine d'Anikei en attendant l'arrivée d'Azylis. Et pour se faire, j'allais avoir besoin d'une voix qui porte.

- Ben putain… C'est quoi ce merdier dans lequel tu m'as fait venir ?
- Plus tard s'il te plait Alis, il faut faire évacuer les gradins au plus vite avant qu'il n'y ait des blessés, voir pire.
- Et on nettoie le bordel de qui cette fois ?


Alis tourna la tête vers le centre de l'arène et lâcha un grognement d'agacement.

- Pour changer, tiens. Et puis il a bien choisit son adversaire encore.

Elle claqua de la langue avant de prendre une grande inspiration.

- DOMË, ANCALE ET ISTARIS FOUTEZ-MOI LE CAMPS D'ICI IMMÉDIATEMENT !

Le hurlement d'Alis en fit sursauter plus d'un, mais il eut le mérite d'attirer leur attention.

- Dans ce genre de situation, c'est pas une voix fluette comme la tienne qui va faire grand effet, contente-toi d'organiser quelque chose avec les Valars, lâcha-t-elle en me tournant le dos avant de commencer à s'éloigner.

Je hochai brièvement la tête en signe d'acceptation, et me dirigeai immédiatement vers un groupe de Valar que je connaissais tandis qu'Alis répétait son ordre encore et encore.

- Les Valars doivent encadrer l'évacuation ! Aidez les plus faibles et protégez les Animaes !

Je tournais le regard vers Azy qui s'activait à l'opposé des gradins. Sa voix avaient beau être bien moins puissante que celle d'Alis, elle portait elle aussi plus que la mienne.
Peu à peu, une certaine organisation se mit en place pour éviter une panique générale ... mais qu'en serait-il si Anikeï se déchaînait vraiment ?



-------


         Nous arrivâmes dans les gradins alors qu'une évacuation avait apparemment été déjà mise en place : quelques Valars s'étaient postés au niveau des issues de sorties et encourageaient les élèves à les rejoindre le plus calmement possible. Je repérais rapidement Azy qui tentait de convaincre un groupe de quatre d’adolescents de mettre les voiles.

- Comment ça se présente ?
- Azyyyyyyyyyyyy' ! C'est terrible, Aki va très mal ! Il faut faire quelque chose !

Je claquai de la langue de frustration.

- On doit d'abord faire évacuer tout le monde avant qu'Akineï ne pète une durite à cause de tout ce peuple, grognais-je à mi-voix.
- Je ne vois vraiment pas pourquoi vous faites tout ce foin. Vous êtes des Valars et une Heren non ? On risque rien si vous êtes là, c'est votre taff de nous protéger, lança l'un des garçon en s'accoudant à un de ses pote.

Mon sang ne fit qu'un tour devant tant de stupidité et d'ignorance concentré dans un seul être.

- Parce que si tu restes planté là, tu vas finir en viande hachée à cause de la furie là bas ! Crachais-je en pointant l'autre taré du doigt. Tu veux tenter ?
- Mais on est super loin, il verra même pas qu'on est là.
- Pour une fois qu'on peu voir un vrai combat en plus, on se croirait dans X-Men, c'est trop dar !
- C'est ça un « vrai » combat de pouvoirs ? C'est trop la classe...


« Trop dar » ? Trop... « la classe » ? Ouh putain ! J'avais à peine chopé le premier qui avait ouvert sa grande gueule par le col que je remarquai que l'un d'entre eux tenait un portable à la main et filmait le combat. Fenrir émit un grognement furieux tandis que j'arrachai le téléphone des mains de son propriétaire pour le fracasser au sol.

- Foutez-moi le camps d'ici tout de suite.
- Mon portable !
- 'Tain fais ièche…
- BARREZ-V-


Un violent impact bien plus loin dans les gradins nous fit tous tourner la tête en sa direction. Je regardais avec colère  et horreur  Akira se faire tabasser copieusement par ce fumier.

- Putain ! S'exclama l'un des imbécile, semblant enfin réaliser que c'était du sérieux.
- Il va quand même pas le battre à mort ?!

Je posais ma main sur la crosse d'un de mes pistolet accroché à ma cuisse, et le dégainais.

- Barrez-vous si vous ne voulez pas crever ici par erreur, lançais-je à la bande sans les regarder, Accompagne les, à coup de pieds au cul s'il le faut.
- Roger !

Mais Azy ne sembla pas en avoir besoin vu comment le groupe détala sans demander son reste.

Fenrir bondit alors en avant, survolant les gradins foulée après foulée, pour rejoindre le plus vite possible Akira : au diable son opinion, il était hors de question que je le laisse mourir sous mes yeux sans rien tenter ! Il pourrait m'en vouloir jusqu'à la fin de ses jours si ça l'amuse, j'en ai plus rien à foutre s'il peut encore respirer demain ! Il fallait juste qu'on s'approche suffisamment pour que je puisse tenter un coup de feu sans blesser ce stupide Piaf. Si je pouvais au moins distraire Anikei pour lui laisser le temps de s'esquiver ce serait suffisant… Mais ce taré en avait apparemment décidé autrement. C'est avec horreur que je le vis braquer une arme sur le front d'Akira, apparemment décidé à en finir.

- AKIRA NON !

Mais la détonation ne vint jamais grâce à la réactivité du crétin de piaf, qui parvint habilement à faire lâcher son arme à Anikeï. Par contre, ce qui suivit m'échappa complètement. Était-ce parce que j'étais loin ? Toujours est-il qu'Akira se mit soudain à hurler de terreur, sans raison apparente (ou du moins une raison autre qu'avoir un psychopathe à 50cm de soi). Que lui avait fait cette enflure pour le mettre dans cet état ? Même après tout ce qu'il s'était prit dans la gueule, il n'avait jamais poussé ce genre de cris, alors pourquoi ?
Tout se passa alors très vite : Anikeï fut projeté loin de sa cible par une jeune femme me disant vaguement quelque chose qui, non contente d'avoir percuté le type le plus dangereux du coin de son plein gré, se fit apparemment un plaisir de l'envoyer valdinguer au centre de l'arène. Mademoiselle, je ne sais plus qui tu es, mais je crois que je t'aime déjà. Un sourire contrit se dessina néanmoins sur mes lèvres. Elle avait fait ce que je désespérais de ne pouvoir faire depuis déjà trop de minutes : aider un élève, un ami, au détriment des règles, en leur faisant même un beau doigt en prime.  Chose que je n'avais pas pu me résoudre à accomplir à cause de mes stupides fonctions et des règles d'un autre temps. Báichī chà. (= triple idiote)

*Le rôle des Valars n'est-il pas aussi d'épauler les Heren Istarion lorsque ceux-ci sont pattes et jarrets liés ?*

Il avait peut être bien raison… Mais ça ne me plaisait pas pour autant.
Je fronçais les sourcils en entendant les provocation délibérées de la jeune femme, commençant finalement à douter de sa santé mentale : s'interposer face au danger est une chose, attiser sa gravité alors qu'il était clairement plus puissant que soi en est une autre, même moi et mon tempérament de merde nous savions ça. Contre toute attente le psycho accepta plus ou moins sans problème cette nouvelle participante (du peu que je pus entendre) et un nouveau combat s'engagea, tout aussi intense que le précédent. Je fixai cette courageuse insolente un moment avant de me détourner en serrant les dents. Pourvu qu'elle n'ai pas surestimé ses capacités.
Mais au fond de moi j'espérais ardemment que c'était moi qui la sous-estimais naïvement.

J'allais finalement rejoindre Akira quand des cris paniqués me parvinrent, et je relevais brutalement la tête :

- Heren Istarion Azylis !

Un petit groupe d'élèves arrivais dans ma direction, essayant tant bien que mal de soutenir trois des leurs, apparemment très mal en point.

- Que s'est-il passé ? Demandais-je en me dirigeant vers eux.
- On était à l'endroit où le type aux cheveux noir est tombé… je crois que Lucian a la jambe cassée, balbutia le jeune homme blond qui m'avait apparemment interpellée (d'après le son de sa voix).

Je m'accroupis une fois à leur hauteur, et les aidai à allonger les blessés avec précaution. Un rapide examen me permit de confirmer que ce Lucian souffrait bel bien d'une fracture, à deux endroits du tibia, tandis qu'un autre présentait plusieurs entailles dont la plus impressionnante était à l'arcade, et que le dernier semblait plus choqué qu'autre chose. Je détectait néanmoins une légère commotion cérébrale, expliquant sûrement son manque de réaction à mes claquement de doigts, pourtant juste sous son nez.

- Ce n'est pas trop grave, mais lorsque j'aurais arrangé ça vous devrez évacuer immédiatement les lieux et les emmener à l'infirmerie, c'est plus sûr.

Je n'attendis aucune confirmation de leur part - c'était parfaitement inutile, eux au moins ne semblaient pas stupides – et me mis  sur le champs au travail. Ce n'était pas une tache difficile, je l'avais effectuée plusieurs fois déjà, c'était presque naturel pour nous autres guérisseurs… mais entre le silence angoissant qui avait suivit les hurlements d'Akira, les bruits du combats qui se déroulait derrière moi, mon impatience et ma frustration d'être aussi inutile, j'avais dû mal à me concentrer et à être aussi efficace que je voulais… ce qui ajoutait une nouvelle couche de frustration.

*  « Inutile » ? N'es-tu pourtant pas en train d'aider des membres de ta meute ? *

Je sentis une truffe chaude se poser contre mon cou, suivit d'un petit coup de langue.

* Il n'y a pas qu'Akira dans ta meute jeune fille, ne l’oublie pas. Tu peux te ruer sur le piaf pour l'aider si tu veux, c'est ton droit. Mais je pense que ceux qui sont devant toi ont tout autant besoin de ton aide, voir plus*

En entendant Fenrir je levais le regard vers le petit groupe qui me faisait face : le grand blond, tentait tant bien que mal de rassurer son ami à la jambe brisée, alors qu'il semblait au moins aussi paniqué que lui. À sa gauche le jeune garçon aux entailles essayait, avec l'aide d'une jeune filles aux joues ruisselantes de larmes, de faire réagir le dernier d'entre eux, dont le regard vide était tout de même assez préoccupant. Un gros cochon d'Inde sortit alors du col du blond, et alla fureter dans les cheveux de ce Lucian, arrachant un faible rire douloureux au jeune homme. Fenrir avait raison.

*Bien sûr que j'ai raison*

Akira avait beau être l'une des personne les plus proches de moi, j'étais responsable de cette école et de la protection de tous ses habitants. Tous sans exception. Pardonne-moi Akira, s'il te plait. Mais je ne vais pas pouvoir venir t'aider tout de suite. Mais je vais faire au plus vite, je te le promet. De toute façon, tu sembles t'être trouvé une excellente alliée qui fait du très bon travail. Fenrir me poussa légèrement l'épaule avec sa truffe en signe d'encouragement, et fit glisser dans mon esprit des pensées confiantes. Je me remis immédiatement à la tache, doublant d'effort et de concentration.

Je venais de finir de soigner l'hématome qui était apparu sur le front du garçon à l'ouest (qui commençait enfin à cligner des yeux) quand un vent violent se leva soudain, suivit du bruit assourdissant de trois impacts bien plus violents encore que le précédent, arrachant un cri terrifié à la jeune fille, ainsi qu'à une multitude d'autres personnes derrière moi. Nous nous protégeâmes vivement le nez et la bouche de la poussière qui s'était rependue, ne pouvant qu'attendre que celle-ci se dissipe. Lorsque je fus enfin dans la capacité de distinguer mon entourage, je vis que quelque chose de très gros avait défoncé le mur à mi-chemin entre Akira et nous. Le son de voix affolées derrière-moi me fit faire volte-face et j'assistais impuissante à une scène effroyable de destruction : des débris de roches étaient éparpillés autour de corps inanimés, tandis que d'autres tentaient de s'éloigner en rampant.

- Oh mon dieu… entendis-je gémir la jeune fille.
- Vous devriez être en état de rejoindre l’École sans trop de soucis maintenant, filez pendant que c'est calme.

Je n'attendis pas de les entendre s'éloigner que je traçais déjà vers les gradins d'en face, remarquant par la même occasion qu'Hishi-... non, Kazuma, était lui aussi entré en scène. Mon coeur se serra de nouveau en voyant un autre de mes ami proche être mêlé à la bataille, mais cette fois je connaissais à peu près sa puissance, ce qui aida grandement  à me rassurer. S'il entrait en mode sérieux, ce ne sera pas une partie de plaisir, même pour Anikeï...
Je vis du coin de l'oeil qu'Ylis se dirigeait elle aussi sur les lieux au pas de course, ce qui ne m'empêcha pas de sauter sur le dos de Fenrir pour aller plus vite. Est-ce que ce cauchemars allait se finir un jour ?

- Qu'est-ce qui s’est passé ? Demandais-je précipitamment une fois à sa hauteur, tandis que quelque chose crissa sous mes chaussures lorsque j'atterris au sol.
- Anikei a attaqué le public.

Mon regard s’agrandit d'horreur en entendant la réponse brève mais sans appel de ma double. Moi qui pensait que c'était un tir perdu, cet enfoiré s'en était finalement prit volontairement à des innocents !

- C'était dans cette partie là qu'il nous restait le plus de monde à évacuer, et c'est exactement l'endroit qu'il a visé.


Elle s'accroupit à coté d'une jeune femme, une toute jeune Valar si je me souvenait bien, qui gémissait de douleur. Je serrais les dents devant le regard sombre d'Ylis : elle était furieuse.

- J'étais trop loin pour voir en détail ce qui s'est passé, j'ai juste vu Anikeï lancer une sphère d'eau vers la foule, puis une sorte d'explosion. Le résultat tu l'as devant toi.



- Il… Il nous a protégés…

Nous baissâmes les yeux sur la jeune femmes qui peinait à reprendre ses esprits. Elle était couverte d'écorchures et un impressionnant hématome commençait à apparaître sur toute sa pommette gauche, mais à part ça elle pouvait s'estimer très chanceuse.

- Tout va bien, on va tous vous ramener à l'Ecole au plus vite, tout ira bien, tenta de la rassurer Ylis.
- Non… Non, vous ne comprenez pas ! Il nous a protégés ! Il a forcément été touché... Oh non… Non !

Nous tentâmes de la maîtriser alors qu'elle se tortillait dans tous les sens pour se relever, le regard complètement paniqué.

- Qui ça ? M'exclamais-je en lui saisissant le visage pour la forcer à me faire face.
- Jullian !

Elle pointa du doigt une silhouette inerte, recroquevillée entre deux gradins brisés à plusieurs mètres de nous, que personne n'aurait pu remarquer dans toute cette panique.

- Jul… lian…

Je me précipitait vers ce qui était apparemment un jeune homme tandis qu'Ylis soutenait la jeune Valar pour nous rejoindre.

- Il a créé un immense mur de glace pour nous protéger, mais l'attaque était trop puissante et tout à volé en éclat… Il s'est prit de plein fouet un reste de l'attaque avant d'être soufflé par l'explosion…

Sa voix se brisa à la fin de sa phrase alors qu'elle s'agenouillait à mes cotés, en larmes.

Il fallait l'avouer, il était dans un sale état, couvert d'un mélange de sang et de poussière, une légère odeur de brûlé émanant de lui (quelque chose me disait que ce n'était pas que de l'eau dans cette sphère).

- Il est vivant.

Pour l'instant. Mais ça n'allait pas durer, surtout si on restait là à se tourner les pouces : une électrocution c'est suffisamment vicieux pour provoquer des contrecoups quand on pense que ça va mieux.

- Ylis, ramène la à la sortie et assure-toi qu'elle soit accompagnée sur le chem-…
- Non ! Je reste avec lui ! Je ne peux pas l'abandonner après qu'il ait risqué sa vie pour nous !
- Tu ne fera que me gêner,
tranchais-je avec fermeté. Tu déguerpis d'ici, en échange je fais mon possible pour qu'il te rejoigne sur ses deux pieds.
- Mais…
- Ce n'est pas une demande, c'est un ordre.


Je vrillais mon regard dans le sien.

- Si tu veux vraiment te rendre utile, fais ce que je te dis et emmène avec toi autant de monde que tu peux, on dois absolument vider ces foutus gradins.

Après un bref silence, elle hocha la tête à contre coeur et se releva avec l'aide d'Ylis avant de s'éloigner clopin-clopan, non sans avoir jeté plusieurs regards en arrière avant.

- Aller mon pote, c'est toi et moi maintenant.

J'allais apposer mes mains au dessus de lui, quand une petite tête de fouine s'extirpa avec faiblesse des bras  qui la protégeaient. Elle aussi était dans un sale état, mais sans l'aide de son humain elle serait sûrement morte. Il avait protégé son Animae, mettant sa sécurité avant la sienne. Mon coeur se réchauffa devant tant de courage. Fenrir la saisit délicatement entre ses crocs et la posa dans le creux du cou du jeune homme, où elle se lova.
Mais je n'eus pas le temps de m'attendrir que son petit corps se crispa soudain de douleur dans un cri plaintif, écho à la souffrance de son humain dont le coeur décidait de finalement lâcher prise.

- Ah non ! Ne me fais pas ça ! M'exclamais-je en le retournant vivement sur le dos pour commencer un massage cardiaque.

Tiens bon, tu n'as pas le droit d’abandonner ces deux demoiselles.


Dernière édition par Azylis le Mer 6 Jan - 1:31, édité 1 fois


avatar
Azylis




Messages : 1254
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: Va savoir... j'ai la jeunesse éternelle !
Pouvoirs: Je guéris et me multiplie !
Animae: Tu vois le beau loups gris là bas, qui pourrait te bouffer en une bouchée ? Ben c'est lui ! :3

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Kazuma le Ven 1 Jan - 7:04

La respiration calme mais le cœur battant de plus en plus vite, je continuai de regarder la direction dans laquelle il avait été emporté par la tempête. Même si c'est Moi (et c'est pas rien !) qui lui fait face, ça va être galère de lui tenir tête. Le plus chiant - en plus du fait que ce soit un Heren et qu'il est complètement cheaté question pouvoirs - c'est qu'il a une putain de protection corporelle et qu'on ne peut pas la lui arracher de force comme avec un bouclier.

Du coup, non seulement il va falloir faire gaffe aux attaques qu'il va lancer - que ce soit sur nous ou sur le piaf, heureusement qu'Azy'-chan et les autres s'occupent de limiter les dégâts dans les gradins - mais on ne pourra même pas compter sur la chance ou sur les petites blessures qu'on pourrait lui faire cumuler.

Non : si on veut l'avoir, il va falloir lui faire exploser cette putain de carcasse et pour ça, il faudra frapper fort. Pour le coup, avoir une Valar télékinétique à côté ne sera pas de trop. 

Je secouai la tête avec un léger sourire amusé. Mais à quoi je pense sans déconner ? Je suis le grand Kazu-sama ! Des plans pour l'avoir - même avec son avantage - je peux en pondre quand je veux, même sans l'aide de qui que ce soit. D'ailleurs, il venait déjà de tomber dans mon premier piège.

- Doooommaaaage. Ricanai-je en tournant la tête sur le côté.

Je pus ainsi voir derrière moi sa grande silhouette - putain, c'est en le voyant de près que je découvris qu'il était un peu plus grand que moi l'animal - figée dans une position destinée à me zigouiller : ses ongles changés en griffes étaient pointés droit vers ma nuque.

À force de l'avoir vu disparaître et réapparaître sans arrêt, j'avais laissé tomber l'idée de le suivre du regard. Et grâce au tour de passe passe du piaf, j'avais compris comment marchait la manœuvre : tout en faisant apparaître plus loin un clone d'eau, il se transforme lui-même en une sorte d'insecte tellement petit qu'il en devient invisible. Sauf que sous cette forme, il perd totalement sa protection d'écailles. C'est pour ça que j'avais créé tout autour de moi une zone remplie de lames d'air. S'il essayait de la franchir sous sa forme invisible, il y passerait à coup sûr. Du coup, pour m'avoir, il était forcé de reprendre sa forme humaine. Sauf qu'en s'approchant trop près, il était entré dans le périmètre de mon ombre et s'était retrouvé figé sur place. Il a peut-être le corps recouvert d'écailles mais sa tête restait à découvert.

Je me retournai face à lui et soutins le regard haineux qu'il me balançait. Les cris des gens terrifiés, de ceux qui souffraient, de ceux qui faisaient de leur mieux pour soigner les blessés et évacuer les autres me parvenaient aux oreilles à travers le souffle de la tempête. La pluie qui continuait de tomber avait trempé mes cheveux qui me collaient en partie au visage mais je n'en tenais pas compte. Tout ce chantier causé simplement par une personne. Et encore, il avait en grande partie été occupé par l'idée de zigouiller le piaf. S'il avait décidé de ne s'en prendre qu'au public, les dégâts auraient sans doute été bien pire.

- Ça c'est pour ce que t'as fait à mon pote et pour le boulot que tu donnes à faire aux autres. Dis-je en lui balançant mon poing à la gueule.

Sauf qu'il le stoppa dans sa propre main. Tain', je pensais pas qu'il se déferait si vite de mon ombre - mais en même temps, il peut lui aussi manipuler les ombres. Je sentis sa main commencer à se resserrer sur mon poing. Je me dépêchai donc de le retirer et de m'éloigner un  minimum de lui. Presque aussitôt après, je me rapprochai à toute vitesse, me retrouvant à moins d'un mètre de lui. Je dégainai alors mon sabre et lui portai un coup au visage. Mais il stoppa le coup en attrapant ma lame avec sa main recouverte d'écailles de dragon. Putain de morphe !

Sans lâcher mon arme, je mêlai de nouveau mon ombre à la sienne pour l'immobiliser juste un instant. À cet instant, l'ombre qui se trouvait dans ma main de libre prit la forme d'un poignard que je lui envoyait à la figure. Mais il fut également rapide à réagir : le poignard percuta un mur de glace qui venait d'apparaître devant lui, mur qui explosa vite en morceaux. À ce moment-là, je me dépêchai de m'envoler pour prendre de la distance. J'avais à peine commencé à décollé que les morceaux de glace avaient pris la forme de pointes qui filèrent dans la direction où je me trouvais plus tôt.

Une fois stabilisé dans les airs, je commençai à m'agacer. C'est qu'il réagit vite le salaud. Mais pas le temps de souffler : une planche en bois, soufflée par la tempête, vola droit vers moi. Je me baissai à temps pour l'éviter et c'est ce qui me sauva : au même moment, l'autre fou était déjà réapparu derrière moi et portait un coup d'épée de glace qui péta la planche en deux à la place de ma tête. Je me retournai aussitôt pour lui porter un cou à la gorge qu'il para de justesse avec son épée de glace. Presque ! Je le repoussai rapidement en arrière et lui envoyai une sphère d'air remplie de lames d'air à la gueule. Je sais pas trop comment il la vit mais il parvint quand même à la trancher en deux. Mais cette fois, une des parties coupées de la sphère passa trop près de son visage et une lame d'air lui entailla légèrement la joue.

J'abaissai ma main et une forte pression s’abattit sur lui, le faisant chuter vers le sol. Juste en dessous se trouvait la descendante de Date Masamune qui l'attendait de pied ferme.
avatar
Kazuma




Messages : 823
Age : 28

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Pouvoirs: Contrôleur d'Ombres
Animae: Alina, une chouette au plumage couleur neige

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Anikeï le Ven 1 Jan - 15:21

Ces saletés d'humain. Dès qu'on se charge de se débarrasser d'un, il y en a deux autres qui apparaissent. Et vu l'expérience qu'il semble avoir, le dernier risque d'être le plus difficile à gérer. Il a l'air plus organisé, plus prudent que les deux autres. Il ne porte pas de coups au hasard.

Emporté vers le sol par l'attaque du dernier perturbateur, j'aperçus la fille qui semblait attendre ma chute juste en dessous. D'un mouvement de la main, son corps fut éjecté sur le côté, libérant l'espace. Tout en redressant mon corps, ma chute se fit de moins en moins rapide et j'atterris au sol sans avoir besoin de fléchir les genoux. Je levai la tête vers la saleté d'humain qui était toujours dans les airs. La pluie qui continuait de tomber devint une pluie de cristaux de glace, des cristaux aiguisés. Ces derniers l'entaillèrent de parts en parts.

Mais il créa rapidement une barrière de vent qui repoussa les cristaux qui continuèrent de tomber dans toute l'arène. Les premiers parvinrent même à blesser certains humains trop imbéciles pour s'être rendu compte que la forme de la pluie avait changé. J'intensifiai alors la violence de la pluie dont les cristaux pouvaient désormais se planter dans des membres humains.

Ce fut d'ailleurs ce qui stoppa l'élan de l'autre imbécile de fille qui avait commencé à reprendre son élan pour m'attaquer. Dès que je la vis commencer à retirer un cristal de glace planté dans son épaule, ma main attrapa l'arrière de sa tête, empoigna ses cheveux et la plaqua violemment au sol. Mon index pointa son autre épaule. Une bille de glace se matérialisa et fut projetée à toute vitesse pour se planter dans ladite épaule. L'effet ne fit malheureusement pas autant de dégât qu'une balle d'arme à feu mais la douleur était très similaire. Elle ne parvint d'ailleurs pas à contenir un cri de douleur en essayant de se dégager de mon emprise.

Elle fit un mouvement de la main. Certaines pierres qui, portées par la tempête, volaient à proximité furent attirées droit vers mon corps, corps qui fut projeté par télékinésie droit sur ces pierres mais qui disparut avant la collision.

Je repris ma forme normale au-dessus de l'autre humain qui était toujours dans les airs mais n'avait pas attaqué, sans doute pour ne pas risquer de blesser l'autre imbécile qui se relevait en se tenant l'épaule qui commençait à saigner. Avant qu'il ne se rende compte de ma présence, je lui envoyai une sphère d'ombre qui lui tomba sur l'épaule. Elle remonta rapidement jusqu'à sa gorge et s'enroula autour de cette dernière. Je refermai ma main et mon ombre commença à l'étrangler violemment.

Il en perdit sa concentration et sa barrière de vent ainsi que le souffle qui le maintenait suspendu en l'air disparurent. Il entama alors une chute libre tout en gardant ses mains plaquées contre sa gorge, essayant de retirer quelque chose qu'il ne pouvait pas toucher. D'un mouvement de la main, j'accélérai sa chute vers le sol.


avatar
Anikeï




Messages : 161
Age : 37

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Pouvoirs: Morphe et Contrôleur d'Ombres Eau
Animae: En quoi ça te regarde?

Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Akira le Sam 2 Jan - 9:34

Saleté de pluie ! Si je ne m'étais pas pris ce fichu bout de glace dans l'épaule, j'aurais pu l'avoir pendant qu'il était occupé avec le gars blond qui était venu à ma rescousse. Mais non seulement j'avais raté mon coup mais maintenant je me retrouvais avec une épaule HS. C'est vrai qu'Aki-nii-chan savait faire ce genre de coup aussi mais je n'aurais pas pensé que celui-là le ferait aussi.

En voyant le blond tomber à vitesse grand V vers le sol en se tenant la gorge, comme si on l'étranglait, je me dépêchai de me positionner en dessous, prête à ralentir sa chute avec ma télékinésie. Mais il sembla finalement réussir à se défaire de cette tâche d'ombre qui semblait l'étrangler. Il tendit aussitôt le bras sur le côté et une sorte de fil d'ombre s'échappa de sa main pour aller se coller contre un mur à proximité. Ne lâchant pas l'autre extrémité, il se laissa porter vers le mur, un peu comme Spiderman qui se balance d'un mur à l'autre avec sa toile. Dès qu'il fut suffisamment proche du sol, il lâcha sa "toile d'ombre" et atterrit au sol dans un dérapage contrôlé.

- Trop classe !
M'exclamai-je en le voyant faire.

Je relevai alors la tête vers Anikeï mais il avait de nouveau disparu. Suivant l'exemple du grand blond, je créai autour de moi une barrière d'électricité. Et apparemment je le fis juste à temps : à peine ma barrière fut-elle créée qu'Anikeï redevint humain tout près de moi et se dépêcha de reculer de quelques pas.

Je me dépêchai de rassembler toute l'électricité de ma barrière en une seule sphère électrique que j'envoyai direct sur le fou furieux. Il se contenta de simplement lever les yeux au ciel et une grosse sphère d'eau émergea du sol et frappa ma sphère pour l'envoyer voler dans les airs. Mais il n'avait pas rebaissé les yeux que j'étais déjà derrière lui. Profitant de ma super vitesse, encore plus boostée avec ma télékinésie, je lui donnai un grand coup du pommeau de mon katana en plein dans le dos. Non seulement, je parvins enfin à le toucher mais le son que j'entendis me fit comprendre que j'avais réussi à briser une partie de sa protection d'écailles (par contre, le pommeau de mon katana avait lui aussi pris un sérieux coup et était tout fissuré).

En voyant le grand blond atterrir au sol à quelques pas à peine de nous, je lui adressai un regard.

- À toi ! Lui criai-je en projetant Anikeï dans sa direction grâce à ma télékinésie.

Mais, avant même qu'il ne parvienne à sa hauteur, Anikeï disparut de nouveau. Il est chiant à disparaître comme ça à tout bout de champs celui-là ! Il réapparut juste au-dessus de moi et fit tomber une stalactite juste au-dessus de ma tête. Mais je l'esquivai rapidement grâce à ma vitesse et, avant que la glace ne s'écrase au sol, je levai la main et la stalactite devint une stalagmite qui remonta droit sur son propriétaire. Mais ce dernier la fit disparaître sans effort.

Je commençais à être à bout de souffle. Courir aussi longtemps à cette vitesse et enchaîner les attaques aussi bien électriques que télékinétiques était super épuisant, même pour une Valar. Mais ça devait vouloir dire qu'Anikeï aussi devait commencer à fatiguer : vu tous les tours qu'il a utilisé depuis le début, c'était impossible qu'il soit encore totalement en forme même s'il devait encore avoir pas mal de réserves.


avatar
Akira




Messages : 2744
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Pouvoirs: Morphe d'Eau
Animae: Tiago, un Griffon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Kazuma le Sam 2 Jan - 10:26

Hey ! Mais c'est qu'elle se démerde la gamine ! Bon par contre, j'ai plus trop d'excuses maintenant : va VRAIMENT falloir que j'arrive à blesser l'autre fou sinon j'aurais l'air con à côté d'elle.

Je levai la tête en l'air. Je profitai du fait qu'il n'avait pas l'air décidé à disparaître une nouvelle fois pour prendre doucement mon envol et m'élever jusqu'à sa hauteur. Je vais laisser la gamine gérer l'action au sol et je me démerderai pour gérer la partie aérienne - même si, ironiquement, je suis plus fortiche au sol qu'en l'air malgré mon pouvoir.

Je rassemblai et compressai de l'air au creux de ma main. Au bout d'un moment, la concentration d'air fut telle que les muscles de mon bras étaient contractés au point de commencer à me faire mal. Je plaçai ma main en arrière puis relâchai l'air concentrée. Je fus aussitôt projeté à toute vitesse vers Anikeï. À l'instant même où il fut à ma portée, je sorti mon sabre et lui portai un coup à la gorge. Il para le coup mais de justesse. Par contre, il ne fut pas capable de contenir la puissance de mon sublime et parfait corps projeté à toute vitesse et il fut repoussé en arrière. Dès qu'on commença à se dégager l'un de l'autre, je changeai la direction du vent pour qu'il soit attiré dans ma direction. J'enchaînai direct avec un coup de poing à la gueule qu'il évita en penchant la tête sur le côté. Au lieu de retirer mon bras, j'en profitai pour poser ma main sur son épaule et une violente rafale de vent l'éjecta vers le bas. Je formai alors deux sphères d'ombre que je fis également tomber à toute vitesse dans sa direction au moment où il venait de stopper sa chute.

Mais il disparut de nouveau et les sphères d'ombre s'écrasèrent violemment et créèrent deux trous dans le sol. J'essayai de repérer où il allait pouvoir réapparaître, prêt à contrer une nouvelle attaque. Mais il ne se passa rien. Même du côté de la gamine, c'était le calme plat - si on mettait de côté le souffle de la tempête, la pluie de glace, les divers objets/pierres/sable/bois et cie qui volaient, se percutaient où s'écrasaient contre les murs, le sol, les gradins.

Je parvins finalement à le repérer mais ce que je vis m'affola d'un coup : il venait de réapparaître devant le piaf, toujours pétrifié au sol à l'autre bout de l'arène. L'enc... Le sodomisé - ça fait plus poli - de fils de prostituée ! Il n'avait pas oublié son existence. Je pensais qu'il serait trop occupé par nous deux pour ne plus essayer de s'en prendre au piaf mais au final, c'est nous qui, trop occupés à l'affronter, avions oublié de veiller sur lui.

La gamine poussa un cri de panique en le voyant lever sa lame de glace au-dessus de la tête du piaf, consciente que, même avec sa super vitesse, elle ne pourrait pas le sauver à temps. Il abaissa alors sa lame.




Ou du moins, il commença à le faire. Son geste cessa en plein élan et il se retrouva incapable de bouger. Son regard fixa le sol, sans doute à la recherche d'une ombre qui aurait pu l'immobiliser mais qui n'existait pas.

- Il aura fallu qu'il nous pousse à Le faire. Soupirai-je d'exaspération.

Mes cheveux d'un blanc de neige étaient secoués par le vent qui, loin de se calmer, gagnait de plus en plus en puissance. Je pris une longue inspiration et libérai mes ailes, de longues ailes d'un blanc identique à celui qu'avaient pris mes cheveux. Je me laissai alors doucement redescendre au sol, battant de temps à autres des ailes pour freiner progressivement ma chute et atterris avec souplesse au sol.

Je me mis alors en marche en direction d'Anikeï et Akira. Malgré lui, Anikeï s'éloigna rapidement du corps inactif de son disciple. Lorsqu'il fut suffisamment éloigné, il resta immobile, totalement incapable de se mouvoir par lui-même. Une zone remplie de lames d'air se créa tout autour de lui, lui intimant de ne pas prendre une forme trop petite pour s'enfuir de mon emprise.

C'est alors qu'une des pierres qui volaient au milieu de la tempête vola à toute vitesse jusqu'à lui et le frappa à l'épaule. L'impact fissura dangereusement ses écailles. Une autre arriva presque aussitôt ensuite, le frappant au torse. Une autre le frappa à la jambe, une autre au bras. Très rapidement, l'ensemble de sa protection d'écailles de dragon était devenue inutile.

avatar
Kazuma




Messages : 823
Age : 28

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Pouvoirs: Contrôleur d'Ombres
Animae: Alina, une chouette au plumage couleur neige

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Anikeï le Dim 3 Jan - 12:36

En cet instant, s'il y avait bien deux personnes que je mourrais d'envie de tuer, c'était bien l'imbécile que je supportais depuis si longtemps et qui s'obstinait à ne pas mourir. Le deuxième était celui qui se trouvait actuellement en face de moi. Je ne pensais pas qu'un seul Valar, bien que secondé par une autre imbécile qui se débrouillait également pour se mêler de ce qui ne la regardait pas, arriverait à me mettre dans cet état, même après avoir fusionné avec son Animae.

En fusionnant, il n'était plus limité avec son ombre pour manipuler d'autres corps. Il suffisait simplement qu'il entre dans son champs de vision pour qu'il puisse le manipuler à sa guise. Sa maîtrise de l'air semblait avoir également été améliorée. Il est vraiment temps que je les tue.

Un clone de glace se matérialisa à mes côtés. Je disparut alors du champs de vision de la saleté d'hybride qui se tenait toujours face à moi. Mon clone m'enveloppa dans ses mains et se dépêcha de traverser la barrière de lames d'air qui m'entourait. Certaines parties furent tranchées mais l'ensemble du corps tint le coup. Une fois à l'extérieur, il me libéra de ses mains avant de disparaître.

Au bout de quelques secondes, la pluie cessa mais la température de la tempête se mit à chuter progressivement. De la neige finit par s'y mêler, transformant cette tempête en blizzard, un blizzard dans lequel la vue devenait inutile.

Je ne mis pas longtemps à repérer la position de la fille qui semblait désorientée au milieu du blizzard. Pathétique créature. Dès qu'ils ne peuvent plus compter sur leur lamentable vue, ils sont complètement perdus. Ce que ça peut m'énerver de voir à quel point les humains peuvent être lamentables.

Je réapparus derrière elle et tentai de planter mon épée de glace dans son dos. Mais elle avait réussi à percevoir ma présence. Elle para aussitôt le coup avec son propre katana.

- Il n'y a pas que les objets qu'un télékinétique peut ressentir. Expliqua-t-elle.

Comme si j'avais besoin qu'elle me l'explique. Le fait qu'elle me croit aussi pathétique qu'elle m'énerva encore plus. J'approchai mes griffes de sa gorge mais elle s'éloigna avec sa vitesse électrique. Elle ne mit pas longtemps à repasser à l'attaque.



L'hybride finit par mettre fin à sa tempête, mettant ainsi fin au blizzard qui bloquait la vue des humains présents aux alentours. L'ensemble du sol de l'arène avait été recouvert de glace.

Il se mit à me chercher du regard. Ce fut le bruit d'un liquide tombant au sol qui lui indiqua ma position. Il finit par me repérer dans les airs avec une nouvelle coupure sous le menton. Le corps de la fille était embroché sur mon épée de glace. Le liquide qui avait attiré l'attention de l'hybride était le sang qu'elle se mettait à perdre. Elle était toujours consciente mais la douleur de sa blessure au ventre et celle du bras que je lui avais retourné au moment où elle avait fini embrochée par mon épée l'empêchaient d'esquisser le moindre geste. Dans son état, elle devait être en train de lutter pour ne pas perdre connaissance.

Je posai mon pied sur son bas-vente et appuyai dessus pour retirer mon épée de son corps que je laissai tomber vers le sol.


avatar
Anikeï




Messages : 161
Age : 37

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Pouvoirs: Morphe et Contrôleur d'Ombres Eau
Animae: En quoi ça te regarde?

Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Akira le Dim 3 Jan - 15:08

La tempête avait brusquement viré au blizzard. Non seulement il s'était mis à faire super froid mais c'était impossible d'y voir quoi que ce soit. Avec tous ces débris qui volaient, c'était difficile de repérer Anikeï. En temps normal, même sous une forme d'insecte j'aurais pu le localiser en me concentrant comme il faut. Mais là, c'était juste mission impossible. Il n'y avait que quand il reprendrait sa forme humaine que je pourrai le localiser (et comme il y avait de grandes chances que le moment où il réapparaîtrait serait aussi celui où il attaquerait, je devais garder mes réflexes au taquet).

Au moment où j'avais réussi à parer son coup à me dégager, je crus que j'allais pouvoir profiter du blizzard pour l'attaquer (après tout, il y avait de bonnes chances que sa vision aussi soit brouillée avec toute cette neige). Je passai à toute vitesse près de lui et lui portai un coup au visage. Il eut tout de même de bons réflexes et parvins à parer le coup, même une partie de ma lame créa une nouvelle entaille sous son menton. Sans attendre, je repartis à l'attaque. 

Mais j'avais déjà commencé à m'élancer à la vitesse du son quand je réalisai qu'il avait changé le sol en glace. Je perdis alors totalement l'équilibre et me retrouvai à glisser à toute vitesse vers lui sans pouvoir freiner. Il eut juste à tendre son épée de glace face à moi pour que je m'empale dessus. La douleur fut telle que j'ouvris grand la bouche. Mais aucun son n'en sorti : j'en avais le souffle coupé. Il posa alors sa main sur mon épaule et appuya d'un grand coup sec dessus. Non seulement la douleur mais aussi le bruit d'os qu'on entendit m'informa qu'il venait de me la casser. Un cri de douleur commença à m'échapper mais il plaqua sa main gantée contre ma bouche pour étouffer le son. Je voulus le repousser avec ma télékinésie mais ma blessure ajoutée à la fatigue qui avait commencé à s'accumuler en plus du froid polaire qui me gelait sur place m'avait bien plus vidée de mes forces que je ne l'aurais cru. Plus je tentais d'utiliser mon pouvoir, plus ma vision se troublait.

Sans même que je ne m'en rendre compte, il nous avait transporté dans les airs. Le blizzard finit par cesser. Le gars qui s'était transformé en ange était encore à l'autre bout de l'arène. Je ne pus donc qu'apercevoir sa silhouette. Je ne sais pas quelle tête il faisait mais les quelques exclamations que j'entendis depuis le public me donna une idée de l'expression de certaines personnes. C'est vrai que je ne devais pas être belle à voir.

Anikeï finit par retirer son épée de mon corps et me laissa tomber au sol. Je n'avais même plus la force de m'inquiéter du fait que j'allais sans doute mourir. Ce que j'ai pu être bête. Croire que j'aurais pu le battre en plein blizzard, en plein milieu de son élément, sans attendre l'aide de l'ange. Ça m'apprendra à vouloir faire comme Aki-nii-chan et m'attaquer à plus fort que moi.

Commençant à perdre connaissance, mes yeux se fermèrent. Un moment donné, je ne sentis même plus le souffle du vent dû à ma chute lorsque
je la réceptionnai dans mes bras, quelques mètres à peine au-dessus du sol. Elle entrouvrit légèrement les yeux, sûrement curieuse de savoir pourquoi sa chute s'était arrêtée. Elle ne mit pas longtemps à me reconnaître et, malgré son état, une expression rassurée se dessina sur son visage.

- A... ki... nii...

Je lui adressai un faible sourire rassurant pour lui indiquer que je l'avais entendue (et surtout qu'elle cesse de parler dans son état).

Je jetai un œil à sa blessure à l'estomac. Elle perdait vraiment beaucoup de sang. Je me mordis violemment la lèvre inférieure. Il faut la soigner tout de suite avant qu'il ne soit trop tard.

- Je suis désolé. C'est de ma faute si tu as dû subir ça. M'excusai-je doucement, le visage attristé de la voir dans cet état.

Je relevai les yeux vers le bleu électrique des siens et lui adressai un petit sourire reconnaissant.

- Mais tu m'as tout de même sauvé. Merci Katsue.

- Pas... de quoi. Répondit-elle d'une voix de plus en plus faible malgré son sourire.

Je m'empressai de "voler" aussi vite que possible jusqu'aux gradins, là où se trouvait Azylis-san qui venait de finir de soigner un blesser. La plupart des personnes avaient évacué les lieux, ce qui me rassurait, même s'il restait encore un certain nombre de personnes un peu trop grand à mon goût. Même s'ils étaient des Valar, je ne voulais prendre le risque qu'il y ait d'autres blessés (il y en avait déjà eu largement assez comme ça). Je n'arrivais pas à comprendre pourquoi tout le monde restait là : ils savent que c'est dangereux. Si jamais je dois y passer, ce sera bien fait pour moi, je l'aurai bien cherché, mais je ne voulais pas que d'autres personnes risquent d'être blessées. Mais pour le coup, j'avoue que ça m'arrangeait. Katsue aura plus de chances d'être soignée à temps (je ne sais que trop bien l'effet que ça fait de frôler la mort à cause d'une (ou plusieurs) blessure trop grave). J'atterris doucement à ses côté et allongeai délicatement Katsue sur une surface plate. Elle devenait de plus en plus pâle. Cette vision m'affola de plus en plus. Je me tournai vers Azylis-san, le regard suppliant.

- Je vous en prie ! Sauvez-la s'il vous plaît ! La suppliai-je en m'inclinant aussi bas que possible.

Je sais que j'aurais pu demander ce servir à Alice mais là je voulais que ce soit la meilleure guérisseuse que je connaisse qui se charge de soigner Katsue. Une fois redressé, je me penchai au-dessus de cette dernière. Je passai doucement ma main dans ses cheveux blancs.

- Une fois que tu seras soignée, reste ici. C'est moi qui ai provoqué ça, ce n'est pas à toi d'encaisser les coups à ma place. De toute façon, ça devrait bientôt être terminé. Lui dis-je avec une voix et un sourire rassurants.

Elle m'adressa un sourire identique en guise de réponse. Elle releva quelque chose qui la surprit et me lança un regard interrogateur. Elle essaya de parler mais tout ce qu'elle réussit à dire fut :

- ... main...

Je fronçai légèrement les sourcils, ne comprenant pas tout de suite ce qu'elle voulait dire avant de comprendre qu'elle parlait de ma main droite qu aurait dû être coupée et qu'elle voyait pourtant fixée à mon poignet. J'eus un petit sourire amusé.

- C'est pas vraiment une main. Lui répondis-je.

En guise de démonstration, je laissai ma main redevenir de l'eau qui flotta devant mon visage.

- Si je peux créer à manipuler un clone avec de l'eau, créer une main temporaire est encore plus facile. Lui expliquai-je avec un clin d’œil avant de reformer ma prothèse en forme de main. 

Je me relevai et m'inclinai une nouvelle fois devant Azylis-san.

- Merci pour votre aide. La remerciai-je humblement.

Et tout de suite après, je me transformai en un grand corbeau et m'envolai en direction du centre de l'arène. Au même moment, Komuro venait d'arriver près d'Azylis-san et Katsue à la vitesse du son. Malgré le fait que je m'éloignais, je pouvais l'entendre paniquer près du corps de sa cousine.

- Vite dépêche-toi de la soigner !! Elle est en train de mourir là !! Et toi hein ! Pourquoi il a fallu que tu fonces là-bas ?! T'es aussi tordue que le frangin de Seri' !

Il n'arrêtait pas de faire des allers-retours sans réussir à se calmer. De temps en temps, il tournait d'un pas précipité autour d'Azylis-san sans quitter sa cousine du regard.

- Putain regarde un peu dans quel état tu es. Ce connard d'Anikeï ! Je vais me le faire ! Je vais le butter ! Et pourquoi c'est si long les soins ?? Elle va vraiment y passer à ce rythme !! Dépêche-toi bon sang ! Vite ! Viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite !!!! S'exclama-t-il en pressant Azylis-san.

Je ne sais pas combien de temps elle va tenir comme ça mais je pense que Komuro va rapidement se faire rembarrer à ce rythme (même si je comprenais très bien sa détresse).

Je redevins humain à moins d'un mètre au-dessus du sol et me laissai tomber aux côtés d'Hish- Kazuma-san qui avait fusionné avec son Animae. Ce fut une fois à ses côtés que je réalisai à quel point il avait une présence pratiquement aussi forte qu'Anikeï-sama ou Azylis-san. C'est donc ça l'effet que ça fait une fusion ?

- Désolé que vous ayez été mêlé à tout ça. M'excusai-je en baissant légèrement la tête pour montrer ma gène (avec Anikeï-sama dans les parages, ce n'était pas le moment de faire des courbettes).

Là-dessus, Tiago atterrit à son tour au sol, juste derrière moi.


avatar
Akira




Messages : 2744
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Pouvoirs: Morphe d'Eau
Animae: Tiago, un Griffon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Azylis le Mer 6 Jan - 1:25

Je n'avais qu'une idée en tête : réanimer ce Valar qui avait sauvé tout un groupe d'élèves au péril de sa vie, or je n'avais que quelques minutes devant moi pour y remédier. Dépassé un certain laps de temps, sont cerveau non oxygéné subirait des lésions irrémédiables, et quand bien même son coeur repartait un jour, sa vie prendrait un tournant dramatique. Bien décidée à y mettre toute mon énergie, je me coupais totalement de ce qui m'entourait pour éviter toute distraction, laissant à Fenrir le rôle de notre protection. Il se positionna entre nous et l'arène, me coupant de la grosse majorité des bourrasques de vent, et scruta attentivement tout ce qui se déroulait autour de nous.

*Fais ton devoir, je remplirais le mien.*


J'acquiesçai, les sourcils froncés par la concentration. Il fallait absolument que je fasse redémarrer ce foutu muscle coûte que coûte, hélas le courant électrique devait être encore sacrément puissant lorsqu'il il l'avait traversé pour le malmener à ce point. Mais je n'obtins aucun résultat, son coeur ne semblant pas vouloir entendre raison malgré mon acharnement, ce qui n'empêchait évidemment pas les secondes de filer bien trop vite à mon goût. Très bien, puisque la manière traditionnelle semblait inefficace, il était temps de passer à la vitesse supérieur. Au moment où j'allais me redresser de ma dernière séquence de bouche-à-bouche, la masse de mon Animae nous surplomba précipitamment, brisant momentanément ma concentration.

*Ne bouge pas et continu ce que tu as à faire*
*Qu'est-ce qui se passe ?*
*Une attaque d'Anikeï, mais j'ai le cuir suffisamment dur pour limiter les dégâts*


Il savait pertinemment que me mentir ne servait à rien (ou presque) à cause du lien qui nous unissait, de ce fait il changea légèrement sa réponse.

*Ne t'en fais pas, au pire tu soigneras quelques égratignures*

A contrecœur, je décidais d'accepter à sa confiance : il avait beau se surestimer de temps en temps, il était loin d'être stupide. Et surtout il ne surestimerait jamais Anikeï. Jamais.

*Ne te surmène pas*
*C'est à moi de dire ça*


Je reportais mon attention sur mon Valar et apposait mes deux main au dessus de sa poitrine pour recommencer mon massage, mais cette fois en libérant une salve d'énergie  au même rythme que mes pressions. Au début, ça n'eut pas plus d'effet que ma technique précédente, et ça commençait à sérieusement m'inquiéter. Mais au bout d'une quinzaine de secondes je sentis un faible battement, puis un deuxième et un troisième. Bon, c'était complètement erratique et vraiment très faible, mais j'eus une bouffée d'espoir : tout n'était peut être pas perdu. Je redoublai d'efforts, injectant mon énergie à un rythme le plus régulier possible, comptant à mi-voix chaque pression que je faisais pour ne pas m'y perdre. Peu à peu, le pouls devint plus soutenu, mais le rythme était toujours bien trop lent pour que ça tienne le coup sans mon aide. Avec une infinie précaution, j'augmentais doucement la production d'adrénaline, sensée jouer sur le rythme cardiaque. Je devais être extrêmement prudente, l'état du coeur ne permettait aucune erreur de dosage. Pour se faire je fis de nouveau abstraction de tout ce qui m'entourait, y comprit l'espèce de blizzard qui s'était déclenché : rien de comptait à part ce petit muscle récalcitrant. Mais ça n'empêcha pas mes dents de commencer à claquer de froid.
Finalement, au bout d'un temps bien trop long à mon goût, le rythme cardiaque se stabilisa à une fréquence tout à fait acceptable, et n'eut bientôt plus besoin de mon aide. Le visage du Valar reprenait peu à peu des couleurs et son Animae parvint à se remettre maladroitement sur ses pattes. Il leva sa tête vers moi et émis un petit couinement, que j'assimilais à un remerciement.

- De rien, répondis-je avec un sourire en essuyant les gouttes de sueur qui coulaient sur mon front, bien que quelqu'un se soit amusé à mettre en route une clim' surpuissante, et soupirai de soulagement. Au moindre doute alerte-moi immédiatement, il est encore très fragile et je me méfie encore un peu de son coeur.

Je retirais ma veste et recouvrait le jeune homme pour le protéger un minimum du froid (vu ce qui m'attend, quelque chose me dit que je vais vite me réchauffer). Mais je n'eus pas le temps de me relever ou de tergiverser davantage que la dernière personne à laquelle j'aurais pu m'attendre atterrit à coté de moi, sa courageuse alliée dans les bras. Je serrais les dent à me les faire grincer : évidemment, elle n'avait pas pu tenir tête à ce taré bien longtemps. Quel gâchis.

- Je vous en prie ! Sauvez-la s'il vous plaît !

Comment ça « vous » ? Il est pas bien ce piaf, il s'est cogné la tête à ce point là ? Je te raconte pas le génocide de neurones dans ce cas là ! Et t'inclines pas autant, c'est un coup à se prendre un pieu de glace perdu dans le c-…

*Je me serais bien passé de cette image, merci.*

- Pas la peine de demander aussi formellement, bien sûr que je vais la remettre sur pied ta copine, répondis-je avec un regard confiant.

Tandis qu'ils se faisaient leurs « adieux » (sérieux arrêtez, ça va lui porter la poisse vos conneries, déjà qu'il est pas tellement béni avec la chance en ce moment), j’auscultais la jeune femme et grimaçait devant la gravité de la blessure : ça n'allait pas être une partie de plaisir ça non plus. Autant pour elle que pour moi.

- Merci pour votre aide.

Sérieusement, c'est quoi son problème avec ce vouvoiement !

- File avant que je te ligote au sol ! M'exclamais-je à contrecœur en me détournant pour poser mes main sur la blessure de la jeune femme.

Si je le regardais dans les yeux maintenant, j'étais certaine de tout faire pour l'empêcher de repartir. Mais je ne pu me taire bien longtemps, et avant qu'il ne soit trop loin je hurlais à m'en déchirer les cordes vocales :

- J'accepte de te soigner autant de fois que tu veux, mais je refuse de t'enterrer ! T'entends stupide piaf ?! T'AS PAS LE DROIT DE CREVER !!!

Les dents serrées, je reposais mon regard sur le visage blafard auquel je devais rendre ses couleurs.

- A nous deux Jean Grey, et par pitié essaye de ne pas finir comme dans le 2e film... ET TOI FERME TA GUEULE ! Crachais-je à l'espèce d'énergumène qui me tournait un peu trop autour.

Bon, première priorité : l'empêcher d'entrer en hypothermie.

- Fenrir !

Je n'eus même pas besoin d'en dire davantage, il se coucha entre les deux Valars au sol, histoire d'en réchauffer deux pour le prix d'un. Je fis face à la jeune femme et lui adressai un sourire rassurant.

- Je vais te retaper, mais tu as interdiction formelle de t'endormir, ok ? Tu es forte, je sais que tu es capable de résister. Toi ! M'exclamais-je en direction du brun paniqué, sers à quelque chose et appuis sur sa plaie avec ton pull pour limiter la perte de sang : à ce train là elle va se vider avant que j'ai pu faire quoique ce soit.

Sans attendre davantage, j'activais mon pouvoir, et la chair commença  immédiatement à se régénérer. Allez, prend exemple sur ton collègue et me fait pas faux bond...


avatar
Azylis




Messages : 1254
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: Va savoir... j'ai la jeunesse éternelle !
Pouvoirs: Je guéris et me multiplie !
Animae: Tu vois le beau loups gris là bas, qui pourrait te bouffer en une bouchée ? Ben c'est lui ! :3

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Alice le Sam 9 Jan - 6:33

Eh ben ! Je me doutais que l'épreuve n'allait pas être banale, mais je ne pensais pas que ça prendrait cette tournure. Des épreuves basées sur un affrontement, on en avait déjà vu plusieurs fois. Il est même arrivé quelques fois que certaines personnes se retrouvent plus ou moins directement mêlées à l'épreuve par accident. Mais c'était la première fois que j'assistait à une épreuve où l'Istari doive être secouru par deux Valar pour ne pas y passer et où tout le public était également pris pour cible. Décidément, Il sait se distinguer des autres.

Du côté pouvoirs, c'était couru d'avance que son protégé ne ferait pas le poids contre lui. Mais du côté adresse, il fallait reconnaître qu'il savait se débrouiller avec un sabre à la main - surtout avec une main coupée. Il arrivait même à Lui donner du mal. Mais bien sûr, ce n'était pas suffisant. Assise à côté de Kazu', je regardais l'échange sans cacher l'intérêt qu'il m'apportait. C'était sans doute la première participation d'Anikeï - ou sa première participation depuis bien longtemps - à une épreuve d'Istari pour passer Valar, il ne fallait surtout pas en perdre une miette.

Quand le protégé d'Anikeï se mit soudainement à crier sans raison et qu'il se retrouva paniqué dans son coin, je compris vite que l'épreuve était terminée. Malgré moi, je fus inquiète pour lui. Sans même m'en rendre compte, j'avais commencé à me lever, prête à aller l'aider mais quelqu'un fut plus rapide.

- Ooooh ? M'exclamai-je avec un sourire intéressé en me retournant vers le centre de l'arène.

Oser s'attaquer à Lui comme ça. Elle en a une sacrée paire. Mais au moins, ça me permettra de Le voir un peu plus en action.

En Le voyant réussir à suivre la cadence de la fille qui se déplaçait quand même à une vitesse surhumaine, je pressai ma main contre ma poitrine, le cœur battant de plus en plus vite. Le voir si fort le rendait encore plus beau.

Par contre, ça devint vite la panique dans le public quand Il commença à nous envoyer des attaques qui firent rapidement des dégâts aussi bien humains que matériels. La sphère qu'il avait envoyé dans le public et qui avait explosé était passé près de moi et Kazu'. Ce fut donc sans surprise que plusieurs blessés apparurent près de moi.

- Tsss. Sifflai-je d'agacement.

À cause de ces cons, je devais détourner mon regard du combat. S'il n'y avait pas eu Kazu' à côté de moi, je les auraient envoyé chier. Il devait bien y avoir d'autres guérisseurs dans le coin quand même. Mais si je faisais ça, j'allais encore me prendre un sermon de Kazu' sur les bienfaits d'aider autrui et tout le tremblement et j'étais pas d'humeur à supporter ça.

Je m'approchai d'un blessé à proximité et plaquai ma main sur sa figure. Je stimulai ainsi son cerveau pour qu'il produise un peu plus d’adrénaline, ce qui l'aidera à mieux supporter la douleur.

- Maintenant fous le camps à l'infirmerie.
Lui ordonnai-je en le relevant de force et en le poussant en avant avec un coup de pied à l'arrière train.

C'est à ce moment-là que je réalisai que Kazu' n'était plus à côté de moi. Sur le coup, je commençai à regarder tout autour de moi, craignant qu'il ait été blessé par l'explosion sans que je ne m'en rende compte. En l'apercevant au centre de l'arène face à Anikeï, je me figeai sur place.

- Oh non, pas toi. Murmurai-je.

Je crois que j'aurais préféré le voir blessé à côté de moi plutôt que là-bas. Je sais à quel point il est fort lui aussi mais c'est Anikeï qu'il a en face de lui. Et s'il y avait bien une personne que je ne voulais pas voir mourir, c'était bien lui.

Je commençai à descendre un rang, en direction de l'arène. Que ça lui plaise ou pas, je le ramène là-haut par la peau des fesses s'il le faut mais pas question de le laisser risquer d'y passer. Sauf qu'un type me bloqua la route pour m'interpeller.

- S'il vous pl-

Mais la boule de feu que je lui envoyai et qu'il fut obligé d'éviter le coupa dans son élan.

- Dégage. Lui dis-je sans même lui accorder un regard tout en continuant de descendre les marches.

- Je vous en prie ! Il va mourir !


- Je m'en f-

Mais j'aperçus son pote. Il était inconscient, la quasi-totalité de partie droite de son corps était brûlée en sang. Il avait dû être juste à côté de l'explosion. D'ici, je "sentais" très nettement son cœur qui battait si lentement qu'il était clairement sur le point de s'arrêter. Je jetai un nouveau coup d’œil en direction du centre de l'arène. Kazu' avait commencé à se battre.

- Et merde. Pestai-je.

Je m'accroupis près du corps du gars en sang. Je recouvris mes mains de flammes bleues. Je les posai ensuite sur les parties blessées pour cicatriser les plaies et stopper l’hémorragie. Ce sera plus facile pour soigner le reste après ça.

Mais de nouveaux cris attirèrent mon attention. Une pluie de cristaux de glace commençait à nous tomber dessus. Un nouveau sifflement d'agacement m'échappa. Je me relevai. Le regard vers le ciel, je levai ma main, envoyant une boule de feu bleue en l'air. Elle se figea à quelques mètres. Je refermai alors mon poing. La boule de feu se mit à grossir puis à s'étirer. Elle s'étira jusqu'à former un voile de feu suffisamment chaud pour faire fondre la glace qui lui tombait dessus.

- Grouillez-vous de venir vous abriter ! Ordonnai-je aux imbéciles d'à côté.

- Et s'il en a de type feu dans le lot, servez à quelque chose et maintenez la protection en place.


Là-dessus, je me penchai de nouveau sur mon blessé et repris mes soins. Au bout de quelques instants, la pluie de glace cessa. Mais un blizzard lui succéda, éteignant complètement ma protection de feu. Il est peut-être beau mais Il commence doucement à m'agacer là. Ça lui ferait chier de me laisser souffler deux minutes ?

* C'est Hishigi qui lui donne du mal. *

* Pour de vrai ? *

* Oui : il a fusionné avec Alina.*

* Sans rire ? *

Je ne l'ai vu fusionner qu'une seule fois : la fois où on avait décidé de se faire un combat entre nous. Et pour le coup, le surnom de "gueule d'ange" qu'on lui avait donné lui allait plutôt bien. Et vu le pouvoir qu'il a une fois qu'il fusionne, je comprends mieux pourquoi Anikeï a créé un blizzard aveuglant.

Je délaissai mon patient pour regarder le centre de l'arène pour voir ça. Mais avec ce blizzard, on n'y voyait rien. Cependant il se dissipa plutôt vite.

J'aperçus alors Kazu' sous sa forme d'ange. Face à ce spectacle, je ne pus m'empêcher de sourire, amusée. Sous cette forme, même Anikeï risque d'avoir du mal. Je finis par repérer ce dernier dans les airs. Un soupire de lassitude m'échappa en voyant qu'il avait réussi à avoir la fille de tout à l'heure. Mais le protégé d'Anikeï semblait s'être enfin réveillé : il attrapa sa pote au vol avant qu'elle en s'écrase au sol.

À partir de là, je me penchai de nouveau sur mon patient. Depuis que j'avais vu Kazu' sous sa forme fusionnée, je ne me faisais plus de soucis pour lui. Si c'est une épreuve limitée dans le temps, je suis sûre qu'il réussi à Le contenir jusqu'à la fin, même tout seul. J'étais bien placée pour savoir à quel point son pouvoir est chiant quand il est sous sa forme d'ange.
avatar
Alice




Messages : 221
Age : 30

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Pouvoirs: Guérisseuse de Feu
Animae: Thorn, le cobra qu'il vaut mieux ne pas regarder dans les yeux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Kazuma le Dim 10 Jan - 3:41

C'était frustrant mais il a vite compris une des limites de ma capacité spéciale : je n'ai peut-être pas besoin de faire usage de mon ombre pour contrôler un corps mais je suis limité par ma vision. En se dissimulant dans le blizzard, mon pouvoir était devenu inutile contre lui.

Ne trouvant aucun repaire au milieu de ce vent chargé de neige et de glace, je fus contraint de faire disparaître le vent que les portait. La colère commença à me dominer lorsque je l'aperçus dans les airs, la descendante de Date embrochée au bout de son épée de glace.

Heureusement, Akira-san semblait être finalement sorti de sa crise de panique et avait réceptionné sa camarade à ma place. La sachant désormais entre les mains d'Azylis-san, je ne me faisais plus vraiment de soucis pour elle.

Je fixai Akira-san avec un sourire amusé en le voyant s'excuser devant moi. Je notai qu'il avait l'air d'avoir réglé le soucis de sa main coupée au début de l'épreuve, ce qui devrait sans doute bien l'aider pour la suite.

- Je n'ai personnellement rien de particulier à te reprocher - si ce n'est t'être mis inutilement en danger - mais on a décidé d'intervenir de notre propre chef. Par contre, quand ce sera terminé, Kazuma aura un petit sermon à te donner. Le prévins-je avec un léger rire amusé.

Je relevai la tête vers Anikeï-san qui n'avait pas manifesté d'intention de se rapprocher de nous, sans doute à cause de ma capacité.

- À partir de maintenant, je vais te laisser gérer les choses comme tu l'entends. Malgré la tournure qu'ont pris les événements, ça reste toujours ton épreuve. C'est donc à toi de la réussir. Je ne serai là qu'en soutien et n'interviendrai que lorsque tu me le demanderas ou quand j'estimerai que ce sera nécessaire pour ta survie.

Là-dessus, je rengainai mon sabre dans son fourreau, attendant patiemment la suite.
avatar
Kazuma




Messages : 823
Age : 28

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Pouvoirs: Contrôleur d'Ombres
Animae: Alina, une chouette au plumage couleur neige

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Akira le Dim 10 Jan - 4:46

"Ta copine". Sur le coup, mes joues virèrent au rouge vif. Non mais je ne sais pas ce qu'elle s'imagine mais il n'y a rien entre Katsue et moi ! On est juste très bons potes, ce n'est pas allé plus loin (enfin pour l'instant). J'étais sur le point de préciser tout ça à Azylis-san mais je me retins : il y avait plus urgent pour l'instant (et de toute façon, je suis sûr qu'elle n'en a rien à faire après ce qui s'est passé l'autre jour. Je me demande même si dire ça, ce n'était pas sa façon de me dire qu'elle voulait bien me rendre service mais que ça n'irait définitivement pas plus loin. C'était bien dommage mais du temps qu'elle guérissait Katsue, le reste n'était que secondaire là).

"Avant que je te ligote au sol". Je m'arrêtai direct dans mon élan, les joues virant de nouveau au rouge. Quand elle dit ça, elle veut dire...

* C'est pas bientôt fini tes débilités ?? *

Je secouai la tête pour reprendre mes esprits. Bien sûr que ce n'était le moment pour qu'elle pense à ça. Je me dépêchai donc de regagner le centre de l'arène. En l'entendant me dire de ne pas mourir, j'eus tout de même un sourire intérieur amusé. Je vais essayer, mais je ne promets rien pour ça.

J'eus tout de même un sourire gêné lorsqu'il me dit que Kazuma-san me passerait un savon plus tard. J'avais beau savoir qu'il était à la fois Kazuma-san et son Animae, je ne pouvais m'empêcher de me dire que c'était juste Kazuma-san que j'avais face à moi (avec une présence beaucoup plus impressionnante que d'habitude et surtout des ailes dont j'étais jaloux). Du coup, l'entendre parler de lui à la troisième personne, ça me faisait un peu bizarre.

L'entendre me dire qu'il me laissait gérer la suite me rassura. Ça veut dire que si je me débrouille suffisamment bien pour tenir jusqu'à la fin du temps imparti, il n'aura pas besoin d'intervenir et donc ne risquera pas d'être blessé.

- Merci beaucoup. Le remerciai-je avec un sourire reconnaissant.

Je levai de nouveau la tête en l'air et mon sourire fut aussitôt remplacé par un regard haineux. L'image du corps mourant de Katsue et celle des blessés se faisant soigner par les guérisseurs présents étaient encore bien présentes dans ma tête. À la base, il n'y avait que moi qu'il devait prendre pour cible. Mais il aura fallu qu'il en attaque d'autres.

* Ce n'est pas une raison pour lui foncer dessus crinière baissée. *

* Je sais. *

* Et tu avais prévu de faire quoi ? *

* L'attaquer sans arrêt jusqu'à ce que ça passe. *

* Idiot... *

Je commençai à plier des genoux pour prendre mon élan mais Tiago m'arrêta.

* Attends. *

* Quoi ? *

* Reste par ici le plus longtemps possible. *


* Pourquoi ? *

* Il craint le pouvoir de Kazuma, c'est pour ça qu'il reste si éloigné. Plus tu restas près de lui, plus tu gagneras du temps. *

* Et quand il se décidera à attaquer, Kazuma-san sera en première ligne. Pas question ! *

Là-dessus, je bondis dans les airs et me transformai en un grand corbeau.

* Mais qu'il m'énerve celui-là alors ! *

* Je veux me battre ! C'est pas en restant caché derrière Kazuma-san que je vais devenir meilleur ! *

* Ce n'est pas en te faisant tuer bêtement que ça ira plus vite ! *

En m'approchant d'Anikeï-sama, je m'attendais à le voir attaquer ou disparaître mais au lieu de tout ça, il resta sur place. Ce comportement me paraissant suspect, je stoppai ma course et redevins humain tout en restant suspendu dans les airs. Tiago qui me suivait de près s'arrêta à mes côtés. Anikeï-sama prit alors une grande inspiration et poussa un hurlement, un hurlement qui n'avait rien d'humain, un hurlement bestial, un hurlement si puissant que je dû me boucher les oreilles.

Je le regardai sans comprendre. C'était la première fois que je le voyais faire quelque chose comme ça.

* Ce n'est pas toi qui m'a dit que crier un bon coup de temps en temps ça faisait évacuer le stress ? *

* Chez les gens normaux oui, mais là ça m'ét- *

Je fus coupé dans ma "pensée" par un autre hurlement. Sauf que cette fois, ce n'était pas Anikeï-sama qui l'avait poussé. Il venait de bien plus loin, probablement des montagnes. C'était un hurlement très semblable à celui qu'il venait de pousser. Il devait très certainement lui faire réponse.

* Qu'est-ce qui t'arrive tout à coup ? * S'inquiéta Tiago en voyant mon visage se décomposer et mon corps se mettre à tremblement.

- Je connais ce hurlement. Murmurai-je, plus à moi-même que pour Tiago.

Même si elles avaient été guéries depuis longtemps, les parties de mon corps qui avaient été brûlées pendant la période de mon entraînement avec Anikeï-sama dans les grottes me démangèrent, le souvenir des flammes brûlant mes vêtements toujours aussi présent dans ma mémoire.

- Fuis Tiago. Murmurai-je à mon Animae.

* Pas question ! *

Ne l'écoutant qu'à moitié, je baissai la tête en direction du centre de l'arène.

- Kazuma-san ! Fuyez ! Fuyez vite ! Lui criai-je d'une voix de plus en plus affolée.

- Vous aussi : dépêchez-vous de partir ! La situation va empirer !
Criai-je à l'attention du public qui était toujours présent dans les gradins.

Je me retournai face à Anikeï-sama qui me toisait d'un regard méprisant. Il avait dû entendre Kazuma-san et voulait être sûr qu'il ne viendrait pas l'interrompre, que ce soit lui ou n'importe qui d'autre d'ailleurs.

Je me retournai en direction des montagnes. La silhouette de quelque chose qui approchait en volant à toute vitesse m'apparut rapidement, même si les non-morphes du public ne pouvaient pas encore la distinguer. Quelques dizaines de secondes plus tard, tous ceux qui regardaient dans cette direction pouvaient le voir.

Lorsqu'il fut au-dessus de l'arène, il plongea au cœur de cette dernière et atterrit brutalement sur le sol, soulevant un grand voile de sable qui le masqua totalement aux yeux de tous. Lorsque le sable retomba enfin, il apparut clairement aux yeux de tous.

Un dragon.

C'était un grand dragon rouge sang, un peu plus grand que Tiago. Certaines de ses écailles étaient soit fissurées soit brisées à certains endroits. Il lui manquait une griffe à la patte avant gauche et il était borgne de l’œil droit. On sentait qu'il n'était pas tout jeune mais qu'il était encore largement assez vif pour être un véritable danger. Son œil restant, couleur or, fixait tour à tour les gens du public d'un regard menaçant. De la fumée noire s'échappait de sa large gueule par moments. Lorsqu'il levait le regard en direction d'Anikeï-sama et qu'il m'aperçut, son regard se fit encore plus menaçant et furieux. Il lâcha un puissant hurlement à mon attention qui me fit froid dans le dos.

* Bon sang mais qu'est-ce que tu as fait encore ?? * S'exclama Tiago qui avait aussi compris que c'était moi qui l'avais mis en rogne.

* C'est- C'est assez long à expliquer. *


avatar
Akira




Messages : 2744
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Pouvoirs: Morphe d'Eau
Animae: Tiago, un Griffon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Anikeï le Dim 10 Jan - 12:14

Pour une fois, il me surprenait : il avait enfin réussi à élaborer un stratagème que je ne lui avais pas enseigné. Penser à utiliser les membres d'un clone aqueux pour en faire des prothèses, c'était une chose à laquelle je n'avais pas encore pensé. Après tout, il n'y avait qu'un imbécile perdant aussi souvent ses membres que lui pour avoir besoin de réfléchir à ce genre de stratagème.

Je ne supportais pas l'idée de devoir faire appel à lui, d'autant plus que je pouvais très bien gérer ces deux-là tout seul. Seulement, il ne restait que seize minutes. C'était trop court pour que je puisse tuer l'autre imbécile d'humain tout en gérant le pouvoir de marionnettiste de l'hybride ainsi que l'éventuel retour de l'humaine dont je venais de me débarrasser. Sans compter que, vu la tournure qu'avaient pris les événements, l'arrivée d'un éventuel autre perturbateur était également à prendre en compte. J'avais enfin l'occasion de pouvoir le tuer en toute quiétude, il n'était pas question que je laisse passer une telle opportunité.

Je pointai l'hybride du doigt. Mon partenaire comprit ce qu'il lui restait à faire. Même s'il voulait lui aussi tuer l'autre imbécile qui se tenait près de moi, il abandonna l'idée. Il se tourna vers l'hybride. Avec un nouvel hurlement, il cracha un jet de flamme dans sa direction.

L'Animae de l'autre crétin d'humain semblait également furieux à la vue d'un dragon. Il poussa à son tour un cri de rage avant de lui tirer une grande sphère d'eau dessus. Le dragon qui avait entendu le cri à son attention se tourna vers la sphère. D'un mouvement de la queue, il frappa cette dernière pour l'envoyer s'écraser dans les gradins. L'impact créa un trou dans un mur à partir duquel plusieurs fissurent se créèrent avant de s'étendre jusqu'à faire s'effondrer ledit mur.

Le griffon commença à redescendre pour affronter le dragon. En voyant son Animae agir ainsi, l'imbécile d'humain se précipita pour l'arrêter. D'un mouvement de la main, je l'attirai à moi. Dès qu'il fut à portée, je le frappai avec mon épée de glace. Mais il para le coup avec son propre sabre. Il se transforma aussitôt en corbeau avant de reprendre sa course vers le griffon. Un mur de glace se matérialisa devant lui. Emporté par son élan, il eut juste le temps de reprendre sa pathétique forme humaine avant de heurter le mur qui se brisa sous le choc. Il attrapa un morceau de glace au vol et le lança dans ma direction. Je l'attrapai à mon tour sans mal.

Je me rapprochai rapidement de lui. Dès que je fus suffisamment près, je lançai le morceau de glace dans sa direction. Il l'évita facilement mais il n'eut pas le temps de terminer son mouvement d'esquive. Je l'attrapai par la gorge. Mes griffes se plantèrent dans sa peau lorsque je commençai à resserrer ma prise. Le sachant sur le point de se transformer de nouveau, je lui coupai davantage la respiration en lui donnant un coup de genou à l'estomac.

Je le relâchai alors en le jetant vers le sol. Je me laissai tomber quelques secondes après lui. D'un mouvement de la main, je stoppai brusquement sa chute tout en continuant la mienne. Dès que je lui tombai dessus, je lui portai un nouveau coup d'épée destiné à lui trancher sa saleté de tête. Mais il s'esquiva en volant sur le côté. Bien que toujours dans les airs, il fit un bond pour se retrouver au-dessus de moi. Ce fut à son tour de me porter un coup de sabre en me tombant dessus. Je parai le coup et tendis ma main de libre pour l'attraper entre mes griffes. Mais il fit de nouveau un vol rapide sur le côté et je le loupai de peu. J'envoyai aussitôt une sphère de glace ornée de pointes dans sa direction. Cette fois, il se laissa retomber au sol pour l'éviter. Dès qu'il se retrouva en dessous de moi, il se remit à prendre de l'altitude en levant son sabre dans ma direction. Ce fut à mon tour de l'éviter en me déplaçant sur le côté. Mais à peine me fus-je réceptionné qu'il fonçait de nouveau sur moi. Il se remit alors à enchaîner toute une série d'attaques au sabre. Chaque coup devenait une nouvelle fois de plus en plus rapide et de plus en plus précis. Mais cette fois, il ajoutai sa satanée manie à danser dans les airs à ses attaques. À certains moments, il prenait un peu d'altitude, à d'autres, il en perdait. D'autres fois, il attaquait tout en tournant autour de moi. Il ne restait jamais stable un seul instant. Sa manie à se déplacer si facilement dans les airs m'énervait toujours autant.

Lorsqu'un de ses coups faillit m'atteindre au visage, j'attrapai sa lame dans ma main. Même si elle avait été sérieusement endommagée par l'hybride, ma protection me permettait toujours de réduire les dégâts de certaines attaques. Dès qu'il fut immobilisé, je levai mon épée pour le frapper mais je n'eus pas le temps terminer mon geste : le griffon qui avait vu son pathétique humain en difficulté, avait abandonné le dragon et volait à toute vitesse dans ma direction. Il leva la patte et me porta un coup. Je l'évitai en disparaissant. Je repris ma forme habituelle juste au-dessus de ce dernier et abaissai mon épée sur une de ses ailes. La lame, qui était plus solide qu'aiguisée, ne parvint pas à la séparer du reste de son corps mais la blessa suffisamment pour la rendre inutilisable.

Avec un cri de douleur, le griffon perdit son équilibre puis tomba à toute vitesse au sol. Je resserrai discrètement le poing pour amortir sa chute au dernier moment. Ça ne l'empêcha pas de s'écraser violemment au sol. L'autre crétin d'humain se précipita vers son Animae. Dès qu'il atterrit au sol, une stalagmite émergea du sol et lui empala le pied, le faisant tomber au sol avec un cri de douleur. La stalagmite disparut rapidement mais la glace qui la constituait se rassembla autour de la blessure. Elle commença à recouvrir son pied avant de commencer à remonter le long de sa jambe.


avatar
Anikeï




Messages : 161
Age : 37

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Pouvoirs: Morphe et Contrôleur d'Ombres Eau
Animae: En quoi ça te regarde?

Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Kazuma le Lun 11 Jan - 15:06

J'eus du mal à dissimuler ma surprise en apercevant la nature du nouvel arrivant. Lorsque ce denier atterrit brutalement au sol, je battis des ailes pour repousser le sable qui s'était élevé dans les airs. Lorsque je pus finalement l'examiner de plus près, je l'examinai de haut en bas.

Un rire sans joie m'échappa tandis que je posais ma main sur mon front, repoussant en arrière les quelques mèches de cheveux qui me tombaient sur le visage.

Un dragon, rien que ça. Depuis quand il arrive à se faire obéir par un dragon ? Cet homme tue tous ceux qui croisent sa route et pourtant il peut appeler un dragon qui vient aussitôt lui prêter main forte ? Si encore son Animae avait été un dragon, on aurait pu supposer que ça aurait favorisé un quelconque lien entre eux. Mais aux dernières nouvelles, son Animae est un corbeau alors comment il peut communiquer avec un dragon ?

Mais de toute évidence, je n'aurai pas réponse tout de suite : dès qu'Anikeï-san me pointa du doigt, le dragon se tourna vers moi. Je lâchai un soupir de lassitude. Évidemment, c'était pour pouvoir m'occuper suffisamment longtemps pour qu'il puisse tuer son disciple sans être interrompu un énième fois. Il n'y a pas à dire : il sait les choisir ses adversaires cette tête de piaf. Mais s'il en arrivait là, ça devait vouloir dire qu'on n'était plus très loin de la fin du compte à rebours. Si on arrive à tenir suffisamment longtemps, on devrait réussir à survivre à cette épreuve.

Le dragon ouvrit sa gueule et cracha un jet de flamme dans ma direction. Je déployai mes ailes et évitai l'attaque en m'envolant. La flamme ne fut pas projetée bien loin mais à ce rythme, le public va rapidement être la cible d'autres attaques évitées ou repoussées.

Je ne sus expliquer pourquoi mais le griffon d'Akira-san sembla devenir fou à la vue du dragon. Il se mit soudainement à attaquer ce dernier en lui envoyant une grosse sphère d'eau que le dragon envoya s'écraser dans le public. Pour le coup, il n'avait pas exagéré pour le cas du public.

- Faites ce qu'il a dit et dépêchez-vous de sortir d'ici ! Criai-je à l'attention des Valar que j'apercevais.

En espérant qu'ils ne joueraient pas les inconscients en restant malgré tout, je me recentrai sur le dragon. Voyant son camarade en plein affrontement avec Anikeï-san, le griffon laissa tomber le dragon et reprit de l'altitude pour les rejoindre. Je dégainai de nouveau mon sabre en fixant calmement le dragon. Je suis presque sûr qu'Anikeï-san a deviné que l'autre limite de mon pouvoir est la masse : plus le corps est lourd et volumineux, plus il m'est difficile de le contrôler et que donc, face à un dragon de ce calibre, je ne pourrai tout miser là-dessus.

Le dragon déploya à son tour ses ailes et s'éleva dans les airs. Il arriva vite à ma hauteur et me donna un coup de patte. J'évitai le coup en reculant avec un grand battement d'ailes. Mais il enchaîna son mouvement en tournant sur lui-même et me donna un violent coup de queue. Je n'eus que le temps de la parer avec la plat de ma lame mais l'impact m'éjecta sur quelques mètres en arrière. Avec une telle masse, le moindre coup encaissé me coûtera très cher.

Je me mis alors à voler à toute vitesse dans sa direction. Je me mis à pivoter sur le côté pour le contourner puis finis par prendre de l'altitude pour me retrouver au-dessus de lui. Je plongeai alors sur son dos et plantai la pointe de mon sabre au creux d'une écaille fissurée que j'avais repéré. Elle se brisa sur le choc et une petite partie de ma lame pu atteindre sa peau - mais pas suffisamment pour qu'il puisse ressentir la moindre douleur. La concentration d'air qui recouvrait ma lame se rassembla au niveau de la pointe de ce dernier. J'appuyai une nouvelle fois sur mon sabre, comme si je cherchais à l'enfoncer davantage sous ces écailles. Une mini-tornade se forma alors et envoya le dragon s'écraser violemment au sol, soulevant un nouveau nuage de sable, tout en m'envoyant voler dans les airs.

Dès que je me fus stabilisé, je pris un peu plus d'altitude. Je levai alors mon sabre au-dessus de ma tête. Le vent commença alors à tourner autour de moi, commençant à former des courants d'air. Ces derniers se mirent ensuite à se rassembler autour de ma lame, exerçant une pression de plus en plus forte sur chaque face de cette dernière. Au bout d'un moment, lorsque je sentis que la pression commençait à devenir trop forte pour ma lame, je finis par abattre cette dernière en direction du centre de l'arène. Une lame de vent disproportionnée fila à toute vitesse en direction de ma cible.

Il dut sentir la puissance de mon attaque car il ne tenta pas de la contrer ni de l'encaisser. Il prit très rapidement son envol et quitta le centre de l'arène juste avant l'impact. Ce fut au tour de mon attaque de frapper violemment le sol, créant une légère secousse  dans les gradins. Une crevasse d'environ cinq mètres de profondeur sur environ dix de long s'était créée au sol.

Dès qu'il fut suffisamment proche de moi, le dragon ouvrit de nouveau la gueule et me tira dessus une boule de feu de la taille de trois ballons de foot. Je croisai les bras puis les décroisai aussitôt pour envoyer une lame d'air en croix qui trancha la boule de feu en quatre. Chaque partie coupée de la boule de feu passa près de moi sans m'atteindre. Par contre, deux d'entre elles frappèrent les gradins, commençant à mettre le feu à tout ce qui était inflammable comme les bancs en bois.

Le dragon ne stoppa pas sa course pour autant et continua sa charge sur moi. Il ouvrit de nouveau la gueule pour la refermer sur ma jambe. Mais il se retrouva incapable de la refermer totalement. Si je ne pouvais pas contrôler la totalité de son corps à la fois, j'étais largement capable d'en manipuler une partie. J'en profitai pour prendre un peu plus d'altitude et l'évitai de justesse. Je me retournai aussitôt vers lui et frappai l'air avec mon sabre. Une nouvelle lame d'air le frappa au dos. Malheureusement, sa cuirasse était trop épaisse et ma lame d'air trop faible pour lui faire le moindre dégât. Je ne parvins qu'à rayer et fissurer quelques écailles.

Je changeai alors de direction et plongeai à toute vitesse en direction du sol. Le dragon, à mes trousses, en fit de même. À quelques mètres du sol, je remontai en pic dans les airs. Avant que mon poursuivant n'en fasse de même, un puissant vent ascendant le frappa de plein fouet. Il était trop lourd pour qu'un tel vent puisse le projeter en l'air mais il fut tout de même suffisamment sonné pour perdre l'équilibre et ne plus contrôle son vol. Il termina sa chute contre un mur qui s'effondra sous l'impact.

Cet endroit aura besoin d'être rénové lorsque tout ça sera terminé. En cet instant, ça ressemblait davantage à un champ de bataille qu'à une simple arène où l'ont pouvait venir assister à un quelconque spectacle.

J'en profitai pour rengainer mon sabre puis frappai dans mes mains. Lorsque je les décollai l'une de l'autre, une lance d'ombre se forma entre elles. Je saisis cette dernière puis la lançai sur le dragon. Elle gagna rapidement en vitesse grâce à un vent arrière. Le cri que poussa le dragon lorsqu'elle se planta dans sa cuisse arrière gauche me confirma que j'avais réussi mon coup.

Il se redressa, manifestement furieux, retira la lance d'ombre d'un coup de queue et s'envola de nouveau à toute allure vers moi. Je tendis la main dans sa direction. Ses ailes se figèrent sur place et il fut incapable de poursuivre son envol. Il fit une nouvelle chute en direction du sol. Ne voulant pas le blesser gravement, juste gagner du temps, je le libérai de mon emprise avant qu'il n'atteigne le sol, ce qui lui permit de reprendre son envol.

Je portai la main sur la poignée de mon sabre et le dégainai à toute vitesse, libérant une nouvelle lame d'air. Il parvint à l'éviter en se baissant suffisamment. Elle poursuivit sa route et trancha un mur en deux. Je portai un nouveau coup de sabre, créant une nouvelle lame d'air qui fila droit devant. Mais cette fois, il ne chercha pas à l'éviter. Au contraire : il l'encaissa sans subir de réel dégât.

- Mince ! M'exclamai-je.

S'il avait fait ça, c'est parce qu'il était suffisamment prêt pour encaisser le coup avant que la lame n'ait pris trop d'élan pour devenir réellement dangereuse pour lui. Sauf que maintenant, il avait réussi à s'approcher suffisamment pour que je sois à sa portée. Il ouvrit de nouveau la gueule et cracha un nouveau jet de flamme sur moi. Je parvins à me protéger à temps en dressant une barrière de vent ascendant qui empêcha le feu de passer.

Sauf qu'avec ses écailles, il ne craignait pas le feu (du moins, pas un feu de cette température). Profitant de ma vision bloquée par le feu qui se dressait devant moi, il passa à travers ce dernier et me donna un grand coup de patte dont la force me repoussa sur un ou deux mètres.

Je serrai les dents, luttant contre la douleur : non seulement le coup avait été violent mais ses griffes avaient dessiné trois plaies bien profondes le long de mon torse. Je posai ma main dessus pour essayer d'atténuer la douleur. Je pouvais sentir que je commençai à perdre du sang. C'était loin d'être une griffure de chat.

Ne s'arrêtant pas là, il s'avança de nouveau vers moi et ouvrit de nouveau la gueule pour essayer d'avoir ma tête. Je levai aussitôt mon sabre en l'air et le plantai dans son palais, lui arrachant un nouveau hurlement. Je retirai mon sabre avant qu'il ne referme définitivement sa gueule et m'éloignai de lui. Mais il fut plus rapide que moi et me porta un nouveau coup qui me griffa tout le bras, ce qui m'arracha à mon tour une exclamation de douleur et me fit lâcher mon sabre qui alla tomber au sol.

Je tendis mon bras intact dans sa direction et bloquai de nouveau ses ailes pour le faire tomber, bien décidé à ne plus lui faire de cadeaux. Il commença de nouveau à tomber vers le sol. Sauf que cette fois, il parvint à refermer sa gueule sur ma jambe. Cette fois-ci, je ne pus me retenir de crier de douleur tandis qu'il m'entraînait dans sa chute.

Non content de m'avoir attrapé la jambe, il se mit à secouer frénétiquement la tête, secouant mon corps dans tous les sens, ce qui rendait la douleur insupportable. Sa prise avec ses dents acérées et ses secousses étaient si fortes que ma jambe finit par se détacher du reste de mon corps, ce qui me projeta à toute vitesse en direction des gradins. Ce fut à mon tour de renverser plusieurs rangées de bancs en atterrissant dans le public. La violence du choc du fut telle que nous nous
séparâmes l'un de l'autre et nous fit perdre connaissance. Mon torse et mon bras, toujours marqué par les griffures qu'on avait reçu, ne s'arrêtaient pas de saigner. Bien évidemment, ma jambe arrachée me faisait perdre bien plus de sang, la blessure que j'avais reçu à la tête au moment du choc avait également fait couler un autre filet de sang le long de mon visage sans compter que le choc m'avait péter et/ou retourné quelques os. À mes côtés, Alina était dans le même état que moi - la blessure à la tête en moins.

Pendant ce temps, ce con de dragon s'approcha du piaf qui était lui aussi en mauvaise posture au sol.

avatar
Kazuma




Messages : 823
Age : 28

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Pouvoirs: Contrôleur d'Ombres
Animae: Alina, une chouette au plumage couleur neige

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Akira le Sam 2 Avr - 16:46

De toute évidence, Tiago avait été bien plus affecté que je ne le pensais par la défaite qu'il avait subi face au dragon du père d'Asuka-chan. La simple vue d'un dragon suffisait à le rendre fou de rage et il n'y avait plus moyen de le stopper. Sauf que, aussi enragé qu'il puisse être, il ne faisait pas le poids face à un dragon plus imposant que lui et qui était protégé par une armure d'écailles que lui-même ne possédait pas.

Mais je n'eus pas le temps d'essayer de le rattraper pour tenter de le raisonner. Anikeï-sama n'avait pas l'intention de me laisser tranquille. Heureusement pour moi, cette fois le combat se poursuivait dans les airs et pour une fois, j'arrivais à mieux lui résister que d'habitude.

Mais j'avais beau être bien plus à l'aise dans les airs qu'au sol, il parvint tout de même à reprendre le dessus. C'est à ce moment-là que Tiago fit son retour pour me prêter main forte sauf qu'Anikeï-sama parvint rapidement à lui blesser les ailes pour l'empêcher de voler. Je vis alors avec horreur mon Animae entamer une dangereuse chute libre.

- Tiago !! Hurlai-je en me précipitant vers lui.

Je ne sais pas comment ça se faisait mais il avait été beaucoup plus préservé de sa chute que je ne le craignais (même s'il avait fini dans un sale état). Mais à peine eus-je posé le pied au sol qu'une stalagmite sortit du sol et me transperça le pied, me faisant tomber au sol avec un cri de douleur. Dès que je vis la glace recouvrir mon pied, je compris vite ce qui allait se passer : la glace allait remonter progressivement tout le long de mon corps jusqu'à ce que je ne puisse plus bouger. Avant qu'elle ne devienne suffisamment épaisse pour tenir, je frappai violemment le sol avec mon pied, ce qui me permit de briser la glace (sans jeux de mots) et accessoirement de m'arracher un nouveau cri de douleur.

Mais un autre cri que le mien me fit lever les yeux au ciel. Kazuma-san (ou du moins la fusion de ce dernier avec son Animae) avait réussi à planter sa lame dans la gueule du dragon. Mais il fut rapide à réagir et il parvint à porter un coup à Kazuma-san. J'écarquillai les yeux d'horreur en voyant sa gueule se refermer sur sa jambe. Le cri de Kazuma-san me fit froid dans le dos et j'oubliai momentanément la douleur de mes propres blessures lorsqu'il fut projeté dans les gradins, sa jambe arrachée.

- KAZUMA-SAN ! Hurlai-je en commençant à me relever pour me précipiter dans sa direction.

Mais Anikeï-sama était de nouveau apparu derrière moi. Il attrapa ma tête et la plaqua au sol, m'empêchant de faire le moindre mètre. Heureusement pour moi, Tiago qui, bien que toujours incapable de se relever après sa chute, était toujours à côté de moi lui porta un coup qui le fit me lâcher. Il para l'attaque avec son épée mais cette dernière se brisa sous la force de la patte de mon Animae.

Mais le dragon aussi était de retour. Il porta un coup de griffe qui entailla le dos de Tiago, lui arrachant un cri de douleur. Il tenta de se relever mais le dragon l'en empêcha en l'écrasant de tout son poids. Ce dernier ouvrit alors grand la gueule pour la refermer sur le coup de Tiago.

- ARRÊTEZ ÇA ! Lui hurlai-je en levant mon katana en l'air.

Mais Anikeï-sama me donna un coup de poing à l'estomac qui me fit me plier en deux et retomber à genoux au sol. Je relevai la tête pour voir mon Animae crier tout en se débattant vainement pour essayer de se libérer. Je commençai à relever mon katana en l'air mais Anikeï-sama m'écrasa aussitôt la main au sol avec son pied.

Ça recommençait.

Je me retrouvais de nouveau impuissant à voir mon Animae en train de souffrir sans pouvoir se défendre. Il était à quelques mètres de moi et je ne pouvais toujours pas lui venir en aide.

- Arrêtez ça. Suppliai-je Anikeï-sama alors que les larmes me montaient aux yeux.

Mais en guise de réponse, il gela ma main artificielle avant de la faire éclater en morceaux en l'écrasant.

- Je vous en prie. Arrêtez-le.

Mais en dehors des hurlements de Tiago et certains provenant des gradins, je n'eus pas de réponses.

* Tiago ! *


Mais mon Animae était trop en difficulté pour pouvoir me répondre.

- ARRÊTEZ ÇA ! C'est bon, ça suffit ! J'aband-

Mais Anikeï-sama ne me laissa pas terminer ma phrase. Il plaqua sa main contre ma bouche en approchant son visage du mien.

- Pas question de te laisser faire ça, sale humain. Me murmura-t-il en me regardant droit dans les yeux.

Il n'y avait pas la moindre trace de compassion ou de pitié dans son regard. Il était aussi froid et glacial que la glace qu'il produisait. Lorsqu'il retira sa main de ma bouche, je fus incapable d'ouvrir cette dernière : il venait de geler mes lèvres l'une contre l'autre.

Ma respiration s'accéléra en même temps que je me mettais à paniquer. Il va vraiment tuer Tiago ! Pitié ! Je vous en prie ! N'importe qui, quelqu'un ! Venez aider Tiago ! Il va le tuer !



- L'enflure. Il empêche Akira d'abandonner. Pesta Komuro qui avait capté mes pensées.

Il se tourna vers Katsue.

- Cette fois, c'est à mon tour d'aller l'aid-



Mais il n'eut pas le temps de terminer sa phrase. Comme en réponse à ma plainte, un hurlement bestial émana du ciel. Plaqué au sol, j'étais incapable de voir quoi que ce soit mais les personnes encore présentes dans le public pouvaient apercevoir une silhouette qui descendait à toute vitesse droit sur nous.

Je ne sais pas pourquoi mais Anikeï-sama finit par me lâcher et s'éloigna très vite de moi. Lorsque je pus me redresser, la bête en question atterrissait au sol, tout près de nous. Le dragon qui était en train de torturer Tiago reçut un coup si puissant et violent qu'il fut repoussé en arrière, lui faisant lâcher sa proie.

Je me retournai vers ce qui semblait être mon sauveur et me figeai sur place en me retrouvant nez à nez avec... un nouveau dragon.

C'était la première fois que j'en voyait un comme ça. Il était d'un blanc tellement pur qu'on aurait dit qu'il avait été créé par la neige elle-même ou qu'au contraire la neige provenait de ses écaille. Sa taille était plus grande que celle de l'autre dragon. Il était au moins aussi grand, si ce n'est davantage, que celui du père d'Asuka-chan. Il était certes plus grand que l'autre dragon mais bien que la différence de taille ne soit pas si énorme que ça, ce dragon dégageait un je-ne-sais-quoi qui le rendait plus... impressionnant que l'autre. Il était tellement impression qu'on m'aurait dit que c'était le roi des dragons, je pourrais y croire. De plus, loin de me sentir menacé, j'avais une sensation de sécurité en étant près de lui. Une sensation très familière, un peu comme lorsque je suis avec Tiago.

Mais malgré tout, ce qui me frappa le plus chez ce nouveau dragon, c'était ses yeux. Ils étaient l'exact opposé du reste de son corps : ils étaient noirs. C'était des yeux que je connaissais bien. Des yeux que j'ai souvent vu. Des yeux que je vois chaque fois que je regarde Tiago. Des yeux noirs comme la nuit. Mes yeux.


avatar
Akira




Messages : 2744
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Pouvoirs: Morphe d'Eau
Animae: Tiago, un Griffon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Azylis le Dim 10 Avr - 6:40

Comme si la situation n'était pas suffisamment dramatique comme ça, il fallait que l'autre taré ait la folie des grandeurs, au sens littéral du terme.

- Un dragon... un putain de dragon... lâchais-je avec un rire désabusé, les yeux fixés sur le lézard dopé aux hormones qu'affrontait Kazuma.

Il n'y aurait donc jamais de fin à ces enchaînements de catastrophes ? C'était quoi la suite ? Faire péter la Vallée toute entière ? A ce train là ça ne m'étonnerait même pas.

- Je te charge de notre protection, marmonnais-je au brun, qui avait finalement finit par la fermer (le dragon y étant peut être pour quelque chose), je ne peux pas avoir des yeux partout. En plus le bois et le feu n'ont jamais fait bon ménage, conclus-je en me re-concentrant sur ma patiente, qui reprenait lentement des couleurs.

Mais c'est les dents serrées à m'en faire mal à la mâchoire que je reprenais mes soins : les garçons étaient dans une situation qui s’aggravait de minutes en minutes, et j’ignorais complètement où en était le compte à rebours : combien de temps restait-il ? 5 minutes ? 10 minutes ? 15 ? 20 ? Mais seraient-ils seulement encore vivants dans les trente prochaines secondes ? Tenir tête à Anikei en furie était une chose déjà dangereusement proche de l'impossible, mais alors Anikei ET un dragon…
Je secouais la tête, vaine tentative pour sortir les images sanglantes qui envahissaient mon esprit. Je devais avoir confiance en Kazuma, il était plus puissant qu'il le laissait transparaître, il s'en sortira surtout depuis qu'il avait fusionné avec Alina. Il s'en sortira, il le fallait… Putain de dragon !
Un faible gémissement douloureux me fit brutalement revenir sur Terre, et je remarquai que la jeune femme avait entrouvert les yeux. Son regard, d'abord vitreux, repris lentement de la vivacité, et au bout d'une poignée de secondes elle tenta de se redresser.

- Oh là doucement, c'est pas parce que tu n'as plus de trou en plein milieu du bide que tu es capable de faire autre chose que respirer.

Je la forçais doucement à se recoucher du plat de la main, et lui fis un doux sourire.

- Contente-toi de récupérer pour l'instant, c'est la meilleure chose que tu puisses faire. C'est peut être pas la plus passionnante, mais c'est la plus utile.

Je m'essuyais le front avec mon haut, épongeant ainsi les gouttes de sueur. Ces soins n'avaient pas été de tout repos, mais elle s'en était sortie et c'était le principal. Maintenant, si elle voulait bien rester tranquille et docile ce serait un must non négligeable, mais même si elle ne semblait pas se réjouir à cette idée, je me doutais que son pote-cousin-frère-autre-rayez-les-mentions-inutiles allait l'empêcher de faire une connerie. Plus qu'à espérer qu'il n'était pas le soumis du duo et qu'il saurait se faire obéir.

Mon regard balaya les tribunes, pour constater avec soulagement qu'elles avaient presque été totalement évacuées, seuls restaient les blessés et ceux qui les aidaient. Je vis au loin la slouhette d'Alis se diriger au pas de course vers moi, sûrement pour me faire un compte rendu de l'évacuation. Nous avion échappé à un véritable carnage, mais la situation était loin d'être glorieuse pour autant, et ce n'étaient pas les rugissements d'un dragon furieux qui allaient me faire changer d'idée. Et pour être tout à fait honnête, je n'avais aucune envie de regarder les combats qui se déroulaient derrière moi. Je n'espérai plus qu'une chose : que cette épreuve finisse au plus vite sans verser davantage de sang, sans autre drames.

Malheureusement, j'aurais dû savoir que rien aujourd'hui ne se déroulerait comme je l'aurais souhaité. Et ce qui suivit en fut l'effroyable preuve.

C'est une plainte alarmée de Fenrir qui  me fit comprendre qu'un des affrontement tournait dangereusement au vinaigre, lui qui restait généralement impassible devant les combats qui ne me concernaient pas. Je n'eus pas le temps de me retourner complètement qu'un cri de douleur de Kazuma me donna des sueurs froides. Je fis immédiatement volte-face, oubliant complètement les trois Valars à mes cotés.

- Oh non…

Le temps s'était comme ralentit, je pouvais presque distinguer chaque gerbe de sang qu’avait provoqué le violent coup de griffes. Je pu ainsi voir avec effroi la puissante mâchoire du reptile se refermer sur la jambe de Kazuma, l’entraînant dans sa chute dans un hurlement de douleur à glacer les sangs. Mais il ne se contenta pas de ça, et s'acharna à le secouer dans tous les sens comme une vulgaire poupée de chiffon. Mes yeux se remplirent d'une horreur pure lorsque, sous la violence des secousses, la jambe se détacha du reste du corps, envoyant celui-ci s'écraser dans les gradins.

- NOOOOOOOOOOON !

Je n'eus même pas conscience que c'était mon propre cri qui résonnait dans toute l'arène, mêlé à celui d'Akira. J'empoignai frénétiquement la fourrure de Fenrir qui bondit en direction du point de chute, laissant derrière nous les trois Valars aux soins d'Alis si besoin était.
Mon esprit était dans un chaos indescriptible. Pas Lui, pas Hishigi... Il ne pouvait pas mourir, c'était impossible. Je ne le permettrais jamais ! Je sentis des larmes brûlantes de paniques et de fureur couler le long de mes joues, que je ne pris pas la peine d'essuyer. Si jamais il arrivait quelque chose à Hishi, au diable cette épreuve, au diable mes fonctions, au diable les principes, au diable Akira et ses idées à la con ! Je buterais cet enfoiré de fils de pute avec mes propres viscères s'il le fallait !
Une fois à son niveau, je sautais à terre alors même que Fenrir n'avait pas encore pilé et me précipitait vers le corps brisé de mon plus ancien Ami.

- Hey...

Ma voix se brisa à la fin de ce mot unique. Je pris son poignet dans ma main et pencha mon oreille au dessus de sa bouche pour vérifier son pouls et sa respiration. C'était très faible, mais il était (pour l'instant) en vie. Je fis ensuite un rapide scan de son état, qui n'inaugura rien de bon : il était littéralement brisé, comme un pantin qu'on aurait balancé contre le mur. Ce qui était à peut près ce qui s'était passé. Pour faire simple, il était dans un état déplorable qui allait s'aggraver de secondes en secondes.

- T'en fait pas mon vieux, j'vais te réparer, je te le promet…

Bêtement je cherchais sa jambe des yeux avant de me rappeler la voir disparaître dans le gosier du lézard. Cette fois, ça n'allait VRAIMENT pas être une partie de plaisir. Je jetai un coup d'oeil à la pauvre Alina qui était dans un état quasi identique à celui de son humain. La difficulté résidait dans le fait que les priorités n'étaient pas les mêmes chez mes deux blessés. Ça allait être chaud… très chaud. Mais c'était faisable. Je posais une main au dessus de la cuisse de Seï' et l'autre au dessus d'Alina... C'est parti.


avatar
Azylis




Messages : 1254
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: Va savoir... j'ai la jeunesse éternelle !
Pouvoirs: Je guéris et me multiplie !
Animae: Tu vois le beau loups gris là bas, qui pourrait te bouffer en une bouchée ? Ben c'est lui ! :3

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Alice le Dim 10 Avr - 16:05

Même avec l'esprit serein, je commençais à sentir la fatigue arriver. Même s'il ne restait plus grand monde dans l'arène, les blessés qui étaient restés étaient précisément les plus salement touchés. Les soigner était donc d'autant plus fatiguant.

Une fois que mon nouveau patient fut suffisamment remis, je lui fis signer de dégager. Il ne se fit pas prier. Quand je pus souffler un peu, j'essuyai la sueur de mon front en passant le bras dessus. Je jetai un œil en direction du centre de l'arène. Quelques secondes plus tard, l'annonce de nouvelles galères arrivait. Je lâchai un long soupir.

- Et allez. Un dragon maintenant.


Mais l'arrivée d'un nouveau patient blessé, porté par ses potes, me détourna du spectacle. Je me remis au boulot. De toute façon, avec Kazu' sous sa forme fusionnée, ça devrait aller.

J'étais souvent tentée de regarder comment ça se passait. Mais tant que je n'entendais que les cris du dragon en furie et non pas des cris humains, j'arrivais à rester concentrée sur mon patient. N'empêche. Comment il a fait pour ramener un dragon jusqu'ici ? C'est pas le genre de bestiole que t'apprivoise ça.

Quand j'en eus terminé avec les soins, je m'assis sur ce qui restait d'un banc cassé. Les deux combats étaient devenus aériens. Sans surprise, Kazu' gérait bien son combat contre le dragon. Mais j'étais surprise de la performance d'Akira. Il arrivait à donner du mal à Anikeï. Il avait même l'air capable de le dominer à se déplacer si librement dans les airs. Je regardai ça avec un sourire en coin. C'est pas l'eau qu'il aurait dû maîtriser celui-là. Un vrai piaf dans les airs.

Mais ça ne dura pas. Alors que je regardais le griffon tomber au sol, j'entendis un autre cri. Et ce cri me figea sur place, faisant totalement disparaître mon sourire. La scène que je vis me glaça le sang. Cette saloperie de dragon avait réussi à attraper la jambe de Kazuma et l'entraînait dans sa chute. Et, non content de ça, il le secouait dans tous les sens comme un vieux chiffon.

Il s'acharnait tellement à le secouer que la jambe finit par se détacher du reste du corps. Le corps de Kazuma fut projeté dans les gradins. Un cri d'horreur s'étouffa dans ma gorge. Les yeux déformés par l'horreur que je venais de voir, je fixai le corps de Kazuma. J'attendis qu'il se relève. J'attendis. J'attendis encore. Les bruits qui m'entouraient, le début d'incendie dû aux flammes et boules de feu du dragon, les cris d'Akira et de son griffon. Je n'entendais ni ne voyais rien de tout ça. Je fixais uniquement le corps de mon meilleur ami qui ne se relevait pas. Il ne bougeait plus.

- Non. Non non nonononononon !

Je me relevai et me précipitait dans sa direction au pas de course. Je bousculais tous ceux qui faisaient mine de me ralentir sans leur prêter attention. Azylis arriva avant moi. Son arrivée me fit paniquer davantage. C'était le signe que c'était au moins aussi grave que ça en avait l'air. J'avais beau savoir à quel point il était mal en point grâce à mon pouvoir mais je refusais d'y croire. Pas question d'admettre qu'il ait pu finir dans cet état-là. Pas lui. Pas Kazuma. Pas Hshigi.

Et pourtant je "sentais" que son état se dégradait de seconde en seconde. Lorsque je fus à sa hauteur, la respiration haletante, je n'eus pas le courage de me baisser tout de suite. Mon corps tremblait de tous ses membres. Lorsqu'Azylis commença à le soigner, je m'accroupis enfin. Lui et Alina étaient dans le même état. Voir le plumage, d'ordinaire blanc, de la chouette teinté de son propre sang ainsi que de celui de son humain me pinça le cœur.

Je posai ma main sur le front de Kazuma. Il était brûlant. Je m'activai à faire baisser sa température corporelle. Lorsque son corps retrouva sa température normale, Thorn vint se poser sur son torse. Comme ça, il pourra au moins maintenir une certaine fraîcheur.

Je plaçai mes mains au-dessus de la patte manquante d'Alina en jetant un coup d’œil à Azylis.

- Je m'en occupe.
Lui dis-je.

Même si ce ne sera pas aussi éprouvant que pour la jambe de Kazuma, ça va être tendu quand même.

- Prends autant d'énergie que tu as besoin. Dis-je à Azylis avant d'entamer les soins d'Alina.
avatar
Alice




Messages : 221
Age : 30

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Pouvoirs: Guérisseuse de Feu
Animae: Thorn, le cobra qu'il vaut mieux ne pas regarder dans les yeux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Akira le Dim 10 Avr - 18:29

J'avais un tas de questions et d'incompréhensions qui se bousculaient dans ma tête depuis l'arrivée de ce "dragon des neiges". Mais aussi perturbé que je pouvais être, je détournai mon attention des yeux, reflet des miens, dudit dragon pour me précipiter vers Tiago. Il n'était pas en bon état. Les marques des crocs du dragon saignaient le long du cou de mon Animae. Mon corps trembla de rage en le voyant dans cet état. Mais vu que le dragon s'était contenté de le mordre une fois puis de ne plus lâcher sa prise, Tiago n'était pas aussi blessé qu'il aurait pu l'être. S'il reste tranquille sans bouger. Il devrait s'en sortir.

Le dragon blanc s'approcha et pencha sa tête au-dessus de nous. Il ouvrit légèrement sa gueule et libéra un léger souffle glacé sur Tiago. De glace finit par recouvrir les plaies de son corps, stoppant les saignements. Avec soulagement, je passai doucement ma main dans le plumage de sa tête.

N'ayant pas terminé, le dragon des neiges porta son souffle sur moi, sauf que cette fois c'était un souffle chaud. La glace qui scellait mes lèvres finit par disparaître. Je levai les yeux vers le noir des siens et lui adressai un sourire reconnaissant.

- Merci. Le remerciai-je sans savoir s'il pouvait me comprendre ou non.

Mais il sembla me comprendre car il hocha la tête en guise de réponse. Je ne sais absolument rien sur lui mais son arrivée était inespérée.


- Depuis quand il a deux Animaes ? S'étonna Komuro.

- Comment ça ? Demanda Katsue d'une voix faible.

- Il est clairement venu pour l'aider et d'après les pensées d'Akira il a les mêmes yeux que lui et il a l'air de le comprendre. En plus, il a une sensation identique à celle qu'il a quand il est avec son griffon. Et il maîtrise clairement l'eau.

- Comment c'est possible ? S'étonna-t-elle.

- Alors là. C'est la première fois que j'entends parler d'un cas comme ça.

- Et tu ne peux pas lire les pensées du dragon ?

- Si.

- Et ben ?

- Et ben j'ai beau capter ses pensées, je parle toujours pas le dragon. Répondit-il en la regardant d'un air blasé.

- Ça va ! On sait jamais.

Elle se redressa doucement pour pouvoir s'asseoir et mieux regarder ce qui se passait. Elle me regarda ainsi que le dragon avec un sourire.

- N'empêche que maintenant Anikeï n'est plus le seul à avoir un dragon de son côté. Dit-elle, avec une teinte de fierté dans la voix.

Elle se tourna vers Azylis-san et Alice qui étaient en train de soigner Kazuma-san et sa chouette plus loin. Son regard s'attrista. Komuro posa une main réconfortante sur son épaule.

- T'en fais pas. Elles vont le guérir. C'est quand même l'Heren Istarion du Bois et même la Alice n'est pas en reste. S'il y a bien une personne pour laquelle elles pourront se donner à fond, c'est bien lui. Lui dit-il d'une voix rassurante.

Il se plaça devant sa cousine pour la fixer droit dans les yeux avec un regard sévère.

- N'oublie pas que c'est pour te sauver toi et Akira qu'il a fini dans cet état. Alors ne gâche pas ses efforts en pensant à une connerie du genre retourner te battre contre Anikeï, surtout dans cet état. Compris ?

Les joues rouges de honte, Katsue détourna le regard mais hocha tout de même la tête.

- Si jamais elles ont besoin d'énergie à puiser, j'irai les rejoindre et si Akira se retrouve de nouveau en trop mauvaise posture, j'irai l'aider. Donc ne t'en fais pas.

Le son d'un mur qui s'effondrait plus loin attira leur attention. Le feu avait commencé à s'étendre sur une partie, maintenant déserte, de l'arène. Le lieu ressemblait maintenant plus à un champ de bataille qu'à une arène. En même temps, c'était bel et bien ce qu'il se passait en ce moment.

- Qui aurait cru que ça prendrait une telle ampleur ? C'était censé être un simple passage Valar à la base.

- Avec cette andouille, rien n'est jamais normal. Soupira Komuro.


Je jetai un coup d’œil en direction d'Anikeï-sama. Je le regardai d'un air interrogateur. C'est vrai que ce nouveau dragon était impressionnant mais ça m'étonnait de voir Anikeï-sama garder autant ses distances. Même un animal de ce gabarit ne l'inquiétait pas d'habitude. Même si c'était faiblement à cause de la distance, je pouvais entendre le rythme des battements de son cœur et là il était clairement inquiet. Je ne sais pas pourquoi mais il avait l'air d'avoir peur de ce dragon.

Par contre, l'autre dragon beaucoup moins. Furieux d'avoir été ainsi repoussé, il revint à la charge avec un nouvel hurlement. Dès qu'il fut suffisamment près, il cracha un nouveau jet de flammes. Le dragon blanc se tourna aussitôt vers lui et cracha un puissant jet d'eau qui non seulement contra mais éteignit également le jet de flammes. N'abandonnant pas là, le dragon rouge porta un coup de griffe au dragon blanc. Mais ce dernier fut plus rapide. Il se retourna et lui donna un violent coup de queue qui le repoussa en arrière. Il enchaîna en lui envoyant une grosse sphère de glace. Mais ce fut au tour du dragon rouge de donner un coup de queue et il envoya la sphère de glace heurter un mur. Les deux dragons ouvrirent alors leurs ailes au même moment et prirent leur envol.

De nouveau libre d'agir, je vis Anikeï-sama s'approcher vers nous.

* Profites-en pour abandonner. Vite ! *

* Personne n'entendra d'ici et il dira qu'il n'aura rien entendu. *


* Alors va vite voir Azylis pour lui dire ! *

* Elle est déjà trop occupée par ma faute. Pas question de lui demander d'arrêter Anikeï-sama en prime. Et si je vais là-bas, je risque d'attirer Anikeï-sama près de Kazuma-san ou Katsue. Pas question ! *

* Alors fuis ! *

* Pas question de t'abandonner ! *

* Ce n'est pas moi qu'il veut et tu le sais très bien ! *

Je matérialisai de nouveau une main à la place de celle qui me manquait. Mais j'étais clairement au bord de mes forces. Non seulement ma main de fortune n'était pas aussi solide que la précédente mais je n'arrivais plus à retenir l'hémorragie de mon poignet, si bien que ma main fictive commençait à "saigner" à cause du sang que je perdait qui se mélangeait à l'eau avant de tomber, goutte à goutte, au sol. Avec la fatigue, le froid, mes blessures et la quantité de sang que j'avais perdu, je commençais à avoir des vertiges et mes jambes tremblaient de plus en plus sous l'effet de l'effort, sans parler de mon pied troué.

Je secouai la tête pour essayer de reprendre mes esprits mais je ne sentis pas de différence. Je resserrai ma prise sur mon katana. Il faut que je tienne. Je suis sûr qu'il ne me reste plus tant de temps que ça à tenir. Il faut que je tienne bon jusqu'au bout.

* Arrête ça ! Tu vas finir par te faire tuer ! *

* Je vais y arriver. *

Je me mis alors à courir en direction d'Anikeï-sama. Lorsque je fus à mi-chemin, je me transformai en corbeau et continuai mon élan en volant jusqu'à lui. Dès que je fus à porté, je redevins humain et portai un coup de katana vers sa gorge. Sauf qu'il avait brusquement accéléré le pas lui aussi. Il intercepta mon mouvement en attrapant mon poignet. Avec sa main de libre, il me donna un coup de poing en pleine figure avant de me lâcher et me donner un coup de pied retourné qui me coupa la respiration et me fit tomber en arrière. La respiration haletante, je commença à me relever mais il me donna un nouveau de poing qui m'allongea au sol avec un gémissement de douleur. Main main artificielle redevint de l'eau qui s'écoula au sol en même temps que le sang de mon poignet.

Je n'en pouvais plus. J'avais peut-être surestimé les forces qu'il me restait avant de repartir à l'attaque. Je n'arrivais même plus à calmer ma respiration tellement j'étais épuisé. Ma vision commençait à devenir floue. La respiration toujours haletante, je m'appuyai sur mon unique main pour me redresser. 

Il faut que je tienne. Il faut que je tienne. Il faut que je tienne. Anikeï-sama s'apprêta à me porter un nouveau coup mais Tiago lui lança une sphère d'eau qu'il esquiva en faisant un bond en arrière.

* C'est pas possible d'être aussi borné ! Il va te massacrer Akira ! *

* On peut y arriver. Si je ne peux pas le battre, je peux au moins encaisser ses coups jusqu'à la fin. *

* Tu n'es plus en état de faire quoi que ce soit là ! *

* Je ne laisserai pas Kazuma-san et Katsue m'avoir protégé pour rien. Je tiendrai bon. *

On ne peut pas le faire !

Un puissant tourbillon d'eau émergea soudainement du sol et nous entoura. Il était tellement puissant qu'il semblait impossible d'en sortir ou d'y entrer. On ne pouvait plus voir Anikeï-sama et ce dernier n'avait pas plus de visibilité à l'extérieur.

Le tourbillon finit toutefois par se dissiper. Une fois l'eau ayant totalement disparu, je regardai Anikeï-sama  puis Tiago sans comprendre.

- Qu'est-ce que c'était ?

Mais Anikeï-sama ne me laissa pas le temps de réfléchir. Il s'avança rapidement vers moi et approcha ses griffes de mon visage. Visage sur lequel un sourire sadique se dessina.

- C'était une blague.

Une stalagmite de glace émergea sur sol et empala le bras d'Anikeï. Avant qu'il ne réussisse à se dégager de là, il reçut un coup de poing à l'estomac qui lui coupa momentanément le souffle. Il fit disparaître la glace et fit un bond dans les airs pour prendre de l'altitude avant de se reposer au sol, quelques mètres plus loin.

Je ramassai le katana au sol et me relevai sans effort. D'un mouvement de la main, le clone aqueux à l'image de Tiago redevint de l'eau qui retomba au sol. Je fis négligemment quelques moulinets avec le katana en fixant Anikeï avec un sourire amusé, mes yeux oranges trahissant l'envie de sang qui m'envahissait.


- Cette glace, c'était ce que crois ? Demanda Katsue qui semblait avoir oublié son faible état.

- Oui : ils ont réussi. Confirma Komuro en rigolant.

- Qu'est-ce qu'il y a ?

- Rien. C'est juste que même pour fusionner, ils arrivent à être hors norme.

- C'est-à-dire ?

- Pour fusionner. Il faut que les deux soient en symbiose, sur la même longueur d'onde. Sauf qu'ils étaient tout sauf en accord l'un avec l'autre. En fait ils étaient exactement sur la même longueur d'onde sur leur désaccord. Ils avaient des avis symétriquement opposés, si bien qu'ils ont réussi à fusionner.

Katsue eut un moment de bug puis finit par éclater de rire.

- En effet, il n'y a que lui pour arriver à faire ça ! Confirma-t-elle.

Elle reporta son attention sur nous. Son expression devint plus sérieuse.

- Et ces yeux. On dirait...

- Ceux de Serizawa quand il a fusionné. Confirma Komuro.


avatar
Akira




Messages : 2744
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Pouvoirs: Morphe d'Eau
Animae: Tiago, un Griffon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Anikeï le Sam 16 Avr - 11:23

C'était inévitable que cet imbécile d'humain finirait un jour par rencontrer ce fichu dragon. Mais il n'aurait pas pu trouver un autre moment pour venir le voir ? Il sait très bien que je ne peux pas m'attaquer à lui, c'est pour ça qu'il reste près de l'autre imbécile. Saleté de reptile. En neuf minutes, ça va soudainement devenir plus difficile de le tuer pour de bon.

Heureusement que le dragon qui m'accompagnait ne savait pas qui était celui d'en face. Sans le vouloir, il créa la diversion dont j'avais besoin. L'excès de confiance qui apparut dans le regard de l'autre idiot m'énerva encore plus. Il ne le gardera pas longtemps. Il va falloir que j'en finisse rapidement avant que l'autre abomination blanche ne revienne.

Au moment où je pus enfin l'achever, un tourbillon d'eau émergea du sol et l'entoura, lui et son Animae. Je serrai les dents de rage. Pour créer un tel tourbillon dans son état, il n'y avait qu'un seul moyen : fusionner. Sauf que ladite fusion ne sembla pas avoir fonctionné. Je ne savais si c'était le soulagement ou la rage que j'éprouvais avec le plus de force en cet instant. Même si j'avais toujours la possibilité de l'achever sans nouvelle interruption, cet imbécile avait quand même réussi à trouver le moyen de ne pas réussir à fusionner même en réunissant toutes les conditions requises.

Il n'afficha son sourire sadique qu'au tout dernier instant, ce qui m'empêcha d'éviter son attaque. Mon corps se raidit sous l'effet de la douleur. Je fis aussitôt disparaître cette fichue glace mais il profita de ce moment pour m'attaquer une nouvelle fois. Dès que je fus à distance, je le toisai d'un regard assassin.

Il avait bel et bien réussi à fusionner finalement. Si l'humain était d'une médiocrité abyssale, cet hybride était au contraire bien plus rusé et dangereux. À peine sa nouvelle forme avait-elle été créée qu'il avait aussitôt pensé à prendre l'apparence de l'humain et de matérialiser un clone aqueux à l'image de l'Animae avant que le tourbillon d'eau ne disparaisse pour faire croire que la fusion avait échoué, ce qui m'avait poussé à baisser ma garde. Avec le regard qu'il affichait, on devinait clairement son envie de sang. J'avais remarqué que plus les actes de l'autre crétin d'humain devenaient agressifs et sanglants, plus ses yeux avaient tendance à prendre cette teinte orangée que l'hybride avait en ce moment.

Je me retrouvais donc face à un nouvel hybride aux capacités inconnues et avec les mêmes intentions meurtrières que moi. Pas question de le laisser s'exercer. Trois sphères se matérialisèrent autour de moi. Je fis un pas vers lui.

- À terre. Ordonna-t-il en gardant son sourire sadique.

À cet instant, je n'eus plus de sensation dans les jambes. Elles cédèrent sous mon poids et je tombai au sol. Je relevai la tête. Il me regardait avec un air amusé, sachant très bien que je ne pouvais pas encore avoir compris le concept de sa capacité unique. Au bout de quelques secondes, je sentis de nouveau mes jambes. Je me relevai aussitôt et reculai d'un pas. Tout en restant aussi relâché, il s'avança à son tour vers moi sans chercher à être prudent. Au même moment, avant que je ne commence à faire quoi que ce soit, je fus pris de vertiges. Ma vision commença à se troubler et avant que je ne me remette les idées en places, il me donna un violent coup de poing au visage qui me fit tomber en arrière.

Le goût du sang commença à envahir mon palet. Toujours en proie aux vertiges, je ne pus que l'entendre s'approcher de moi. Il s'arrêta près de moi et écrasa violemment mon bras blessé. C'est à ce moment-là que mes vertiges cessèrent. Je voulus lui déchiqueter la jambe avec mon bras de libre mais, comme pour mes jambes un peu plus tôt, je n'avais plus de sensation dans ledit bras et fus donc incapable de le bouger.

- Ben alors ? C'est tout ? Ricana-t-il.

Il n'y a eu qu'une seule personne que j'ai eu autant envie de tuer de toute ma vie. Mon ombre se mêla à sa sienne et il se retrouva incapable de bouger. Il dégagea son pied de mon bras. Je me relevai aussitôt et tendis ma main vers sa gorge mais elle se referma dans le vide au moment où il disparut.

Les sensations dans mon bras revinrent à ce moment-là. Je l'entendis réapparaître quelques mètres derrière moi. La main posée contre mon bras blessé, je me retournai vers lui.

- Manipulation du sang. Conclus-je sans le quitter des yeux.

- Bravo ! Tu as trouvé une partie du système ! Répondit-il en applaudissant avec un rire amusé, ce qui m'enragea encore plus.

Si je perdais mes sensations dans mes jambes et dans mon bras, et si j'avais eu ces vertiges, c'est parce qu'il avait empêché mon sang de circuler dans ces zones précises. Sauf que ça ne semblait pas être la seule chose dont il était capable. Sans tous ces gêneurs, l'autre crétin d'humain serait déjà mort et je n'aurais pas eu à me retrouver face à ce sale hybride.

Contre lui, il va falloir privilégier les attaques à distances et la vitesse. Je plaquai mes mains contre mes omoplates. Luttant contre la douleur qui commençait à m'envahir, je serrai les dents puis, avec un cri de douleur et de rage, une paire d'ailes sortit de mes omoplates. Des longues ailes identiques à celles d'une chauve-souris. Je me redressai puis ouvris mes ailes et m'envolai dans les airs, paré pour un combat aérien.

Je n'avais pas besoin de me demander s'il resterait au sol pour gagner du temps. Ça se voyait dans ses yeux qu'il avait trop soif de sang pour rester au sol pour gagner plutôt que me suivre dans les airs.


avatar
Anikeï




Messages : 161
Age : 37

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Pouvoirs: Morphe et Contrôleur d'Ombres Eau
Animae: En quoi ça te regarde?

Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Akira le Dim 17 Avr - 16:38

Enfin ! Depuis le temps que je rêvais de lui faire payer tout ce qu'il nous a fait subir. Le voir galérer et ne pas comprendre l'astuce, c'était purement jouissif. C'était juste dommage qu'il ne lâche pas le moindre son (même un petit gémissement de douleur, ça m'irait). Mais il trouva rapidement une partie de ma capacité. Je pensais que ça lui aurait pris plus de temps que ça.


- Trop classe ! S'exclama Katsue, excitée par le spectacle.

- Ce n'est ni le Akira ni le Tiago qui se faisaient dominer depuis le début. Là, il joue avec Anikeï. Dit Komuro qui avait du mal à cacher sa surprise.

- C'est vraiment du velours la fusion.

- N'empêche qu'il est dans de bonnes conditions aussi : même s'il n'en a pas l'air, Anikeï doit commencer à fatiguer à combattre depuis près d'une demie heure, sans compter qu'il était blessé. Et puis, il a pu profiter de l'effet de surprise. Maintenant qu'il a compris l'astuce, Anikeï va passer à l'offensive. C'est là qu'on va voir si la fusion d'Akira et son Animae est aussi balèze qu'elle en a l'air.

- Il ne s'est même pas forcé jusque là. Je suis sûre qu'il va gérer.

- N'empêche qu'à être si fort, il a pris un gros excès de confiance en lui. Il a le côté sauvage de Tiago et le côté casse cou d'Akira poussés à l'extrême. Contre Anikeï, c'est le genre de chose qu'il vaut mieux éviter. Releva Komuro en jetant un coup d’œil vers Alice et Azylis pour voir où elles en étaient avec les soins de Kazuma.


Mon sourire s'élargit lorsqu'il se fit pousser des ailes dans le dos. C'est maintenant que ça va devenir amusant. Je le regardai s'envoler sans chercher à l'en empêcher. Se faire pousser de nouveaux membres semble faire pas mal souffrir si ça a réussi à lui arracher un cri. Si je dois y avoir recours, il faudra que je le fasse au bon moment en prenant en compte le faire que ça me prendra du coup un certain temps. Mais heureusement, pour les ailes, je n'avais pas ce soucis.

Je repris ma forme originale : celle d'un sphinx ayant le visage d'Akira. Je restai un instant sur place, en train de me tâter. Pour un combat aérien, ce sera plus pratique d'avoir une forme humaine. Je repris donc l'apparence d'Akira tout en gardant mes ailes de sphinx dans le dos que je fis virer au noir.

Je déployai à mon tour mes ailes et pris mon envol. Je rattrapai rapidement Anikeï (je volais bien plus rapidement et facilement avec des ailes qu'Akira avec sa maîtrise de l'eau). Je me stabilisai à quelques mètres en face de lui. 

Quelques mètres plus loin, les deux dragons continuaient leur affrontement. Bien que le blanc avait l'avantage, le rouge avait quand même du répondant. Entre coups de griffes, coups de queue, coups d'ailes, morsures, boules de feu, sphères d'eau, sphères de lave, sphères de glace, c'était un combat acharné qu'ils se livraient. Et les conséquences de cet affrontement se faisaient sentir : la quasi-totalité de l'arène était détruite et en flamme à cause des attaques perdues et des moments où un dragon était repoussé contre une paroi qui cédait aussitôt. Heureusement qu'il ne restait plus grand monde. Komuro et Katsue s'étaient regroupés près d'Alice, Azylis et Kazuma pour les protéger des débris grâce à la télékinésie de Katsue.

Sans lâcher Anikeï des yeux, je penchai la tête sur le côté et évitai une sphère d'eau perdue qui passa tout près de mon visage. Au même moment, un clone d'Anikeï apparut derrière moi. Mais il explosa au moment-même où il se matérialisa. Avant qu'elle en retombe au sol, l'eau qui le constituait se changea en une quinzaine de sphères de glace recouvertes de pics. Je fis un mouvement de la main vers Anikeï et chacune d'elles fonça vers lui une par une à toute vitesse.

Il les évita/ les para sans trop se forcer. Mais lorsqu'il bloqua la dernière, mon poing manqua de peu de le frapper par derrière : il avait réussi à immobiliser mon clone d'eau avant qu'il n'arrive à le toucher en le figeant sur place. Dès l'instant où son regard se tourna vers le clone, je lui arrivai dessus à toute vitesse et portai un coup de sabre au niveau de sa gorge. Mais mon attaque passa au travers de son corps sans lui infliger le moindre dégât. Au même instant, il m'entailla le flanc avec son épée de glace. 

Avec un grand battement d'ailes, je m'éloignai aussitôt de lui en posant ma main sur ma blessure que je recouvris d'une fine couche de glace pour l'empêcher de saigner. Je plissai les yeux avec un petit rire amusé en essayant de comprendre comment il avait fait ça. Ce fut à son tour de s'avancer à toute vitesse vers moi. Il m'attaqua à son tour avec son épée de glace. Je parai le coup sans mal... mais sa lame m'entailla quand même l'avant-bras, manquant de peu de me faire lâcher mon arme.

Je me dépêchai de prendre de l'altitude pour lui échapper mais il parvint à attraper ma cheville quand elle était encore à sa portée. Il se changea aussitôt en serpent et s'enroula autour de ma jambe avant de me mordre la cuisse. Je serrai les dents en retenant un gémissement de douleur puis attrapai la tête de ce sale reptile. Mais il prit une nouvelle forme plus petite et échappa à ma prise.

- Tss. Sifflai-je d'agacement.

Ce qu'il peut être vif. Il réapparut juste au-dessus de moi et se laissa tomber pour me porter un coup par le haut. Sauf que je fus plus rapide : je fis disparaître son épée de glace et n'eus qu'à lever mon sabre pour que son épaule s'empale dessus. Avec un sourire carnassier, j'agrippai son visage en y plantant mon ongles changés en griffes. Son sang commença à remonter dans sa gorge jusqu'à envahir sa bouche. Il aura beau essayer de respirer, il n'y arrivera pas.

Mais mes ailes cessèrent soudainement de battre et ma main lâcha d'elle-même son visage tandis que l'autre retirait le katana de son épaule avant de le lâcher pour le laisser tomber au sol. Je me mis alors à chuter vers le sol sans pouvoir bouger le moindre membre. Fichue manipulation d'ombres. Alors qu'Anikeï crachait le sang qui s'était accumulé dans sa bouche et récupérait son souffle, je stoppai ma chute et me redressai dans les ailes en manipulant l'eau qui se trouvait dans mon corps pour le faire bouger malgré lui. 

C'était comme ça qu'il arrivait à imiter le pouvoir de la télékinésie : en forçant l'eau de certaines parties du corps à se déplacer dans un certain sens, il pouvait du coup les faire bouger, même sans sa maîtrise des ombres. Et en se concentrant sur toute, ou du moins une grande partie de l'eau du corps, il pouvait éjecter ledit corps dans la direction qu'il voulait comme s'il avait utilisé de la télékinésie.

Je disparus à mon tour pour échapper à l'ombre qu'Anikeï avait collé sur mon corps puis réapparus à quelques mètres de lui. Depuis le temps que je voulais le voir saigner, je le voyais enfin avec la bouche recouverte de son sang. C'était tellement beau à voir. C'est à ce moment là que je remarquai que les trois sphères d'eau qu'il avait créé tout à l'heure étaient toujours autour de lui. Je tiltai alors l'astuce.

- Je vois ! L'indice de réfraction de l'eau ! Conclus-je avec un sourire amusé.

Il faisait varier l'indice de réfraction de l'eau de ses sphères pour que la lumière qui passait à travers ces dernières affiche une image d'Anikeï à un endroit différent de celui où il était réellement. C'est pour ça que je ne le touchais pas : je n'attaquais que des images alors que le vrai Anikeï était juste à côté. Maintenant que j'ai compris, ça va être plus facile à gérer : je n'ai qu'à me concentrer sur la concentration du sang de son corps pour savoir où il est précisément.

Au même instant, on s'envoya l'un vers l'autre une sphère de glace qui éclatèrent en se percutant l'une l'autre. Tout de suite après ça, on s'élançait l'un vers l'autre. Mon bras droit et son bras gauche se bloquèrent l'un l'autre et son autre poing de libre me percuta à l'estomac au moment où le mien le frappait à la figure. On s'éloigna ensuite en même temps l'un de l'autre, évitant une boule de feu perdue qui alla s'écraser sur le sable. Tout de suite après, on s'élança une nouvelle fois l'un vers l'autre. Je me laissai tomber au dernier moment pour éviter son coup puis remontai aussitôt pour lui porter un coup à la figure. Mais il évita le coup et m'attrapa le poignet avant de me donner un bon coup de pied dans les côtes que j'évitai en disparaissant. Je réapparus derrière lui et tentai de planter mes griffes dans mon dos mais il se dégagea sur le côté et esquiva. Il se retourna et m'envoya une sphère de glace à la figure que je figeai juste à temps avant de la faire exploser en plusieurs aiguilles de glaces qui retournèrent vers leur propriétaire qui les encaissa grâce à ce qui restait de ses écailles.

Il s'élança de nouveau vers moi et me porta un coup à la gorge que j'évitai en me déplaçant sur le côté. Mais, tout en continuant d'être porté par son élan, une de ses ailes me porta un coup au visage et m'entailla l’œil. Cette fois, je ne pus m'empêcher de lâcher un cri de douleur. Je plaquai ma main sur ma blessure sans réussir à contenir le sang qui s'en échappait et coulait le long de ma joue.

Dès qu'il se retourna, il tendit la main dans ma direction et tira un puissant jet d'eau. J'en fis de même avec ma main de libre et les deux jets d'eau se percutèrent l'un l'autre. Je serrai les dents en essayant de contenir son jet d'eau tout en étant de plus en plus envahi par la douleur de la perte de mon œil. Cette douleur était si violente que je ne sentis pas son clone d'eau apparaître derrière moi avant qu'il ne me donne un coup de pied dans le dos qui me fis perdre ma concentration sur mon jet d'eau. Du coup, celui d'Anikeï l'emporta sur le mien et je le reçus en plein ventre. Heureusement pour moi, une nouvelle sphère de lave perdue le força à se dégager sans pour autant cesser son attaque. Mais elle le frappa tout de même dans le dos. La lave qui lui coula alors le long du dos et qui se mit à le brûler lui arracha à son tour un cri de douleur incontrôlé.

Il vit alors trop tard que j'avais réussi à me rapprocher et il n'évita pas mon coup de poing qui le frappa à l'estomac, le forçant à se plier en deux. Je posai alors ma main sur son dos et créai un nouveau puissant jet d'eau qui le projeta au sol. J'atterris à ses côtés juste après. Il fut de nouveau incapable de sentir ses bras et ses jambes. La moitié du visage recouverte par le sang de mon œil crevé, je le fixai malgré tout avec un sourire sadique.

Et maintenant, je l'achève. Enfin non, il ne faut pas le tuer. Mais si : c'est le moment où jamais. Mais non, je ne suis pas comme ça. Bien sûr que si, j'en meurs d'envie. Non, pas question de faire ça. Si, il le faut. Non ! Si !

La fusion cessa et je me retrouvai aux côtés de Tiago face à Anikeï-sama qui était toujours au sol. Mes blessures se mirent toutes à me faire souffrir d'un coup. Un gémissement, proche du cri, m'échappa mes jambes cédèrent sous mon poids. Je n'arrivais plus à contenir le sang qui s'échappait de mes blessures, en particulier celle de mon œil crevé et de ma main coupée. Mes vêtements étaient complètement trempés de sueur et de sang. La respiration haletante, je ne me sentais plus la force d'esquisser le moindre geste. J'avais la tête qui tournait. La douleur était tellement violente que j'en était nauséeux. À mes côtés, Tiago qui avait également perdu son œil n'avait pas plus de forces que moi et n'arrivait plus à se relever.

Je tournai mon œil vers Anikeï-sama qui retrouvait l'usage de ses bras et de ses jambes. Mon cœur battit plus vite que jamais. Cette fois c'est fini.


avatar
Akira




Messages : 2744
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Pouvoirs: Morphe d'Eau
Animae: Tiago, un Griffon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Anikeï le Dim 17 Avr - 17:54

Cet hybride n'avait vraiment rien à voir avec l'autre imbécile d'humain. Il avait une maîtrise de l'eau totale. À peine mon clone était apparut dans son périmètre qu'il l'avait fait explosé et avait pris le contrôle de l'eau qui le constituait.

Même sur le plan cérébral, ils n'avaient rien à voir : l'autre idiot a passé plus d'un an à encaisser les coups d'un clone sans comprendre que c'en était un avant aujourd'hui alors que l'hybride a rapidement compris le concept de la réfraction de la lumière alors que c'est une capacité plus complexe.

Ses réflexes étaient également totalement différents. Il analysait et s'adaptait bien plus rapidement que sa composition humaine qui n'est plus capable de rien dès qu'on le prive de son katana. Je ne pensais pas qu'il me donnerait autant de mal. Parfois, il réalisait les mêmes mouvements que moi au moment-même où je les effectuais.

Quand je vois cet hybride réaliser si naturellement tout ça et que je pense au temps que j'ai perdu à essayer d'inculquer ça à sa médiocre composition humaine sans obtenir le moindre résultat, ça me met hors de moi.

Lorsque je me retrouvai au sol et que je vis l'hybride redevenir humain et animae, la rage que j'accumulais depuis le début explosa. Avant que je ne retrouve totalement les sensations de mes membres, je forçai mon corps à se relever malgré lui. J'attrapai la gorge de cette saleté d'humain qui était à moitié mort. Une pointe de glace se forma au creux de mon autre main et je l'enfonçai dans son front. Mais avant que je ne puisse terminer mon geste, une sphère d'eau qui faisait ma taille me frappa et me renversa sur environ deux mètres, me faisant lâcher ma proie.

Je tournai la tête vers l'origine de cette attaque et foudroyai du regard ce fichu dragon blanc. Le dragon rouge était étendu au sol derrière lui, à bout de forces. Ils étaient tous les deux recouverts de blessures, nombre de leurs écailles étaient fissurées, rayées ou brisées et de nombreuses traces de griffures, morsures, chocs étaient visibles sur leurs corps. Bien que blessé, le reptile blanc avait l'air d'avoir encore largement assez de forces pour m'empêcher de finir ce que je devais faire. Mais là, plus question de le laisser m'interrompre.

Il compris rapidement mes intentions. Il poussa un puissant hurlement et s'élança vers moi. Il ouvrit la gueule et cracha un souffle glacé au milieu duquel plusieurs sphères de glace volèrent dans ma direction. Je les évitai en disparaissant. Au lieu d'essayer de me chercher, il se précipita vers l'humain étendu au sol, baignant dans son propre sang. Je réapparus juste au-dessus de lui et me laissai tomber sur sa gueule que je scellai de la même manière que les lèvres de l'autre incapable d'humain tout à l'heure : en la recouvrant de glace.

Je me laissai retomber au sol et me précipitai sur ma proie mais un violent coup de patte du dragon me projeta en arrière. Je serrai les dents de rage. Avec un hurlement similaire au sien, je me transformai en un dragon noir de taille équivalente à la sienne. Je me lançai alors sur ce fichu reptile blanc et le repoussai de tout mon corps. Il me donna un violent coup de queue qui me repoussa en arrière mais je réussi à attraper son cou en refermant ma mâchoire dessus, ce qui lui arracha un cri de douleur étouffé. Je finis par le relâcher et lui donnai un coup de griffe qui le repoussa en arrière mais il m'en donna aussitôt un également qui m'entailla la poitrine.

Je repris alors ma forme ordinaire et scellai ses pattes à l'aide d'anneaux de glace fixés sol. Sachant que ça ne le retiendrait pas longtemps, je me retournai et me précipitai sur le corps de l'humain qui n'avait pas bougé. Je l'attrapai par les cheveux pour le relever et approchai mes griffes vers son cœur. Mais je ne pus terminer mon geste.

Le compte à rebours venait de se terminer.

Mon corps trembla de rage. Ma prise sur ses cheveux se fit de plus en plus forte, à tel point que même dans son état il émit un gémissement de douleur. Ma main toujours à quelques centimètres de sa poitrine, j'envisageai l'idée de le tuer malgré tout.

* Non ! Arrête ! C'est terminé. Si tu fais ça, les télépathes qui sont restés le sauront et tu te feras tuer à ton tour ! Ne fais pas ça ! *

Je serrai les dents de rage. J'étais si près. J'avais enfin l'occasion de le tuer une bonne fois pour toute. Il est juste là, presque mort et incapable de se défendre.

Je finis par le lâcher, le laissant s'écrouler au sol. Je levai la tête vers le ciel et poussai un hurlement de rage qui se répercuta en écho jusque dans la vallée. Je me tournai vers le dragon rouge qui semblait se remettre de son combat et commençait à se relever. Je commençai à faire quelques pas dans sa direction. Mais mes jambes ne me supportèrent plus une nouvelle fois. Je tombai à genoux au sol. Mon corps, recouvert de blessures et plus exténué que je ne l'aurais cru, ne me répondait plus maintenant que l'adrénaline était retombée. La fatigue et le manque de forces me donnèrent des vertiges. Je me forçai pour essayer de me relever mais en guide de réponse, mon corps me fit tomber à quatre pattes au sol, ma respiration devenant de plus en plus haletante. Mais les blessures que j'avais au bras et à l'épaule se réveillèrent et me firent m'effondrer au sol.

Malgré la fatigue, la rage et la frustration étaient toujours bien présentes. Je n'aurais jamais cru finir dans cet état à cause de ce sale humain.

Le dragon rouge s'avança lentement vers moi puis, une fois à mes côtés, me prit doucement dans ses pattes avant. Il déploya ses ailes et s'envola en prenant la direction des montagnes. Au bout de quelques instants, sa silhouette s'était fondue dans le paysage.


avatar
Anikeï




Messages : 161
Age : 37

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Pouvoirs: Morphe et Contrôleur d'Ombres Eau
Animae: En quoi ça te regarde?

Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Corbillat deviendra corbeau (tous les Valar et Heren Istarion qui voudront)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum