Ma deuxième raison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ma deuxième raison

Message par Alice le Sam 13 Aoû - 2:55

La nuit était finalement tombée. La journée avait été caniculaire et sortir était une véritable épreuve. Ce soir, bien que la température ait un peu baissé, il faisait toujours beaucoup trop chaud. Ma chambre était devenue un véritable four. J'avais bien un ventilateur mais il avait rendu l'âme à cause de la bouteille de Vodka que je lui avait balancé lorsque j'étais dans un état second. Je l'avais pris pour le barman dont j'avais saccagé le bar à cause d'un con qui m'avait ordonné de bouger de ma place alors que je n'en étais qu'à ma troisième bouteille. Sur le coup, j'avais cru qu'il venait me coller une nouvelle dette sur le dos mais à la place il commençait à me chanter au clair de la lune et j'avais décidé de l'achever avant qu'il ne me tue. Sauf que finalement ce n'était pas lui.

Laissant mon Thorn chéri dormir dans ma chambre, j'étais sortie prendre l'air, même si on étouffait dehors, il faisait plus frais que là-dedans et je n'avais pas envie de me servir de mes pouvoirs pour compenser le manque de clim. Ne voulant croiser aucun abrutis, je m'étais résolue à aller me poser dans la cour des Heren Istarion. Il faisait tellement chaud que mon kimono me collait à la peau.

Trouvant un banc, je m'y assis. Fumant tranquillement mon kiseru, je regardai tranquillement le clair de lune. Je finis par fermer les yeux, profitant enfin d'être tranquille dans un lieu où il n'y avait personne pour m'énerver.

Un battement d'ailes finit par se faire entendre. Il se fit de plus en plus proche. Lorsqu'il cessa, je sus que le volatil s'était posé à côté de moi. Je rouvris les yeux et tournai la tête vers lui. C'était un Corbeau. Je tendis doucement mon avant-bras vers lui. Il rouvrit ses ailes et vint se poser dessus. Un sourire doux se dessina sur mes lèvres tandis qu'une lueur de fascination brillait dans mes yeux.

Il n'y avait que deux types de Corbeau pouvant faire ça sans essayer de m'attaquer : soit n'importe quel Morphe, mais aucun Morphe saint d'esprit ne se risquerait à s'approcher aussi près de moi, encore moins à grimper sur mon avant-bras, soit un Animae. Et il n'y avait qu'un seul Animae Corbeau pouvant avoir un œil bleu électrique et l'autre rouge sang.


-Si tu savais ce que je donnerais pour être à ta place. Lui murmurai-je doucement avec un sourire envieux.
avatar
Alice




Messages : 221
Age : 30

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Pouvoirs: Guérisseuse de Feu
Animae: Thorn, le cobra qu'il vaut mieux ne pas regarder dans les yeux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma deuxième raison

Message par Anikeï le Lun 22 Aoû - 4:10

*Dégage de là tout de suite.*

Matérialisant mon corps devant cette pathétique humaine, j'attrapai ce maudit Corbeau par le cou. D'un mouvement de la main, il fut projeté en l'air et une aiguille de glace se planta dans son ventre, lui arrachant un croassement de douleur. Ignorant cet insignifiant animal, je regardai le seul être pouvant être plus insignifiant encore : un humain.

Cette misérable humaine, non contente de faire ce qu'un être de sa pathétique espèce n'aurait jamais dû faire, à savoir continuer de respirer et vivre, avait osé s'approcher de cette saleté de Corbeau. Ce Corbeau qui ne devait en aucun cas fréquenter le moindre être vivant. Ce dernier finit par reprendre son équilibre et parvint à s'éloigner malgré la douleur.

Je fixai cette immonde humaine, les yeux écarquillés par la haine et la rage qu'elle et sa maudite espèce ne cessaient de me provoquer. La puanteur que son immonde odeur humaine dégageait ne faisait qu'accroître ma rage. Je tendis le bras sur le côté. Le corps de cette maudite humaine fut projeté dans cette direction et percuta le mur une dizaine de mètres plus loin.

Avant qu'elle ne retombe au sol, la lame de son Katana perfora son poumon gauche. Lorsqu'elle tomba finalement au sol, je retirai la lame de son humaine de poitrine avant de la planter dans sa main, la coinçant contre le mur. M'approchant de cette misérable humaine jusqu'à me retrouver à quelques centimètres, je tendis ma main vers sa gorge.

N'ayant aucune envie de toucher une être si pathétique et insignifiant qu'un humain, je stoppai ma main à quelques millimètres de sa gorge et commençai à la resserrer progressivement. Sa respiration fut bloquée et sa gorge commença à se contracter à cause de la pression qui s'exerçait dessus. Plus je resserrais ma main, plus l'envie d'y sentir sa gorge et ses os s'y broyer devenait un besoin.

-N'approche plus jamais ce Corbeau humaine. Sifflai-je en fixant ses pathétiques yeux humains sans parvenir à calmer la haine que j'éprouvais à la simple vue d'un membre de cette saleté d'espèce qui n'aurait jamais dû naître.


avatar
Anikeï




Messages : 161
Age : 37

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Pouvoirs: Morphe et Contrôleur d'Ombres Eau
Animae: En quoi ça te regarde?

Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma deuxième raison

Message par Alice le Mer 24 Aoû - 16:03

La température chute brutalement. Puis Il apparut devant moi. Ma deuxième raison de ne pas quitter cet endroit. Ne réagissant pas lorsqu'il attrapa le Corbeau pour le lancer dans les airs et l'attaquer, je le regardai faire, le regard admiratif. Puis mon corps fut projeté dans les airs jusqu'à ce qu'il heurte un mur. Je n'eus pas le temps de retomber au sol qu'Il était déjà là, devant moi. La lame de mon sabre que je ne l'ai pas vu me prendre se planta dans mon poumon gauche, près de mon coeur. Ce dernier battit plus vite encore si c'était possible. A l'instant même où Il était apparut devant moi, mon coeur avait déjà accéléré ses battements, comme s'il avait été aussi impatient que moi de Le revoir un jour devant moi.

Ne ressentant pas la douleur, je ne me préoccupai pas de ma blessure qui guérit dès que la lame fut retirée de ma poitrine et levai la tête pour apercevoir Son visage. Il était si froid, si grand, si beau, si imposant, si puissant, si haineux, si proche et pourtant si distant. Plus je le regardais et plus j'en devenais folle. Lorsqu'il bloqua ma main avec ma lame et ma gorge avec sa main sans pour autant me toucher, j'entrouvris la bouche, mes lèvres tremblant par la frustration de le sentir tellement proche de moi sans qu'il ne me touche.

Je soutins son regard comme je pus, essayant de ne pas lui faire voir mon envie de lui qui grandissait à chaque instant passé à le voir devant moi. Serrant les dents en rêvant de trouver ses lèvres glacées entre elles, je contins les tremblements de mon corps et les frissons que je ressentais par sa simple proximité. Il était tellement parfait, c'en était fascinant et rageant. Plus je le voyais et le sentais près de moi, plus je le détestais et l'aimais.


-Seulement si... je... veux. Lui répondis-je, ayant de plus en plus de mal à parler et à respirer à cause de la pression qu'il exerçait sur ma gorge.

Serrant mon poing de libre, je le recouvris d'une flamme bleue et l'envoyai vers ce visage qui me faisait tant perdre la tête. S'il ne voulait pas me toucher, c'est moi qui le toucherai.
avatar
Alice




Messages : 221
Age : 30

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Pouvoirs: Guérisseuse de Feu
Animae: Thorn, le cobra qu'il vaut mieux ne pas regarder dans les yeux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma deuxième raison

Message par Anikeï le Lun 29 Aoû - 6:56

L'expression de son pitoyable visage humain ne fit que m'enrager davantage et le mur auquel son pathétique corps était adossé commença à se recouvrir de glace au fur et à mesure que la température chutait. Cette arrogance, cette prétention humaine ne faisait que m'énerver davantage. Ils croient accorder une quelconque faveur à ces animaux qu'ils traitent d'animaux domestiques, ces animaux dont ils se croient supérieurs, en leur imposant leur présence alors qu'ils ne font que démontrer à quel point leur existence est médiocre sans cette incessante envie de démontrer leur prétendue supériorité qui n'a que pour but de masquer leur dépendance vis à vis de ces prétendus êtres inférieurs, cette dépendance qui ne sera jamais réciproque.

Je tournai les yeux vers son pathétique poing, ce dernier se stoppa dans son élan. Le temps que je cligne des yeux, ce misérable poing se retourna totalement, se brisant sur le coup. Approchant mon index ganté près de son bras, je l'en fis dessiner le contour à quelques millimètres de cette peau qui dégageait cette insupportable puanteur humaine que je me refusais de toucher. Lorsque mon bras retomba le long de mon corps, le sien se détacha de son épaule avant de tomber au sol.

Retirant son Katana de sa main, je le plantai dans son foie, les yeux déformés par la rage qu'elle m'inspirait. Je retirai ma main de sa gorge, la carotide tranchée. Pour qu'elle ne ressente pas la douleur, elle était une Guérisseuse. Qu'elle ne sente rien pouvait être un inconvénient comme un avantage, autant pour elle que pour moi.

Je resserrai mon poing et sa jambe droite se plia en deux, ramenant son tibia contre le haut de sa cuisse, brisant son genou par la même occasion. Je serrai les crocs et les poings au point de faire craquer ces derniers au fur et à mesure que je fixais cette saleté d'humaine avec toute la haine que j'éprouvais pour elle et sa pourriture d'espèce qui n'aurait jamais dû exister. La glace recouvrant le mur commença à s'étendre sur son kimono tandis que la température atteignait les moins soixante dix degrés.


avatar
Anikeï




Messages : 161
Age : 37

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Pouvoirs: Morphe et Contrôleur d'Ombres Eau
Animae: En quoi ça te regarde?

Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma deuxième raison

Message par Alice le Mar 30 Aoû - 4:26

Je sentis mon poing se stopper dans son élan sans que je ne l'ai décidé. Ne quittant pas Son visage haineux du regard, je forçai sur mon bras, essayant de terminer le mouvement de mon poing. Mais il ne bougea que lorsqu'il se retourna sur lui-même. Je baissai les yeux dessus, le sachant brisé, puis éteignis ma flamme. Je reportai mon regard vers Son visage. Mon cœur se remit à battre de plus en plus rapidement. Sa simple présence suffisait à me provoquer des vertiges.

Lorsqu'Il approcha Sa main de mon épaule, je me figeai. Ma peau frissonnait de froid et d'excitation en sachant la Sienne si proche d'elle. Je serrai les dents de frustration et de colère en voyant qu'Il ne me touchait toujours pas. Je regardai mon bras tomber au sol avec une fascination que je me privai de montrer. Je stoppai rapidement l'hémorragie. Relevant les yeux vers les Siens débordant de haine, je ne l'en trouvais que plus effrayant et plus beau que jamais.

Quand ma lame fut retirée de ma main, la plaie cessa de saigner et se referma. Je sentis que ma carotide avait été tranchée sans qu'Il ne me touche une seule fois. Cette plaie se referma à son tour sans que je ne bouge J'espérais voir un quelconque changement dans Son regard. Mais à part cette même haine glacée et attractive, Il ne semblait rien ressentir.

Lorsque ma jambe se plia en deux, j'en perdis l'équilibre. Le mur m'aida à tomber doucement au sol. Quand je sentis la glace commencer à recouvrir mon kimono, ma température corporelle augmenta. La glace me recouvrant fondit, se changeant en des gouttes d'eau qui glissèrent le long de mon dos. Dépliant ma jambe avec un craquement sourd, je remis cette dernière en état de marche. Puis je me redressai, toujours adossée au mur.

Posant ma main sur la poignée de mon sabre, je retirai la lame de mon foie dont la plaie se referma aussitôt. Dans le même mouvement, je visai Son cou. Dès le premier signe de parade ou d'esquive de Sa part, je m'avançai d'un pas vers Lui. Lâchant mon sabre, j'empoignai Son col et approchai aussitôt mon visage du Sien. Mes lèvres des Siennes. Mon souffle brûlant rencontrait le Sien glacé. Mes yeux pleins de supplice et d'envie regardaient les Siens toujours aussi haineux. Mon corps désormais tremblant et brûlant étaient contre le Sien, raide et glacé. J'étais si prête de Lui, Il était si loin de moi.

Je n'eus pas la force de l'embrasser alors que chaque parcelle de mon corps me hurlait de le faire. Je pouvais enfin l'embrasser, goûter à la seule saveur dont je pourrais me nourrir, mes lèvres en tremblaient d'envie et d'impatience. Mais j'en étais incapable, Il était à la fois trop prêt et trop loin de moi. Une once de provocation finit par se mêler à mon regard suppliant et désireux du Sien.

Déteste moi. Hais moi. Frappe moi si tu le veux. Dépèce moi. Tue moi si tu le veux. Fais de moi ce que tu voudras mais hais moi. Hais moi encore plus que n'importe qui d'autre. Hais moi comme tu n'as jamais haï personne. Hais moi et ne pense plus qu'à moi et rien qu'à moi.
avatar
Alice




Messages : 221
Age : 30

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Pouvoirs: Guérisseuse de Feu
Animae: Thorn, le cobra qu'il vaut mieux ne pas regarder dans les yeux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma deuxième raison

Message par Anikeï le Mer 31 Aoû - 16:02

La voir continuer à me regarder de cette manière, signe qu'elle n'avait pas l'intention d'abandonner, ne faisait que m'énerver davantage. Comme si un de ces médiocres, pathétiques et misérables humains pouvaient espérer que je leur accorde un quelconque intérêt qui me donnerait envie de rester en leur maudite d'humaine compagnie. Plus je la voyais, plus mon dégoût envers elle et sa saleté d'espèce s'amplifiait avec mon envie de la tuer.

Lorsqu'elle retira son Katana de son foie et dirigea sa lame vers moi, je tournai les yeux sur le côté et elle fut déviée. Mais elle lâcha presque aussitôt la poignée de ce dernier en faisant un pas en avant pour attraper mon col. Mes yeux s'écarquillèrent d'indignation, de rage et de haine en la voyant oser faire ça. Cette humaine avait osé me toucher. Elle m'avait touché, s'était avancée davantage vers moi jusqu'à se retrouver collée à moi. Cette misérable humaine avait osé me toucher et m'imposer son insupportable présence en diffusant sur moi sa puanteur d'odeur humaine.

Sentir son insupportable souffle qui n'aurait jamais dû émettre le moindre son si proche du mien, son pitoyable corps humain contre le mien me rendit fou de rage et mes yeux n'en furent de plus déformés. Sa main commença à geler, aussi bien de l'extérieur que de l'intérieur. Je plantai la lame de son Katana dans son flanc et frappai l'extrémité de la poignée avec la paume de ma main, l'enfonçant davantage dans cette saleté de corps et l'expulsant sur le côté, la faisant me lâcher enfin.

A peine tomba-t-elle au sol que j'attrapai la poignée de son Katana pour retirer la lame de son flanc. Je l'abattis sur son pied droit et tranchai ce dernier avant de planter la lame dans son genou gauche. Ma main s'approcha de nouveau de sa gorge sans jamais la toucher et recommençai à l'étrangler en refermant ma main autour, ne pensant plus qu'à entendre le son de ses os se brisant sous la pression. Une nouvelle plaie se forma sur sa gorge. Elle avait osé me toucher. La plaie de sa gorge devint de plus en plus profonde au fur et à mesure que ma haine pour cette chose grandissait. D'ici quelques secondes, elle sera morte.

~Et pourtant, vous voulez ne pas les voir et vivez en satisfaisant cette envie en les évitant et tuant ceux qui vous croisent et vous critiquez ceux qui cherchent à satisfaire leurs propres envies. Sur ce point, vous n'êtes pas différent d'eux.~

Serrant les crocs de rage, j'éloignai ma main de son humaine de gorge avant de serrer les poings de rage tandis que je dévisageais de haine cette immonde chose au sol. Il avait raison et c'est ça m'enrageait encore plus. C'était l'unique raison pour laquelle je n'avais pas achevé ce pathétique humain dans l'arène. Si tuer, faire disparaître cette pitoyable espèce qui n'aurait jamais dû voir le jour était une nécessité, une obsession, ce n'était toujours pas devenu un besoin, auquel cas je ne chercherais plus à éviter leur pitoyable présence mais à la rechercher pour y mettre fin.

Sentant toujours cette irrésistible envie de tuer cette médiocre humaine qui avait osé me toucher, je fermai un instant les yeux, ignorant totalement sa pathétique présence humaine, et disparus de son médiocre champ de vision humain. La température finit par augmenter progressivement.


avatar
Anikeï




Messages : 161
Age : 37

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Pouvoirs: Morphe et Contrôleur d'Ombres Eau
Animae: En quoi ça te regarde?

Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma deuxième raison

Message par Alice le Sam 3 Sep - 16:35

Plus Il me regardait, plus je sentais qu'Il me détestait, me haïssait. Je sentais Son aura puissante et glaciale m'écraser, comme s'Il Lui suffisait d'un simple regard pour pouvoir me tuer. A cet instant, j'avais vraiment la sensation que toutes Ses pensées étaient centrées sur moi. Pour rien au monde je ne l'aurais lâché. Je rêvais de cette situation depuis ce jour. Ce jour où Il m'avait coupé la main à mon Admission. Mon corps tremblait dans son intégralité mais je m'étais rarement sentie si bien de toute ma vie.

Ma main se retrouva totalement gelée, désormais incapable de bouger. J'augmentai de nouveau la chaleur de mon corps. Ma main se décongela progressivement comme si elle avait été trempée dans de l'eau bouillante. Lorsqu'elle retrouva sa mobilité, Il plantait mon sabre dans le flanc avant de m'expulser sur le côté. J'atterris à peine au sol qu'Il était de nouveau près de moi et me retirait ma lame du flanc. Puis Il me coupa le pied et immobilisa mon autre jambe en plantant la lame dans le genou.

Je relevai les yeux vers Son visage en me mordant la lèvre inférieure, la respiration irrégulière et brûlante. Je serrai le poing de frustration et de colère, ne pouvant plus Le sentir contre moi. Je Le fixais avec frustration et colère, avec colère et désir et avec désir et provocation. Je ne pouvais plus Le toucher mais Il continuait à s'en prendre à moi et je n'avais pas l'intention de l'inciter à s'arrêter. Malgré le froid mordant qui nous entourait, mon corps était brûlant de désir pour Lui. Le voir devant moi me faisait fondre pour Lui. Le voir bouger me rendait folle. Le voir s'en prendre à moi me comblait.

Lorsqu'Il approcha de nouveau Sa main de ma gorge sans la toucher, une nouvelle coupure s'y forma et l'air me fut impossible à respirer. Je tentai de la soigner mais elle ne se referma pas. C'était comme si une lame s'enfonçait progressivement dans ma gorge. J'essayais désespérément de respirer mais c'était toujours en vain. Mais malgré ça, je Le regardais avec un léger sourire comblé. Continue comme ça. Attaque-Toi à moi sans pitié. Ne pense plus qu'à moi.

En Le voyant serrer Ses dents changées en crocs, j'arrêtai complètement de lutter, ne pensant plus qu'à l'idée de Le voir me mordre au cou. Plus je Le regardais, plus Il semblait enragé et plus je voulais continuer à Le voir ainsi, prête à ce que ce soit la dernière vision que j'aurais. Mais Il me relâcha tout de même. Ma plaie se refermant aussitôt, je Le regardai en fronçant les sourcils mais le regard toujours aussi mauvais. Puis Il ferma les yeux et sans prévenir, Il disparut.

Lorsque la température redevint normale, signe qu'Il n'était définitivement plus là, je plaquai mon dos contre le mur. Mon corps en frissonnait et en tremblait de plaisir tandis qu'un sourire épanoui se dessinait sur mon visage. Il avait été là, juste devant moi. Il m'avait regardée, moi et personne d'autre. Il m'avait attaquée, moi et personne d'autre. Il m'avait haïe, moi et personne d'autre. J'avais pu Le toucher et sentir Son corps contre le mien, Lui et personne d'autre.

Je me détendis avec un soupir de plaisir. Je ramenai ma main plaquée au sol vers moi en laissant glisser mes ongles sur le sol, rêvant que ce soit sur Son corps. Je ne réagis pas lorsque mes ongles se brisèrent à cause de la pression qu'ils exerçaient sur le sol.

Lorsque je finis par recouvrer mes esprits, je me mis à regarder un peu autour de moi en me relevant contre le mur. Bon alors maintenant, où ont atterri mes membres coupés?
avatar
Alice




Messages : 221
Age : 30

Feuille de personnage
Âge: 25 ans
Pouvoirs: Guérisseuse de Feu
Animae: Thorn, le cobra qu'il vaut mieux ne pas regarder dans les yeux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ma deuxième raison

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum