I miss you (Farfaya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I miss you (Farfaya)

Message par Mana le Dim 20 Fév - 12:12

Aujourd’hui, comme tous les ans, un soleil magnifique brillait au dessus de ma tête. Mais sa lueur me paraissait si froide, lointaine, triste... Tout les alentours, qui s’illuminaient et annonçaient les prémices du printemps, paraissaient tromper l’esprit et cacher que tout agonisait.

Ou peut-être étais-ce seulement moi qui ressentait cela, en regardant ce soleil matinal qui, le même jour il y a cinq ans, m’avait brûlé les iris de ses rayons rouge sang. Ce soleil que j’avais connu brillait d’une lueur de mort, et s’approchait de l’horizon comme un soldat mourant. Alors que mon esprit l’accompagnait, que mes sentiments brûlants regardaient l’âme de Nicolae disparaitre. A ce moment-là, seules ma souffrance et ma haine étaient restées à mes côtés. Et Elle, Elle qui avait voulu m’aider.

Elle que j’avais perdu aussi. Détournant mon regard du ciel pour me concentrer sur l’intérieur de ma chambre, je regardais Kestrel qui était perchée comme à son habitude sur son perchoir. Elle me fixait, me retournant le regard bleu glace triste et morne que j’arborais toujours ce jour-là. Pourtant ma vie s’était légèrement améliorée depuis quelques temps. Mes rapports avec Wendy s’étaient améliorés, et j’avais rencontré tellement de monde... La solitude n’était plus si pesante. De plus, Edward était débarrassé de sa maladie, ce qui devrait me réjouir… Et La réjouir aussi. Mais je ne pourrais le savoir, je n’avais aucune nouvelle depuis ce jour-là. Son silence me pesait, depuis cinq ans également. Mais je ne voulais en aucun cas qu’elle le brise.

# Tu veux encore rester seule aujourd’hui ?

# Oui. Je suis désolée Kestrel, mais je veux faire le vide et ne plus penser... Qu’à lui.

Kestrel s’envola et je lui ouvris la fenêtre. Elle passa au dessus de moi en piaillant, coupant par la même occasion toute communication avec moi. Souriant légèrement, je la remerciais en silence. Je savais combien cela lui coutait de me laisser seule dans cet état d’esprit, mais je lui avais juré que ce jour-là je ne ferais aucune bêtise, et cela à jamais. Je refermai la fenêtre et ouvris mon armoire en grand. Je devais me préparer pour aller lui rendre visite. Comme chaque année je prenais une robe pour lui. Cette année, je jetais mon dévolu sur une petite robe en laine beige à manches longues, accompagnée d’une ceinture marron. Me déshabillant rapidement, j’enfilai des collants marrons sous ma robe avant de nouer ma ceinture et de choisir quelques bijoux en bois que j’avais confectionnés durant un énième moment d’ennui. Un de mes pendentifs représentait un léopard. Mephisto... Tu me manquais toi aussi.

Enfonçant un bonnet en laine marron sur ma tête et jetant une cape qui trainait sur mes épaules, j’attachais mes rangers et sortis de ma chambre calmement. Je saluai respectueusement mes collègues, me forçant à paraitre calme et neutre alors que mon cœur, depuis quelques jours déjà, se déchirait de douleur. Avant de descendre à l’étage des Istari, je partis voir le Valar qui avait accompagné Nicolae durant sa dernière mission. Celui-ci, comme à chaque fois que je le cherchais ce jour, était assis sur la rambarde d’un balcon où Nicolae et lui aimaient se retrouver pour discuter avant. M’appuyant sur le chambranle de la baie vitrée en silence, j’attendais que les fluctuations de l’Air lui indiquent que j’étais derrière lui. Il se retourna vers moi quelques secondes seulement après mon arrivée, plantant ses yeux vert sombre dans les miens. Son regard ressemblait alors au mien, presque mort si l‘on ne prenait pas garde à la souffrance qui l’habitait. Ainsi qu’une lueur de culpabilité pour lui. Sautant souplement de la rambarde, il me fit un baisemain en guise de salut, et je lui répondis d’un simple hochement de tête.


- Vous êtes une fois de plus magnifique Mana. N’importe qui serait jaloux de l’homme avec qui vous avez rendez-vous.

Banalité utilisée pour cacher des hurlements de souffrance que nous étouffions tous les deux. Je lui en avais énormément voulu de ne pas avoir pu sauver Nicolae, avant de me rendre compte qu’il en souffrait lui aussi. Malgré le temps qui commençait à s’écouler, je ne pouvais me défaire de ma douleur surtout le jour de sa mort, et lui non plus apparemment.

_ Merci Alec, c’est très gentil à vous. J’imagine que vous ne désirez toujours pas m’accompagner pour que je vous présente L’endroit.

Alec secouait légèrement la tête, faisant voler ses boucles châtain foncé, avant de me montrer d’un geste de la main le balcon.


- Ce lieu est parfait pour moi, je ne veux pas visiter cet endroit que vous affectionnez tant. Je m’en excuse une fois de plus.

Souriant légèrement, je m’inclinais avant de me reculer. La même réponse depuis cinq ans. A vrai dire, même si je le lui proposais à chaque fois, j’étais satisfaite qu’il refuse. J’aimais garder cet endroit connu de moi seule… Ou presque. Rentrant de nouveau dans le couloir, je pris la direction des escaliers alors qu’Alec s’asseyait de nouveau sur la rambarde. On ne se parlait qu’à peine durant toute une année, nos seules paroles échangées étaient celles-ci. C’était comme un rituel auquel nous ne dérogions jamais.

Une fois sortie de l’Ecole, je regardai les élèves s’amuser dans la cour. Ils étaient tous tellement insouciants, inconscients du danger que pouvait être une mission, où tout simplement la vie avec des pouvoirs comme les nôtres. Resserrant la cape sur ma poitrine, je poussais doucement le portail en fer forgé qui fermait la cour pour m’avancer sur le chemin qui plongeait au cœur de l’île. Je pris machinalement la direction des grands lacs, ne regardant rien autour de moi. J’étais enfermée dans une bulle qui m’éloignait du monde. En ces moments-là, même Wendy ne pouvait me sortir de la torpeur dans laquelle j’étais. Je ne la croisais d’ailleurs jamais le jour de la mort de Nicolae, elle s’éloignait de moi et me laissait seule, comme je le voulais.

Arrivée à mi-chemin des lacs, je pris un petit chemin de terre qui montait entre les arbres. Dans quelques minutes, le chemin prendrait à droite et continuerait de monter, avant de descendre légèrement. A ce moment-là je serais arrivée. Je pouvais faire ce chemin les yeux fermés, je le connaissais par cœur, pour l’avoir fait avec lui, et depuis cinq ans à la même date, seule.

Les arbres laissèrent peu à peu place à des ronciers, avant de s’ouvrir à la lumière du soleil. Un ponton de pierre naturelle surplombait le plus grand des lacs, à quelques mètres de la cascade qui alimentait l’étendue d’eau en contrebas. Au milieu de ce surplomb, un saule s’élevait, seul, symbolisant une tombe que je n’avais jamais pu ériger. Une croix était gravée sur l’écorce, et du lierre mangeait le tronc jusqu’à la moitié de sa hauteur. Autour de l’arbre s’étendait un parterre de fleurs plus variées les unes que les autres. Des hibiscus, des lys, des œillets... Même des orchidées étaient plantées ici, tout dans les tons de rouge et de blanc. J’avais pris le soin de modifier ces plantes pour que, malgré les saisons, l’arbre ne perde ses feuilles et les fleurs ne se fanent jamais. Cet endroit était comme figé dans le temps, afin que le souvenir de Nicolae ne disparaisse jamais. Enfin, bordant le surplomb, des ronciers étendaient leurs branches emplies d’épines. Ces ronciers étaient les vestiges du séjour que j’avais passé ici, emprisonnée dans ces buissons afin que personne ne m’approche. A présent, ces buissons réagissaient à mon approche, et étaient maintenant recouverts de roses rouges.

M’approchant de l’arbre, je caressais son écorce, passant mes doigts sur la croix gravée. Continuant mon chemin, je m’assis au bord du surplomb, les pieds dans le vide. Regardant le ciel, je m’apprêtais à passer une journée entière, jusqu’à ce que le soleil se couche ou plus, à ne penser exclusivement qu’à Nicolae, me laissant emporter par mes souvenirs, voire mes désirs les plus profonds. Je fermais doucement les yeux, inspirant profondément le parfum enivrant de toutes les fleurs présentes ici.

Mon esprit commençait à s’envoler avec mes souvenirs. Notre rencontre, nos entrainements, nos disputes, nos leçons… Tous ces moments partagés avec lui qui restaient gravés en moi à jamais m’envahissaient telle une vague incontrôlable. Aussi incontrôlable que mon désir toujours brûlant pour lui. Les envolées folles de mon esprit et de mon cœur lorsqu’il était si près de moi, que sa respiration calme était la seule mélodie lors des nuits que nous passions sous la voute étoilée me reprenaient comme si je ne les avais vécu qu’hier.

Combien de temps m’étais-je laissé aller à ma rêverie ? Le soleil chauffait doucement mon visage mais ne me permettait pas de le savoir. Ouvrant doucement les yeux, je mis un petit moment à m’habituer à la lumière avant de me rendre compte que le soleil était déjà haut dans le ciel. Je défis ma cape pour avoir un peu plus de fraicheur, avant de vouloir fermer de nouveau les yeux. Mais je ressentais confusément une énergie qui s’approchait de moi, à quelques centaines de mètres. Etourdie par ce que je venais de vivre, je n’arrivais pas à reconnaitre cette énergie, je me rendais juste compte qu’elle m’était familière, mais lointaine à la fois. Après quelques secondes seulement, et alors que cette énergie se faisait plus forte, je la reconnus.

Farfaya.

Que venait-elle faire ici ? Que voulait-elle et surtout : Que ME voulait-elle ? Elle était la seule à connaitre cet endroit, je le lui avais montré il y a longtemps et j‘étais persuadée qu’elle savait que j’étais cachée ici. Les ronces commencèrent lentement à boucher le petit passage. Je ne voulais pas qu’elle s’approche, je ne voulais pas la voir. Depuis toutes ces années je l’avais toujours évité, ça n’allait pas changer à présent. Il ne fallait pas qu’elle s’approche...

Je lui avais fait bien assez de mal pour cela.


Dernière édition par Mana le Jeu 4 Aoû - 19:42, édité 2 fois


avatar
Mana




Messages : 401
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: A peu près... 20 ans.
Pouvoirs: Guérison et contrôle du Bois
Animae: Kestrel, petit rouge gorge des plus sympatiques

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Farfaya le Lun 21 Fév - 21:05

Tout était parfait. Ou presque.

Edward était en vie, près de moi et pour longtemps - du moins aussi longtemps qu'il me supporterait, mais même s'il devait me quitter un jour, mon bonheur de le savoir en vie serait intact. Sa simple présence enluminait mon quotidien et le rendait chaque seconde plus doux, comme autant de promesses d'espoir et d'avenir qu'il m'offrait chaque seconde à ses côtés, et c'était fou de constater comme si peu avec lui pouvait suffire à mon bonheur - avec lui, tout était si simple, tout était si beau. Le Valhalla, encore couvert de son manteau immaculé, brûlait d'une vie qui faisait fondre la neige et emportait des éclats de rire combattre les cieux tourmentés, et même la plus sévère des tempêtes de neige ne pouvait émousser la joie de vivre dans laquelle nous baignions tous.


Cette joie de vivre, cette Vie que j'avais tant voulu abandonner réchauffait maintenant mon cœur au moins autant que celui des autres, et elle m'aidait à supporter l'absence d'Edward lorsque nous nous quittions quelques instants et que son sourire n'était plus là pour emplir cette fonction, pour me donner ce sentiment que tout était possible, pour réchauffer mon coeur et donner à mon corps cette sensation de liberté si caractéristique qui m'emportait lorsque j'étais avec lui. Même s'il m'arrivait de regretter encore ses longs cheveux noirs, dans lesquels je n'avais pas assez glissé mes doigts à mon goût, j'étais bien obligée d'admettre que les cheveux plus courts lui allaient encore mieux, encadrant son visage fin de mèches sombres, ses mèches folles contribuant à accentuer son petit air narquois qu'il arborait avec tant de naturel. Ses yeux gris acier semblaient teinter le ciel lui-même, et j'aimais perdre mon regard dans les étendues houleuses des nuages surplombant la vallée, eux qui me rappelaient le regard en amande de mon amant lorsque celui-ci n'était pas la pour me couver de son regard à l'éternelle étoile d'ironie.

Mais malgré mon bien-être quasi constant, il m'arrivait encore d'éprouver cette sensation d'étouffement lorsque je pensais à certaines choses - comme à mon Denaro, toujours absent, loin de mon regard et de mon cœur où il était autrefois toujours blottit. Presque deux mois complet que j'étais rentrée, et toujours aucun signe de lui - il aurait aussi bien pu être de l'autre côté du monde que dans la forêt, je ne l'aurais pas su. Ou encore à mes étranges absences, dont je n'avais pas parlé à Edward, et dont je priais qu'il ne s'en aperçoive jamais - je n'avais pas oublié mon entrevue avec Zak, et j'espérais qu'il tenait sa promesse de tenir sa langue - même si en même temps, je ne voyais pas qui ça aurait pu intéresser, mais je préférais rester méfiante.


Mais, outre l'absence de plus en plus pesante de mon Animae et ces espèces de "crises" de "démence" où je perdais momentanément tout souvenir de ce qui m'entourais et de ce qui c'était produit, mon principal souci était bien évidement Reia, elle qui c'était sacrifiée pour son frère - elle que j'avais abandonné à son sort. Malgré les nombreux traités de médecine que j'avais déjà consultés, je n'avais encore rien trouvé sur cette maladie, ni comment s'en débarrasser définitivement. Je n'avais qu'à peine entrevu Azylis à nos Réunions (quand elle daignait y assister), et je me refusais d'aller voir Selkis, l'infirmière en chef, pour lui demander conseil - je me ferais mettre à la porte, et c'était hors de question que je lui en donne l'occasion. Je ne pouvais pas en parler à Edward, aussi avais-je fais provision de livres que j'épluchais les uns après les autres sans jamais rien trouver - et à chaque fois que j'en refermais un, j'essayais de me convaincre que le suivant serait le bon. Mais le bon n'étais toujours pas arrivé, et c'est assise à mon bureau dans ma chambre que je me trouvais à cet instant, la tête rejetée en arrière après avoir clôt la lecture d'un énième volume.

Drapée dans un épais kimono de soie gris bleuté, un obi pourpre enserrant ma taille, je resserrais les pans de ma veste en cachemire rose pâle autour de moi et relevais la tête pour perdre mon regard au-dehors. Ce jour là, pas ou peu de nuages acier pour me rappeler le regard de celui que j'aimais, mais un grand soleil inondant la vallée, un grand soleil, comme ce jour là, le même que celui avec lequel Elle s'était appliquée à se faire du mal... jusqu'à ce que j'intervienne. Mais à quoi cela nous avait-il mené ?... A cinq ans, cinq ans de silence.


Il faisait beau, aujourd'hui. Peut-être assez.

Pour la première fois depuis cinq ans, je me levais de mon bureau pour aller à un endroit précis. Comme dans un rêve, comme guidée par une force qui me dépassait, je me dirigeais vers la fenêtre, que j'ouvrais en grand. Des mèches folles voletèrent autour de mon visage alors qu'une bise glaciale s'engouffrait dans ma chambre - il faisait beau, mais froid. Enjambant l'encadrement de la fenêtre, j'admirais quelques secondes l'horizon ensoleillée s'ouvrant devant moi, avant de plonger dans le vide. Mais plutôt que de me laisser chuter jusqu'à l'ultime seconde, je me métamorphosais presque immédiatement, ralentissant ma chute de mes ailes d'effraie blanches, prenais la direction de la forêt - des lacs, plus précisément. Quelques minutes du vol me suffirent pour atteindre mon objectif, et lorsque j'aperçus le sentier du ciel, je plongeais pour reprendre forme humaine et finir à pied. Je n'étais pas tout à fait sûre du chemin que je croyais reconnaitre au fur et à mesure que j'avançais, mais l'énergie que je ressentais plus loin, cette force sèche, froide et pourtant si tendre ne pouvait qu'appartenir à une seule personne - et elle même avait emprunté cette direction quelques heures plus tôt, je ne pouvais donc pas me tromper. La neige et la terre gelée laissèrent bientôt place à une zone de plus en plus vivante, des bourgeons étaient apparut sur les branches des arbres, et une herbe fine et tendre avait commencé à recouvrir la terre brûlée par le froid hivernal - j'approchais du but.


Enfin, j'arrivais sur un surplomb rocheux bordé de ronces, duquel je pouvais apercevoir la cime d'un grand saule dissimulée derrière une forêt de ronciers, couverts de roses rouges - Elle était là, Elle ne pouvais me dissimuler sa présence. M'arrêtant à la limite invisible du domaine, où je pouvais entrevoir le par-terre de fleurs colorées derrières les haies, je cherchais Sa longue chevelure sombre au milieu de toute cette verdure, mais peine perdue, Elle devait être assise à l'extrémité du rocher, les jambes dans le vide - je La voyais comme si j'y étais.

J'aurais pu passer, j'aurais pu forcer les ronces, les détruire, ou tout simplement devenir si petite qu'elles ne m'auraient plus barré la route, mais je présentais que violer Son sanctuaire ne serait pas un bon début sur le chemin de la réconciliation.


- Mana... c'est moi, murmurais-je aux roses de ce rouge sang que j'haïssais tant.


avatar
Farfaya




Messages : 968
Age : 24

Feuille de personnage
Âge: 22 en apparence, la réalité m'appartient.
Pouvoirs: Ubiquiste et morphe de métal.
Animae: Denaro, un spécimen particulièrement imposant de tigre blanc.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Mana le Jeu 24 Fév - 18:05

Elle s'était arrêtée. Juste devant les roses, encore loin de moi. Cachée par le saule, je n'espérais qu'une chose : Qu'elle ne me remarque pas. L'arbre me cachait à sa vue, mais comme je le redoutais, pas à son instinct. Sa voix, qui n'était pourtant que murmure, resonnait autour de moi comme si elle avait hurlé. Cette voix que je n'avais pas entendu depuis tellement longtemps, non pas sa voix formelle qu'ele utilisait lors des réunions mais celle qui était empreinte de tous les sentiments qu'elle ressentait (Bonheur, inquiétude et tristesse à la fois) me faisait trembler.

Je ne voulais pas qu'elle approche, je ne voulais pas être méchante, blessante, mordante, lui faire une fois de plus du mal... Je ne voulais pas que son bonheur soit gaché par ma faute. Si elle voulait être heureuse, elle ne devait plus me voir. Plus jamais. M'oublier, et oublier tous nos souvenirs. Comment sinon pouvait-elle sourire pleinement ? La mort de Nicolae m'avait anéanti, je pouvais supporter le poids d'une perte que j'avais orchestré. Si c'était pour qu'elle soit heureuse, je lui devais au moins ça... Après ce que je lui avais fait.

Et pourtant... Quelque chose au fond de moi ne désirait qu'une chose : La laisser s'approcher. Alors que je m'apprétais à resserer encore la barrière de ronces autour de moi, une petite force m'encourageait au contraire à tout détruire. Pour qu'elle vienne, qu'elle s'assoit à mes côtés... Et qu'enfin on puisse se réconcilier. Ma plus vieille amie, ma confidente la plus intime, elle était tout cela à la fois. Comment pouvais-je oublier celle qui pendant plusieurs années avait été ma seule famille, ma seule amie, mon univers presque entier ? Je n'y arrivais résolument pas.

Egoisme ou peur ? Toujours est-il que tout doucement, les ronces se retirèrent de Son chemin. Je fermai les yeux, attendant l'instant fatidique où elle serait à mes côtés. Elle devait tellement m'en vouloir... Je ne savais pas ce que je pourrais lui dire. Des excuses ne seront jamais suffisantes, et des explications non avenues. Désemparée, je me tournais vers Nicolae afin de trouver une solution. Mais je n'eus comme réponse qu'un long silence.


Dernière édition par Mana le Jeu 4 Aoû - 19:43, édité 1 fois


avatar
Mana




Messages : 401
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: A peu près... 20 ans.
Pouvoirs: Guérison et contrôle du Bois
Animae: Kestrel, petit rouge gorge des plus sympatiques

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Farfaya le Dim 27 Fév - 13:25

To Eternity and a Day

Malgré le tumulte de la cascade proche emplissant le lieu des résonances de son fracas, l'écho de mon souffle retentissait à mes oreilles avec autant de violence que les battements de mon cœur à cet instant - j'avais l'ouïe plus fine que le commun des mortels, conséquence de ma partie animale offerte par le pouvoir des Morphes, mais pas au point de m'assourdir avec ma propre respiration ; non, la vérité était que j'étais si anxieuse qu'elle me rejette une nouvelle fois, que tout se termine mal, comme la dernière fois, que mes sens étaient décuplés par l'appréhension que je ressentai
s, plantée là devant cette forêt de ronces muette.

Baissant les yeux, mon regard rencontra sur son chemin une rose couleur sang, une rose dont les pétales gorgés d''eau semblaient plus doux que n'importe quelle étoffe produite de la main de l'homme. Tendant une main, je caressais du bout de l'index la fleur drapée de velours, frissonnant en sentant presque palpiter la vie en elle, comme tout ce qui m'entourait à présent. Ce lieu symbolisant autant la Mort d'un être cher que celle du cœur d'une femme, la mort d'une longue amitié et d'un amour perdu... ce lieu symbolisant tant la Mort grouillait pourtant de vie.


Une brusque bourrasque fit voleter les pans de mon long manteau beige - plus de kimono de soie, pas besoin de cérémonie en ces lieux, et j'étais à présent simplement vêtue d'un jean, de rangers beiges salies par la boue du chemin et d'un pull à col large me tombant sur les hanches, d'un gris argenté. A l'époque, j'étais plus fréquemment vêtue ainsi, réservant mes kimonos à la Salle du Conseil - à l'époque, j'avais peut-être moins besoin de me rappeler mon propre rang, tant j'y accordais peu d'importance. Avais-je tant changé ?...

Je n'eu pas l'occasion de me poser d'avantage la question. Sous mes yeux ébahis, la barrière de ronce s'écarta lentement, dévoilant son jardin de fleurs éternelles blanches comme la neige, rouge comme le sang. Décollant mes pieds de la boue dans laquelle je m'étais légèrement enfoncée j'avançais lentement, comme dans un rêve, contournant le saule, guettant l'instant ou je La verrais, ou je distinguerais enfin Ses longues mèches noires... Elle était là. Elle était là, me tournant le dos, assise à l'extrémité du rocher, sur la pierre nue où elle n'avait rien pu faire pousser. Face au vide, ses mèches folles voletant sous l'effet de la brise soulevée par les trombes d'eau que déversait en continu la cascade, elle semblait presque m'attendre - presque.


M'immobilisant à quelques mètres derrière Elle, je ne dis rien, n'avançais pas plus, n'esquissais pas un geste. Puis, d'un geste fluide et rapide, rodé par une habitude qu'on aurait pu croire perdue depuis plus de cinq ans, je portais une main à mes cheveux, en retirais un des pics métallique maintenant ma coiffure et le lançais dans Son dos, droit sur Sa nuque - un léger sourire étirait mes lèvres.


avatar
Farfaya




Messages : 968
Age : 24

Feuille de personnage
Âge: 22 en apparence, la réalité m'appartient.
Pouvoirs: Ubiquiste et morphe de métal.
Animae: Denaro, un spécimen particulièrement imposant de tigre blanc.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Mana le Dim 27 Fév - 17:21

Cet instant me semblait comme figé dans le temps. Elle était juste derrière moi, j'étais tellement concentrée sur sa présence que même le fracas de la cascade ne me masquait ni le bruit de ses pas ni le souffle de sa respiration. J'étais tellement anxieuse, angoissée de la savoir si près de moi, et pourtant je sentais qu'une barrière s'élevait entre nous, érigée par moi et moi seule.

Comment était-elle ? Possédait-elle sa longue chevelure mauve ou non ? Portait-elle ses habituels kimonos si encombrants mais qui lui allaient à ravir ? Je n'osais pas tourner la tête pour le savoir. Une peur idiote s'emparait de moi chaque fois que je tentais de la regarder. J'entendis alors faiblement un sifflement, et attrapai le pic metallique qu'elle m'avait envoyé dans la nuque entre mon index et mon majeur.

Le regardant calmement, j'admirais une fois de plus la minutie de son travail, avant de me rappeler avec nostalgie combien le geste que j'avais fait, malgré cinq ans passés, avait été un réflexe. Mon regard coula doucement vers elle, mais je ne pus qu'apercevoir ses quelques mèches folles brunes, si semblables aux miennes, avant de regarder de nouveau devant moi.

Je relevai mes cheveux et les retins grâce au pic metallique de Farfaya, me redressant légèrement. Je ne savais pas quoi faire, une seule question me venait à l'esprit mai je n'osais pas la poser, de peur de la blesser, et de ne pouvais arranger les choses. Mais tout de même...

_ Qu'est-ce que tu fais ici ?...


Dernière édition par Mana le Jeu 4 Aoû - 19:43, édité 1 fois


avatar
Mana




Messages : 401
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: A peu près... 20 ans.
Pouvoirs: Guérison et contrôle du Bois
Animae: Kestrel, petit rouge gorge des plus sympatiques

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Farfaya le Dim 27 Fév - 18:23

Durant une fraction de seconde - une micro fraction de seconde - mon cœur se serra alors que le pic meurtrier fonçait vers son cou. Et si elle ne m'avait pas entendue ? Et si elle ne m'avait pas reconnue, si les ronces s'étaient écartées par un simple caprice de sa part et non pour m'inviter ? Et si mon projectile l'atteignait, si elle avait oublié, si elle ne l'avait pas entendu... Comme je me sentis stupide lorsqu'elle l'arrêta net, l'emprisonnant entre ses doigts. Mon sourire s'élargit alors qu'elle réagissait comme à son habitude, comme à Notre habitude, comme si nous nous étions quittées hier, nous et nos coutumes bizarres.

Les battements de mon cœur accélérèrent encore alors que je réduisais encore la distance nous séparant, juste qu'à me trouver juste derrière elle, dans son dos, le cœur battant et le souffle court comme si je venais de courir un marathon. Nous semblions comme figées dans le temps et l'espace, perdue dans ce jardin aux fleurs éternelles, devant la force de l'eau et l'immuabilité de nos corps d'Immortelles. Et pourtant, malgré l'apparente impérissabilité ambiante, les choses changent, changeaient... et changeront encore aujourd'hui.


J'esquissais un sourire lorsqu'elle noua ses cheveux avec mon pic, et me raidis légèrement à sa question, avant d'enfin me détendre pour de bon. Elle n'avait pas crié, sifflé ou craché, elle ne m'avait pas ordonné de fuir, de partir ni de disparaitre, elle ne m'avait pas menacée, attaquée ou fusillée du regard - elle m'avait parlé normalement, pour me poser une question d'apparence banale, mais je savais que de ma réponse dépendrait notre réconciliation - j'étais venue, elle m'avait parlé. Maintenant, c'était à moi de jouer.

- Je ne le sais pas moi-même, répondis-je doucement, escaladant la roche pour aller m'asseoir à côté d'elle, les jambes dans le vide, mais assez loin d'elle encore pour ne pas envahir son espace. J'étais dans ma chambre... et maintenant, je me retrouve ici. Ca faisait longtemps... soufflais-je, la tête rejetée en arrière, le regard perdu dans l'immensité des cieux.


avatar
Farfaya




Messages : 968
Age : 24

Feuille de personnage
Âge: 22 en apparence, la réalité m'appartient.
Pouvoirs: Ubiquiste et morphe de métal.
Animae: Denaro, un spécimen particulièrement imposant de tigre blanc.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Mana le Ven 18 Mar - 22:48

Je ne bougeai pas d'un cil lorsqu'elle s'assit près de moi. Pour moi ça l'était déjà trop, une proximité que je ne connaissais plus depuis plusieurs années à présent. Laissant un instant de silence s'installer après sa réponse, je fis glisser mon regard vers elle. Ses longs cheveux, noirs comme la nuit, étant aussi longs et lisses que les miens. Son profil était toujours aussi fin, et ses yeux gris regardaient calmement l'horizon, tout en elle était paisible, quelque chose que je n'avais pas vu chez elle depuis longtemps.

Baissant les yeux, Je m'efforçais de respirer calmement. Je n'arrivais pas à savoir comment réagir, quoi lui répondre, comment me comporter... Je ne voulais pas qu'elle s'en aille, mais j'avais peur de ma propre réaction. Je ne voulais pas la blesser de nouveau... Je ne savais pas comment je pouvasi réagir, et si je ternissais les instants de bonheur qu'elle avait l'air de vivre en ce moment... Je m'en serais énormément voulu. Relevant le regard vers les rosiers, ma voix n'était plus que murmure, un murmure mélancolique et douloureux.

_ Oui, cinq ans à présent. Comment savais-tu que j'étais ici ?...


Dernière édition par Mana le Jeu 4 Aoû - 19:44, édité 1 fois


avatar
Mana




Messages : 401
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: A peu près... 20 ans.
Pouvoirs: Guérison et contrôle du Bois
Animae: Kestrel, petit rouge gorge des plus sympatiques

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Farfaya le Lun 11 Avr - 15:22

Les nuages filaient au-dessus de nos tête, bien trop fins pour ternir l'éclat du soleil qui brillait de tous ses feux et inondait la vallée de sa lumière, et je les suivais du regard sans vraiment les voir - toute mon attention était focalisée sur Elle, elle de qui j'attendais la réponse. Nous étions en équilibre entre deux mondes, un équilibre fragile en passe de se briser plus facilement que du cristal si la balance penchait trop vivement d'un côté ou de l'autre, et nous étions deux funambules marchant sur le fil d'or séparant ces mondes... Je sentis son regard glisser sur moi, mais je ne tournais pas la tête - une confrontation entre l'acier de mon regard et la glace des siens serait trop violente pour l'instant, un seul regard suffirait à briser le fragile équilibre de nos mondes respectifs, et je n'avais pas fait tout ce chemin pour scier si vite le fil d'or sur lequel je progressais lentement. Je la laissais chercher ses mots, attendant sa réponse avec une patience que je ne me reconnaissais pas - mais ici, dans cet Éden aux fleurs Immortelles, nous n'étions que deux roses de plus sur qui le Temps lui même n'avait plus de prise... J'aurais pu l'attendre une vie entière, ça n'aurait fait aucune différence. Enfin, sa voix brisa le silence intemporel de son jardin, et un faible sourire étira mes lèvres - cinq ans ?... Il me semblait que c'était hier. Ou peut-être était-ce 500 ans plus tôt...

- C'est Son anniversaire, répondis-je doucement, et tu m'avais déjà montré cet endroit... Je ne savais pas que tu étais ici. Je ne faisais que l'espérer... Comment ça va ?... soufflais-je.


Je pensais connaitre la réponse... mais la question me faisais faire un pas de plus vers elle, et c'était tout ce que je voulais.


avatar
Farfaya




Messages : 968
Age : 24

Feuille de personnage
Âge: 22 en apparence, la réalité m'appartient.
Pouvoirs: Ubiquiste et morphe de métal.
Animae: Denaro, un spécimen particulièrement imposant de tigre blanc.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Mana le Jeu 14 Avr - 18:21

Mon regard restait péniblement fixé sur les étendues d'eau en dessous de moi, alors que toute mon âme était tournée vers elle, que je revoyais vraiment après cinq ans de silence. J'avais l'impression que l'on se retrouvait comme avant, toutes les deux, seules, mais quelque chose avait changé. Rien n'était naturel, chaque parole était pesée, reprisée maintes et maintes fois avant de s'envoler, tremblante, dans l'air tendu qui persistait entre nous.

Mais même si je me rendais compte de cela, je ne pouvais pas l'arranger, tellement j'avais peur, peur de ne pas répondre ce qu'il fallait, d'être sèche, de parler trop vite et qu'elle interprète mal mes paroles... J'avais peur de tout ça. Sa question me fit sourire. Elle savait comment j'allais. J'étais même persuadée que durant ces cinq années elle a su comment j'allais ce jour-là. Elle devait le sentir, comme je me doutais que certains événements ou dates lui faisaient mal ou la faisaient sourire...

_ Aujourd'hui est un jour exceptionnel. Et tu dois t'en douter, aujourd'hui je ne vais pas bien. Et toi ? Tu dois être soulagée de voir Edward en bonne santé...


Dernière édition par Mana le Jeu 4 Aoû - 19:44, édité 1 fois


avatar
Mana




Messages : 401
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: A peu près... 20 ans.
Pouvoirs: Guérison et contrôle du Bois
Animae: Kestrel, petit rouge gorge des plus sympatiques

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Farfaya le Mer 11 Mai - 10:54

Le ciel lui même semblait retenir son souffle à l'attente de sa réponse, dans l'air frémissant d'incertitude qui tourbillonnait entre nous, et remarquant du coin de l'œil qu'elle, à l'inverse de moi, ne scrutait pas les cieux mais les eaux tourmentées en contre-bas, je me penchais alors pour faire de même - nous n'avions pas encore le réflexe de regarder ensemble dans la même direction sans nous concerter mais dans ce cas... il n'était pas difficile de l'imiter avec un temps de retard. Peu importait le temps que cela prendrait, tant que nous tentions de voir les choses à la manière de l'autre - pas forcément pour être d'accord, après tout, je préférais noyer mon regard dans l'étendue des cieux, mais qu'est-ce que cela me coûtait que d'essayer de voir les choses à sa manière un court instant ?... Tentez de comprendre les même choses qu'elle, rien qu'un instant, jusqu'à ce qu'elle fasse de même et que chacune connaisse la vision de l'autre, pas pour se l'approprier - juste pour comprendre. L'incompréhension était au cœur de tous les maux.

- Oui, c'est rien de le dire, répondis-je doucement, un sourire dans la voix. Oui, je le savais. Oui, je ne me suis jamais sentie mieux que depuis mon retour, lorsque j'ai appris qu'il était bien vivant, dis-je, ma voix se réduisant progressivement à un murmure, souriant toujours. Mana... chuchotais-je enfin, me laissant un court instant hypnotisée par la violence du courant sous nos pieds, tu m'en veux toujours ?... osais-je enfin demander.


avatar
Farfaya




Messages : 968
Age : 24

Feuille de personnage
Âge: 22 en apparence, la réalité m'appartient.
Pouvoirs: Ubiquiste et morphe de métal.
Animae: Denaro, un spécimen particulièrement imposant de tigre blanc.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Mana le Sam 21 Mai - 20:18

Je la laissai parler, me répondre avec hésitation mais me répondre quand même, ce qui était un pas de plus l'une vers l'autre. L'écoutant attentivement, je me concentrai cependant plus sur le timbre de sa voix qui m'avait tant manqué plutôt que sur ce qu'elle me disait. Je savais déjà tout cela.

Cependant, lorsqu'elle me posa sa question, je redressai brusquement la tête, choquée. Lui en vouloir ?... Pourquoi je devrais lui en vouloir ? C'était plus le contraire ! Je lui avais fait si mal... Même si je l'avais guéri après notre combat, je m'en voulais énormément, et en y repensant je la voyais, inconsciente à mes pieds, le corps couvert des marques que je lui avais fait. Je m'en voulais horriblement, d'avoir été capable d'une telle barbarie... J'étais soulagée aujourd'hui de voir que son visage avait retrouvé son grain parfait, et que ses yeux gris acier étaient fixés avec calme sur les eaux tumultueuses en contrebas. Je ne savais que répondre, et inspirais profondément avant de reprendre mon calme.

_ Je... Je ne t'en ai jamais voulu. Je ne voulais pas t'approcher parce que je ne voulais pas... Te faire encore du mal. Pas comme il y a cinq ans. Si c'est le prix à payer pour que tu sois heureuse, alors je peux rester loin de toi, je le supporterais.


avatar
Mana




Messages : 401
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: A peu près... 20 ans.
Pouvoirs: Guérison et contrôle du Bois
Animae: Kestrel, petit rouge gorge des plus sympatiques

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Farfaya le Jeu 17 Jan - 17:15

Passé, Présent, Futur... trois notions qui régissaient nos vie entre la poigne du Destin et celle des Souvenirs, déterminant ce que nous étions, ce que nous sommes devenus et ce que nous seront. Mais quand nos vies avaient-elles basculés à ce point ?... Notre passé commun jalonnait aujourd'hui les ruines de notre amitié... et le pire, c'était qu'à cet instant, je n'était même pas certaine de me rappeler pourquoi. Tout ce dont je me rappelais à présent, c'était ce que je n'aurais jamais voulu perdre, mais que l'Avenir nous avait arraché, et visiblement... je n'étais pas la seule à le regretter. Les flots déchaînés en contre bas étaient la seule chose qui semblait encore oser bouger dans l'air tremblant. Le Temps lui-même retenait son souffle....

- ... Mais je ne suis pas heureuse... soufflais-je dans un murmure.


Je ne pourrais jamais être pleinement heureuse. Trop de choses alourdissaient mon Passé, trop d'erreurs, trop de regrets... mais le Présent lui était piqueté de tant de petites lueurs... elles me donnaient la force de croire un peu plus à un Futur meilleur. D'enfin envisager... la Paix. Edward était aujourd'hui mien... le temps des Larmes et de la douleur était révolu... et en reprenant enfin les choses en main, j'avais réalisé qu'il n'était pas encore trop tard pour réparer certaines erreurs de ce Passé si lourd...

- Le corps se remet toujours plus vite que l'âme... repris-je d'une voix plus ferme, tournant finalement enfin mon regard miroitant vers elle. Mais tout peut guérir... et tout peut renaître. Même nous. Et nous l'avons fait. Alors... je me disais qu'aujourd'hui... pourrait devenir un Bon jour... soufflais-je en cherchant son regard aux iris couleur iceberg.


avatar
Farfaya




Messages : 968
Age : 24

Feuille de personnage
Âge: 22 en apparence, la réalité m'appartient.
Pouvoirs: Ubiquiste et morphe de métal.
Animae: Denaro, un spécimen particulièrement imposant de tigre blanc.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Mana le Jeu 7 Fév - 22:49

Alors que tout mon être était tendu, attendant la suite, trop inconfortable entre ces deux états, entre l'ignorance de ces dernières années et la réconciliation qui s'amorçait, même le léger souffle du vent ne me semblait pas à sa place. J'avais la sensation d'être enfermée dans une bulle où tous les sens me parvenaient comme étouffés, alors que la respiration de Farfaya me semblait accentuée au maximum, tellement je guettais une quelconque réponse de sa part, ne sachant plus comment me comporter.

Et quand enfin son murmure me parvint, la bulle se brisa autour de moi alors que mon cœur accélérait son rythme. Elle n'était pas heureuse ? Pourquoi ne l'était-elle pas ? Elle avait tout pour l'être, elle était aimée d'un homme qui ne la méritait peut-être même pas, mais c'était l'homme qu'elle aimait, alors pourquoi n'était-elle pas heureuse ?... Je n'osais poser la question alors qu'elle reprenait la parole d'une voix ferme pour la première fois de notre échange. Elle avait prononcé ces mots avec la conviction qui me manquait, comme si elle l'avait fait pour nous deux. Son assurance me rassura, rendait ce qu'elle disait vrai dans mon esprit et, alors que le silence se rétablissait, que je sentais son regard sur moi, je pris mon courage à deux mains et relevais les yeux vers elle, pour figer mon regard de glace dans le sien. Il avait changé depuis ces cinq ans, plus fort des émotions qu'elle avait vécu entre temps, mais cette même lueur brillait au fond de ses prunelles, ce qui me tint alors lieu de point d'ancrage. Je savais où j'étais, et surtout avec qui... Et, malgré les apparences, peu de choses avaient vraiment changé. Au fond... Nous étions presque les mêmes.

- Farfaya... murmurai-je alors que ma gorge me brûlait.

Pour la première fois depuis des années, je sentais une irrépressible envie de pleurer m'envahir, mais j'étais tellement peu familière avec ce concept que je n'arrivais pas à lâcher une seule larme. Je me contentais de fixer mon amie, hésitant à me rapprocher d'elle. L'idée de me retrouver près d'elle représentait la même difficulté pour moi que de sauter dans le vide pour me briser les os sur la surface du lac en contrebas... Et encore, cette dernière idée me pensait plus envisageable. Je décidai alors de rester à ma place, déjà comblée de pouvoir la fixer ainsi, de sentir nos liens brisés se raccrocher doucement. Je me sentais presque... Heureuse en ce jour de deuil.

- Tu m'as tellement manqué, lâchai-je dans un petit rire étranglé.

Mes nerfs me jouaient des tours, après cette tension presque insoutenable, le brusque soulagement me donnait envie de rire et de pleurer à la fois. Mais je n'aurais échangé cette sensation pour rien au monde.


avatar
Mana




Messages : 401
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: A peu près... 20 ans.
Pouvoirs: Guérison et contrôle du Bois
Animae: Kestrel, petit rouge gorge des plus sympatiques

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I miss you (Farfaya)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum