On ne meurt qu'une fois. Mais pour moi, c'est la deuxième fois que je le perds... [privé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

On ne meurt qu'une fois. Mais pour moi, c'est la deuxième fois que je le perds... [privé]

Message par Azylis le Mar 7 Déc - 15:41

Les grottes de Valhalla, le 6 Décembre 2010.


Je me suis échappée. C'est triste à dire, mais j'ai laissé à mes doubles tout le boulot et le conseil. Certes, Azy et Alis m'avaient assurée qu'elles géraient les factures, le courrier, les commandes, les inscriptions, les rapports etc... tandis qu'Ylis avait décidé d'assister au conseil à ma place. De ce fait, je ne m'occupais plus que de mes affaires personnelles en Chine. Mais heureusement, le téléphone avait arrêté de sonner toutes les heures et la situation semblait s'être calmée. Wang m'avait prévenu qu'il ne rappellerait qu'en cas de force majeur, de ce fait l'absence de coup de fil me rassurait. Mais je ne pouvais m'empêcher de m'en vouloir un peu: elle étaient toutes les trois dans le même état d'épuisement physique et psychologiques que moi. Nous ne nous reposions que très peu, et je ne faisais que deux ou trois heures de pause par nuit ou jour pour récupérer mon énergie grâce à de courtes siestes et pour me restaurer, même si l'appétit m'avait déserté depuis plusieurs jours déjà.

Lorsque j'étais passée devant la glace, j'avais pris soin d'éviter de regarder mon reflet: pas besoin de savoir si mon visage trahissait mon état. Mais si je devais me fier aux cernes d'Alis, les gestes de plus en plus maladroits d'Azy ainsi que la diminution de sa capacité à rester concentrer, j'avais du soucis à ma faire la prochaine fois que je les ferais disparaitre. Seule Ylis supportait tant bien que mal le rythme imposé, même si ses trait tirés, elle ne pouvait les effacer. Mais au moins, elle gardait le sourire et sa gentillesse. Dans mon cas, ce que je remarquais le plus, c'était ma perte de patience, et le nombre de coup de gueule que j'avais poussé. C'était d'ailleurs après avoir faillis balancer un dossier par terre qu'Ylis m'avais suggéré une petite promenade dehors, m'interdisant d'aller dans la bibliothèque. Sûrement pour éviter que je me plonge dans des livres consacrés à l'art de la guérison.

A présent, j'étais dehors en pleine nuit, vêtue de mon jean le plus simple et d'un bon gros pull immaculé bien chaud. Car maintenant que l'hiver était presque là, les températures chutaient comme un cailloux envoyé dans l'eau. néanmoins, l'absence de manteau ne me gênait pas, le vent froid me fouettant le visage me faisant plus de bien qu'on pourrait le penser. Le temps était couvert, de ce fait il arrivait que la lune se fasse momentanément cacher par un nuage.

Seule, je marchais lentement où mes pas me menaient, fixant le sol d'un oeil morne. Fenrir était partit chercher une livraison avec des aides de cuisine, de ce fait j'étais totalement seule. Et ça faisait un bien fou.
A un moment, je relevais la tête, et vis où mes pas m'avaient menés: une des grottes qui trouait les montagnes des Rocheuses, les rendant semblables à un gigantesque gruyère.

J'allais poursuivre ma route, quand quelque chose attira mon regard, me faisant m'arrêter.
Je n'aurais pas du.

Il y a des jours comme ça, où on ferait mieux de rester sous la couettes.


Dernière édition par Azylis le Mer 8 Déc - 21:40, édité 1 fois


avatar
Azylis




Messages : 1254
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: Va savoir... j'ai la jeunesse éternelle !
Pouvoirs: Je guéris et me multiplie !
Animae: Tu vois le beau loups gris là bas, qui pourrait te bouffer en une bouchée ? Ben c'est lui ! :3

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: On ne meurt qu'une fois. Mais pour moi, c'est la deuxième fois que je le perds... [privé]

Message par Anikeï le Mar 7 Déc - 20:01

Le ciel était couvert, rendant par moments la lune invisible et plongeant les environs dans une totale obscurité. Un léger vent soufflait, comme s'il essayait d'effacer les traces et les odeurs que ces maudits et pitoyables humains laissaient derrière eux bien que cela soit vain. Proche de la sortie d'une grotte, je contemplai cette lune qui n'apparaissait que par moments avant d'être de nouveau dissimulée par les nuages et qui dessinait les formes de l'ombre dans laquelle je me confondais presque.
Soudain, des sons de pas me parvinrent. Leur fréquence d'apparition m'indiqua que la créature qui approchait était bipède et se contentait de marcher. D'autres facteurs comme les sons de tissus secoués par le vent et bien d'autres me confirmèrent ce que cette créature était mais le facteur qui me frappa avec le plus de violence fut son odeur. Cette puanteur qu'on peine désormais à ne plus trouver nul part sur cette planète, cette puanteur souvent mélangée à d'autres odeurs pour pouvoir paraître différent mais qui ne fait rien d'autre que dégrader lesdites autres odeurs. Cette odeur que je ne peux pas supporter. Celle d'un humain. Un humain s'approchait de l'endroit où je me trouvais.
Quelques instants plus tard, une de ces pitoyables créatures apparut bel et bien dans mon champs de vision, dégradant totalement le spectacle que j'étais en train de contempler. Mes poings se serrèrent à cette épouvantable vue, faisant craquer mes phalanges.
Au lieu de poursuivre son chemin, elle s'arrêta devant moi. Comme si ces maudites créatures ne faisaient pas suffisamment de choses inutiles, vaines, stupides, pitoyables et bien d'autres encore, énumérer la liste entière serait beaucoup trop long et frôlerait l'impossible, sans que celle-ci n'éprouve le besoin de s'arrêter devant moi. Les hommes se vantent de toujours pouvoir faire mieux que ce qu'ils font déjà mais ils ne se rendront probablement jamais compte à quel point ils sont capables de faire bien plus pitoyable que ce qu'ils font et cette chose ne faisait qu'en donner un parfait exemple.

-Dégage. Sifflai-je d'une voix glacée tandis que je sentais mes yeux, ce soir couleur grenat, commencer à se déformer par la rage et la haine que la simple vue de cette pitoyable chose m'inspirait.


avatar
Anikeï




Messages : 161
Age : 37

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Pouvoirs: Morphe et Contrôleur d'Ombres Eau
Animae: En quoi ça te regarde?

Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: On ne meurt qu'une fois. Mais pour moi, c'est la deuxième fois que je le perds... [privé]

Message par Azylis le Mer 8 Déc - 14:21

Anikei.
Ce simple nom était synonyme de bien des dangers, et plus simplement de mort dans certains cas.

Ce qui avait attiré mon regard était l'éclat écarlate de ses yeux, d'une couleur semblable à celle du sang. A la fois fascinants, mais tellement effrayants.
Il dégageait de cet homme un aspect écrasant de force et d'autorité glaciale, mais aussi une dangereuse fascination. Dangereuse, car si on restait trop longtemps sans pouvoir détacher nos yeux de lui, on risquait bien vite de ne plus rien voir du tout. Définitivement.

Je ne pus m'empêcher d'admirer la sensation de puissance qui se dégageait de cet homme à part, la dangerosité qu'il inspirait et le respect presque craintif qu'il imposait naturellement, sans pour autant ne pas frissonner d'une crainte sourde naissant au creux de mon ventre. J'avais devant moi la pire créature de tout Valhalla. Voir même de toute la région.

Cet échange visuel dura à peine 1 seconde. C'était amplement suffisant.

Au fond de ma tête, presque en écho, j'entendais Fenrir me hurler de déguerpir, que je n'étais pas en état de lui tenir tête ce soir. Sauf que je doutais même de pouvoir lui tenir tête bien longtemps au mieux de ma forme. Enfin... lui tenir tête devait être possible, mais le vaincre c'était impensable.

Et pourtant...

- C'est demandé si gentiment, je m'exécute de ce pas
, lançais-je avec ironie.

Fenrir poussa un grognement furieux mêlé de crainte, et je sentais qu'il avait abandonné tout le monde pour me rejoindre au plus vite.

J'avais finalement détourné mon regard des deux rubis glacés de ses yeux, mais un sale souvenir refit surface. Un détail que j'aurais voulu oublier encore un peu.

A croire que la raison et la prudence avaient continués leur route quand je m'étais arrêtée.

- Au fait, cela fait maintenant trois ans que je te dois quelque chose. Même si tu t'en fous comme de ton premier massacre, j'aimerais te rembourser assez rapidement pour ne plus trainer cette foutue dette. Demande moi ce que tu veux qui a pour toi la même valeur que ma vie, qu'on en finisse.

Ce qui ne devait pas représenter beaucoup...
... On va éviter un massacre inutile en se montrant exigeante.

- S'il te plait bien sûr, ajoutais-je, sans parvenir à masquer la petite touche d'ironie, consciente que ce n'était pas un "s'il te plait" qui allait changer la donne avec Anikei. Si les bornes avaient été dépassées, j'étais très mal.

Un coup de vent bien plus froid que les autre picota mon épiderme de façon plus que désagréable, me gelant jusqu'aux os. Au loin, je pu entendre le hurlement d'un loup. Pourquoi je n'écoute toujours pas ce qu'on me dit ?


avatar
Azylis




Messages : 1254
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: Va savoir... j'ai la jeunesse éternelle !
Pouvoirs: Je guéris et me multiplie !
Animae: Tu vois le beau loups gris là bas, qui pourrait te bouffer en une bouchée ? Ben c'est lui ! :3

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: On ne meurt qu'une fois. Mais pour moi, c'est la deuxième fois que je le perds... [privé]

Message par Anikeï le Jeu 9 Déc - 2:05

La voir m'indiquer qu'elle allait s'exécuter me fit serrer davantage les poings et les crocs. La température atteignit rapidement les moins dix degrés Celcius, recouvrant les roches de la grotte ainsi que le sol de glace. Ce n'est pas parce que les membres de sa maudite espèce ont besoin qu'on leur indique qu'une chose va se produire pour constater qu'elle se produit lorsqu'elle a lieu devant eux alors que sa simple vision devrait naturellement suffire à sa constatation que j'étais aussi incapable de réflexion et de constatation qu'elle et ces médiocres humains.
Le simple fait de voir un humain à proximité de moi suffisait à m'énerver, qu'un humain remarque ma présence et ne daigne pas poursuivre spontanément sa route m'enrageait davantage. Mais qu'en plus de tous ces agissements médiocres et minables, les voir oser m'adresser la parole, comme s'ils étaient suffisamment importants, suffisamment différents des autres humains pour que je leur porte une attention différente aux autres et surtout pour dire ce genre d'inutilité qui ne faisait que démontrer à quel point ils sont si semblables à leurs semblables me mettait hors de moi.
Mais elle ne bougea pas de sa place, ce qui fit dépasser mes canines acérées, qui s'allongeaient, de ma bouche. En entendant ce qu'elle me dit, mes griffes qui s'allongeaient, aussi acérées que des lames, déchirèrent mes gants noirs tandis que mes yeux se déformaient sous l'effet de la haine. Elle ose dire qu'elle me doit quelque chose, comme si j'avais agi dans un but intéressé pour obtenir quelque chose de sa part en retour comme ces pathétiques humains.
Le souvenir de l'événement qui avait conduit à ce qu'elle estime me devoir quelque chose me fit presque perdre le contrôle de moi-même et la température chuta jusqu'à devenir polaire avant de remonter brutalement pour atteindre les cent trente degrés Celcius avant de recommencer à chuter brutalement sans que je ne parvienne à contrôler ces hausses et baisses incessantes de température sous l'effet de le haine et la rage.
Quelque chose qui ait la même valeur que sa vie. Comme si la vie des humains était suffisamment importante et nécessaire pour valoir quelque chose. Une vie humaine existe pour tendre vers sa disparition. Elle ne sera jamais aussi importante qu'une chose qui, sans l'influence de cette maudite espèce, mettra infiniment plus de temps avant de disparaître. Quoi que je puisse trouver, cette chose aura toujours une plus grande valeur qu'une vie humaine, la sienne comprise.
Je m'avançai lentement vers elle afin de ne pas me laisser totalement emporter par la rage qu'elle avait déclenché en moi sans pour autant parvenir à contrôler les variations de températures qui ma haine et ma rage déclenchaient. Je tendis la main vers elle et lui arrachai une mèche de cheveu. Cette dernière avait toujours une valeur bien supérieure à la vie de cette immonde chose mais en était relativement proche.
J'allais lui ordonner de disparaître définitivement de mon champs de perception. Mais je n'eus pas le temps de commencer à laisser tomber mon bras le long de mon corps. Ma rage et ma haine eurent finalement raison de moi et en ce même instant, avant même que je n'en ai la représentation à l'esprit, les griffes de mon index et de mon majeur se plantèrent dans son œil droit pour le lui arracher d'un geste vif. Heureusement pour elle, elle se mit à reculer, s'éloignant de moi, me permettant de recouvrer le contrôle de moi aussi vite que je l'avais perdu.
Je fermai ma main dans laquelle se trouvait l'œil de cette pathétique créature en me retenant de ne pas écraser ce dernier.

-N'apparais plus jamais autour de moi. Sifflai-je d'une voix glacée sans parvenir à détacher mes yeux de ce corps si pathétique dont ces pitoyables créatures se vantent, ne cachant pas l'irrésistible envie de le recouvrir de la couleur qui recouvrait mes pupilles qui me dévorait.

Mon corps se décomposa en particules d'eau avant de définitivement disparaître de cet endroit désormais puant de cette odeur humaine.


avatar
Anikeï




Messages : 161
Age : 37

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Pouvoirs: Morphe et Contrôleur d'Ombres Eau
Animae: En quoi ça te regarde?

Voir le profil de l'utilisateur http://valhalla.tonempire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: On ne meurt qu'une fois. Mais pour moi, c'est la deuxième fois que je le perds... [privé]

Message par Azylis le Mer 19 Jan - 3:19

Je le regardais s’avancer vers moi avec méfiance et appréhension. Même si je n’aimais pas l’avouer, ce type me mettait extrêmement mal à l’aise. Mon coeur battait de plus en plus vite au fur et à mesure qu’il s’approchait, mais mon expression resta déterminée, toute trace d’insolence ayant disparu.

Je ne grimaçais pas lorsqu’il m’arracha la mèche de cheveux. Alors comme ça, à ses yeux, ma vie ne vaut guère plus qu’une poignée de cheveux ? Voilà qui est flatt...

Une intense douleur, insupportable, insoutenable, se répandit soudain dans mon orbite droite, et je portai instinctivement mes mains à mon visage. Je sentis avec horreur le sang dégouliner entre mes doigts, et mes lèvres s’ouvrirent pour libérer un hurlement silencieux. Au loin, un hurlement animal de pure douleur résonna, en écho au mien, faisant s’envoler un nuage d’oiseaux oiseaux effrayés.

*RECULE !!! ELOIGNE-TOI DE LUI ! TOUT DE SUITE !!! *

La pression de son esprit sur le mien eut raison de ma tétanie, et je fis deux pas en arrière. Mais de ce mouvement, j’en eu à peine conscience. Le contacte tiède et poisseux du sang entre mes doigts, cette sensation de tiédeur qui coule le long de ma joue, et cette douleur insoutenable, encore plus violente que la première fois. La première fois...

Mon corps se mit à trembler, une violente nausée monta en moi, tandis que ce traumatisme du passé revenait, s’impos...

*REPRENDS TOI, AZY !*

L’ordre de Fenrir, la teinte de supplication douloureuse qui en suintait, me firent reprendre mes esprits.

-N'apparais plus jamais autour de moi

Je relevais lentement la tête vers cet être qui n'avait d'humain que le nom, ma main toujours plaquée sur mon orbite vide, une lueur de haine brillant au fond de mon unique pupille.
En le voyant se décomposer pour disparaitre, mon oeil s'écarquilla de fureur, et la lueur devint brasier.

- RENDS LE MOI !!!

... mais à peine l'écho de ma voix furieuse et désespérée avait cessé, qu'il ne restait plus rien de sa présence. Je tombai alors à genoux, avant d'abattre violemment, de toutes mes forces, mes poings sur l'herbe gelée en hurlant.

- REVIEEEENS !!!

La douleur était insoutenable. Seule ma colère et le désespoir animaient mes mouvements, mes paroles et mes réactions. Le visage déformé par la rage et le désespoir, je regardais tout autour de moi, cherchant le moindre indice trahissant la présence de ce monstre.

- ENFLURE ! RENDS LE MOI ! RENDS LE MOI ! RENDS LE MOIIIII !!!!


Tout autour de moi se dessinait un cercle noir de plus en plus étendu, de plantes fanées, mortes, desséchées, que personne ne pourrait plus jamais sauver.
L'esprit totalement embrouillé, plus aucune pensée cohérente en tête, je lâchais un nouveau hurlement désespéré vers le sol à présent stérile.

*Azylis !!!*

Un galop rapide fit soudain trembler le sol derrière moi.

*Azylis calme toi !*

La liaison mentale était faible, nous partagions la même douleur : lui aussi avait du mal à clarifier ses pensées.
D'un bond, il passa au dessus de ma tête pour atterrir devant moi, faisant trembler le sol.

- Il me l’a prit... il a prit le dernier présent de mon maitre... il m’a pris son dernier cadeaux...


Ma voix s’était faite soudain tremblante, désespérée, paniquée, tandis que le sang coulait goutte après goutte sur le sol, tandis que la douleur de mon orbite vide se mesurait à celle de mon coeur.

- Pourquoi cet oeil ? Pourquoi le droit ??! Quitte à me faire payer ma dette, pourquoi a-t-il fallut qu’il me prenne celui là ???!
Hurlais-je en me ramassant sur moi même.

Il m’avait volé le dernier fragment d’Aster... il m’avait pris la dernière trace de sa vie... son dernier et plus beau cadeaux...
Un premier sanglot m’échappa, suivit rapidement par plusieurs autres, tandis que Fenrir se couchait autour de moi. Sa présence et sa chaleur était le seul réconfort en cette nuit glaciale.

Mon maitre venait de mourir une dernière fois. De façon définitive.










..... Je mis trop de temps à mon goût pour retrouver les esprits, bien que Fenrir assure que ma crise de larmes n’avait duré que quelques minutes. Lorsque je rouvris les yeux, la lune nous nimbait de sa lumière glaciale. « Les » yeux ? Non...

*Azylis...*


- Me revoilà au point de départ Fenrir... je l’ai encore perdu... à croire que je suis destinée à toujours voir que d’un oeil.


Un rire sans joie, nerveux, s’échappa de mes lèvres.

- Je ne fais décidément pas attention à mes affaires.


*Azy...*

Je lâchais un profond soupire.

- Je vais devoir tout recommencer depuis le début... tout réapprendre...

*Tu n’as pas tous perdu... il te reste des habitudes... et le reste te reviendra vite...*

- Mais je ne voulais plus jamais avoir à subir ça !!!
Hurlais-je à plein poumon.

*Je sais ma belle... je sais...*

- Sauf que ton qualificatif ne marche plus...

Je relevais mon visage vers la lune, et mon coeur se serra très fort tandis que mes mains se remettaient à trembler. J'enserrais mon corps de mes bras, attendant que que la vague d'angoisse qui me submergeait ne passe, attendant que la sourde nausée qui montait en moi disparaisse.
Je haïssais ce voile noir qui me masquait la vue. Je haïssais ce voile noir que j'avais du supporter pendant déjà trop d'années.

*Pardon Fenrir... Pardon... tu étais pareil et... tu l'as de nouveau perdue...*

La chaleur de son esprit effleura le mien avec tendresse.

*Je m'y réhabituerais, Azylis. Ne te blâme pas autant*


avatar
Azylis




Messages : 1254
Age : 27

Feuille de personnage
Âge: Va savoir... j'ai la jeunesse éternelle !
Pouvoirs: Je guéris et me multiplie !
Animae: Tu vois le beau loups gris là bas, qui pourrait te bouffer en une bouchée ? Ben c'est lui ! :3

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: On ne meurt qu'une fois. Mais pour moi, c'est la deuxième fois que je le perds... [privé]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum